anarchie pour l'évangile !

Pour une anarchie d’Amour

with 195 comments

a

(Anarchie, 14ème : absence de chef)

a
a

Sans mandat de quiconque,

sans rien à vendre,

sans adhésion.

a


« Quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur. »

Évangile

« Il n’y a de dieu que Dieu »

Coran

a




Anarchie évangélique n’est ni un temple, ni un souk, simplement une maison sans murs, ouverte et offerte à toutes les femmes et à tous les hommes de bonne volonté qui s’obstinent à se rendre meilleurs, pour qu’un monde meilleur naisse un jour sur Terre*.


j


* En écho, ce beau post trouvé sur internet :

“Le Christ vit dans le coeur de chaque homme de bonne volonté. Alleluyah. Le retour du Christ, c’est le retour en force des hommes de bonne volonté sur cette planète, des milliers de mini christs pour reprendre le monde en main. »

cqd


d

a

La « Base de rassemblement » qui s’est dégagée sur ce site, à travers les interventions les plus diverses,  est le

Sermon sur la Montagne

avec en son coeur

la règle d’or

.

MAIS… la perspective de l’amour du prochain dans la liberté absolue ne se trouve pas que dans l’évangile. La liberté spirituelle traverse toutes les traditions, et nous invite à toutes les dépasser : «  Ne crois rien sur l’autorité des maîtres ou des prêtres. Mais ce qui s’accordera avec ton expérience et après une étude approfondie satisfera ta raison et tendra vers ton bien, cela tu pourras l’accepter comme vrai et y conformer ta vie.«  Bouddha

a


f

f

f

a

aa

a

a


Voir aussi la MINI FAQ

ainsi que :

Anarchie+évangile, quelques jalons

Et sur le concepteur du site : Qui suis-je (et pourquoi j’écris)


a


Enfin, un conseil de visite : les sujets traités étant déjà assez nombreux, utilisez les mots clés du site (ci-dessous) ou tapez au  besoin votre recherche spécifique (par exemple : « Etty Hillesum« ) dans la fenêtre du moteur de recherche interne, fenêtre qui est située en départ de colonne sur toutes les pages.

Bonnes visites !

a

a

g


g

.

.

Quelques mots-clefs du site

l

k

m

m*

m*

a

a


Pour une insurrection d’amour !

(Une insurrection d’amour, c’est mettre l’amour libérateur – en nous et dans le monde – à la place du chef.)

k


*

a

a

Pour tout contact :

anarchiepourlevangile@yahoo.fr

.

.


k

aa

a

a


j

Written by Observatoire situationniste

22 décembre 2008 à 07:34

195 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Anarchie évangélique, Une Maison sans murs, ni portes, ni fenêtres.

    une patrie pour tous les sans-patrie.

    Nous voulons tenter d’exprimer et d’activer à 360° l’envie profonde de reprendre l’ascension évangélique, aussi imparfaits et sujets à l’erreur que nous soyons.

    Que nul n’entre ici s’il joue au « maître ».

    laurentchaumette

    22 décembre 2008 at 09:52

  2. Esprit souhaité des commentaires…

    La « distanciation » de fait qu’impose internet n’empêche pas la passion, donc la « souffrance », quand on est malmené.

    Nous faisons (les hommes en général) beaucoup de bruit avec les mots, dont nous avons fait des rasoirs, qui ont « rasé nos rires ».

    C’est pourquoi je pense qu’il est nécessaire que chacun soit conscient de « l’action » en autrui qu’il va provoquer lorsqu’il poste un commentaire.

    Action constructive ou démolition ?

    Par mesure de précaution minimale et pour la bonne tenue du site, les premiers commentaires sont « approuvés » avant publication, merci de votre compréhension.

    laurentchaumette

    25 décembre 2008 at 15:20

  3. Je viens pour apprendre. Salutations.

    Perséphone

    7 janvier 2009 at 17:53

  4. Bienvenue au club Perséphone !

    laurentchaumette

    7 janvier 2009 at 17:59

  5. j’ai vécu, j’ai vu; j’ai réfléchi, fouillé, analysé pour comprendre; j’ai trouvé (au moins je l’espère).
    Je ne crois pas en l’Homme, je crois en Dieu. Il n’a pas de religion, il n’a pas de porte parole, il n’a ni politique ni conviction.
    Je ne crois pas en la Parole et les Ecrits, tous humains, reflets de nos espoirs, craintes, chagrins, souffrances, et de notre soif d’exister, dominer.
    Pour moi un seul Dieu, une force, qui est en nous. Regardons ce qui se passe autour de nous, dans l’univers, avec neutralité écorchée du fardeau de convictions héritées. C’est ainsi qu’on finira par retrouver cette force positive qui a créé l’univers, la vie, et avec la vie l’Homme.
    Les Ecritures parlent d’un Dieu aimant, mais aussi d’un Dieu sombre, vengeur, cruel. Un Dieu capricieux qui crache sa colère sur un homme pour avoir fait la sourde oreille à son ordre ultime.
    Le Vrai n’est qu’amour, vie, bienveillance. C’est ce frétillement au coeur devant un rire d’enfant, c’est cette tendresse devant une fleur qui va éclore, c’est cet éremveillement devant la profondeur d’un ciel étoilé, c’est cette joie à chaque nouveau pas dans la quête de la vérité universelle.

    Rim

    16 janvier 2009 at 11:14

  6. Je vous remercie de livrer ici ces réflexions.

    Je suis d’accord sur l’essentiel : si Dieu il y a, ce que je « crois » de tout mon être, il n’est qu’amour, vie, bienveillance, et l’on pourrait ajouter vérité, justice, etc.

    Le tout avec des majuscules, car Dieu est Vrai, nous sommes totalement d’accord.

    Et je m’en tiens là pour vous accueillir et vous remercier de votre ouverture.

    Je crois comme vous que l’émerveillement est signe de proximité du ciel, d’enveloppement céleste d’un instant, d’un moment.
    J’aime beaucoup cette « définition » de la grâce : « la grâce n’est pas arbitraire, elle est couronne que porte l’acte pur. » de mémoire, Dialogues avec l’ange.

    De même, l’évangile d’Arès célèbre à maintes reprises la joie, et aussi la parure : « ne conviennent–elles pas à celui qui a changé sa vie ? » (de mémoire également).

    Comme vous voyez, l’Appui insaisissable qui est en chacun de nous (et auquel votre beau commentaire renvoie je crois implicitement) n’est à mon sens en rien contradictoire, bien au contraire, avec l’Appui visible et audible de la révélation écrite que la puissance d’amour transmet aux individus et aux peuples depuis Moïse, en s’adaptant à leur évolution.

    Mais comme vous l’exprimez clairement, Dieu n’a pas de religion, ni politique.
    Or celles-ci l’ont rendu totalement méconnaissable.

    Il est donc compréhensible, de mon point de vue, que Dieu poursuive toujours encore de nos jours pour nous les hommes son Appel, de façon visible et de façon invisible.

    La révélation d’Arès, de mon point de vue, éclaircit parfaitement cet Appel: « la Vérité, c’est que le monde doit changer ! »
    Et voyant le cours du monde, pour ce que j’en réalise, je me dis que le Retour de l’évangile dans tout son éclat – et je dirais sa popularité – ne sera pas de trop dans les décennies qui viennent pour Aider les hommes à retrouver et réveiller la force créatrice originelle, comme vous l’espérez.

    laurentchaumette

    16 janvier 2009 at 20:36

  7. Merci pour ce beau site qui me donne plein d’espoir !

    catherine

    19 janvier 2009 at 18:13

  8. I am so glad about your initiative!

    monika.fiegl

    20 janvier 2009 at 16:52

  9. merci pour cette initiative ! federons nos travaux !
    pour ma part, je crois que la Bible est inspirée mais qu’il faut « purifier » le texte. Comment la Perfection peut être dite dans son entier par des procédés imparfaits (la parole humaine et l’ecriture) ? Comment le Verbe peut être traduit en mot ? Cela n est pas possible. C’est la raison pour laquelle le Christ a dit « Aime ton prochain comme toi meme, voila toute la Loi et les Prophétes ». Il nous indique dans quel esprit il faut lire le texte pour en extraire l enseignement de sagesse, comme un diamant à libérer de sa gangue protectrice, le VITRIOL des alchimistes.
    Le reste est donné par surcroit. Cherche et tu trouveras.
    Pour ce qui me concerne, j y ai compris que nous sommes tous le sel de la terre, que nous n avons pas besoin de chef, d’intermediaire. J’y ai compris que l’Anarchie est l’organisation des Sages.

    Réunissons ce qui est épars et réalisons le Grand Oeuvre !

    Amen

    tenet

    20 janvier 2009 at 16:52

  10. go on this way!

    monika.fiegl

    20 janvier 2009 at 16:53

  11. Great thank’s Monika !
    … this is just a « baby »…
    But we have many others good ideas for the future

    All brothers !
    Laurent

    laurentchaumette

    20 janvier 2009 at 17:30

  12. à Tenet

    J’ai lu attentivement votre commentaire… Oui, il ne fait aucun doute que la Bible est largement « écrite » de mains d’hommes, et d’autant déformée.

    Je crois cependant que notre époque, si difficile, a néanmoins cette « chance » de disposer avec la révélation d’Arès d’une Parole céleste à l’état pur, voire brut, quand je pense à la « langue » utilisée par Dieu dans « Le Livre » (1977) :
     » Le vrai est un Jardin dans la tête « …

    Certes, Dieu ne peut se loger dans un mot, ni dans un crédo, sauf à dégénérer pour nous en loi, en dogme.
    Mais quoique les mots soient limités, le Souffle les anime et les traverse.

    Vous avez utilisé comme « clé » pour décoder la Bible la prescription d’amour de Jésus dans toute sa simplicité et sa profondeur, et cela me paraît un Sol sûr pour avancer !

    Avoir assez de foi pour réellement faire passer la « recherche du Royaume » avant tout, avant les soucis, la survie, etc., etc., voilà une orientation existentielle qui me semble répondre à la Volonté divine.

    Et je vous rejoins encore plus facilement sur vos conclusions : nous sommes tous le sel de la Terre, tous égaux dans notre « ressemblance » divine, tous à même de nous entendre et de nous gouverner dans des formes vivantes :
    Cela résume en fait le mouvement de l’anarchie évangélique.
    Bien fraternellement

    laurentchaumette

    21 janvier 2009 at 17:29

  13. Bonjour a tous, je suis fedydurke et Laurent me connait bien.
    J’avais envie de participer a votre forum mais je ne savais pas quoi ecrire.
    C’est en lisant  » enquete sur lexistence d’un ange gardien  » de Pierre jovanovic que je suis tombé sur une courte vie des grands mystique dont catherine de sienne. Dans ces dialogues, elle demande à dieu ce qu’elle doit faire pour l’aimer et l’aimer encore.
    Je crois qu’il faut prendre ce texte avec du recul et l’apprecier pou sa grande valeur mais ne pas tomber dans un  » je n’y arriverais jamais « . J’avais envie d’une sorte de retour a la source, de me baigner dans l’ocean si doux de l’amour de dieu. Aussi ais-je decide de le faire partager. La lumiere qui nous innonde en lisant ce texte nous rappelle ce qu’est Dieu.

    :

    « Puisque vous êtes le Bien suprême, et que vous ne voulez pas l’iniquité, mais la justice et la vertu, je fais ce que je dois faire si j’accomplis votre volonté, et elle l’accomplis en renonçant à la mienne, que vous ne voulez jamais violenter ; car vous l’avez faite libre, pour que je vous la soumette de mon plein gré ; En m’appliquant sans cesse à faire la vôtre, je vous deviendrai plus agréable, et j’acquerrai des mérites devant vous.

    17.- Je veux donc et je désire ardemment faire tout ce que vous commandez ; mais je ne sais pas bien ce que renferme votre volonté, et comment je puis me soumettre à vous avec zèle et fidélité. Si je ne suis pas trop téméraire, si je n’abuse pas de votre bonté, je vous conjure humblement d’agréer ma demande, et de me donner encore quelques courts enseignements.

    18.- Alors le Seigneur répondit : Si tu désires connaître en peu de mots ma volonté, afin de pouvoir la suivre parfaitement, ma volonté est que tu m’aimes souverainement et toujours. Je vous ai fait le commandement de m’aimer de tout votre coeur, de toute votre âme, de toutes vos forces, et c’est à observer ce commandement que consiste la perfection ; car la fin du commandement est la charité, et l’accomplissement de la loi est l’amour.

    19.- L’âme reprit : Je comprends que votre volonté et ma perfection se trouvent dans votre amour, et je voudrais vous aimer, comme je le dois, d’un amour ardent et souverain ; mais je ne sais pas assez comment je puis et je dois le faire. Je vous supplie donc de vouloir bien m’instruire à ce sujet.

    20.- Dieu lui dit : Ecoute et médite de toute l’application de ton esprit ce que je vais te dire. Pour m’aimer parfaitement, trois choses sont nécessaires. Il faut d’abord éloigner, séparer, retrancher ta volonté de tout amour et de tout attachement terrestre et charnel, de sorte qu’aucune chose passagère et périssable ne puisse te plaire en cette vie, si ce n’est pour moi.

    21.- La chose la plus importante, c’est qu’il ne faut pas que tu m’aimes pour toi, que tu t’aimes pour toi et que tu aimes le prochain pour toi ; il faut que tu m’aimes pour moi ; que tu t’aimes pour moi, et que tu aimes le prochain pour moi.

    22.- L’amour divin ne peut souffrir la société d’un autre amour. Selon que tu seras souillée de la contagion des, choses de la terre, tu seras privée de mon amour et tu perdras la perfection ; car, pour être pure et sainte, il ‘est nécessaire que l’âme méprise toutes les choses sensibles. Fais donc en sorte qu’aucune des choses que ma bonté vous a données pour votre usage ne t’empêche de m’aimer. Que toutes, au contraire, t’aident, t’excitent et t’enflamment pour moi ; car si je les ai créées, et je vous les ai données, c’est afin que, connaissant davantage la grandeur de ma bonté, vous m’aimiez d’un plus grand amour.

    23.- Applique-toi donc à soumettre au frein de la continence tes sens et tes désirs : garde-fui avec vigilance, et résiste avec courage aux concupiscences de la terre, que font naître de toute part les conditions de cette vie malheureuse et la corruption de la nature. Fais en sorte de pouvoir dire avec mon prophète : « C’est lui qui a formé mes pieds (c’est-à-dire mes affections, qui sont les pieds de l’âme) comme ceux du cerf, pour fuir les chiens ( c’est-à-dire les liens de la concupiscence), et il m’a placée sur les hauteurs» (Ps. XVII,34), c’est-à-dire dans la contemplation.

    24.- Aussitôt que tu auras observé ce premier enseignement, tu pourras accomplir le second, qui est d’une (367) plus grande perfection : c’est que toutes tes pensées, tes actes et tes opérations aient pour unique but mon bonheur et ma gloire. Il faut t’appliquer sans cesse à me louer par tes prières, tes paroles, tes exemples. Il faut non seulement le faire, mais encore y porter autant que tu le pourras les autres, afin que tous me connaissent, m’aiment et m’honorent uniquement. Ce moyen me plaît plus que le premier, parce qu’il accomplit plus ma volonté.

    25.- Quant au troisième enseignement qui reste, si tu le suis, sois persuadée que rien ne te manquera, et que tu arriveras à la justice parfaite. Voici en quoi il consiste : il faut chercher avec un ardent désir, et t’efforcer d’atteindre une disposition d’esprit telle, que tu me sois si unie, et que ta volonté soit si conforme à la mienne, que tu ne veuilles jamais non seulement le mal, mais encore le bien que je ne veux pas.

    26.- Quoi qu’il arrive au milieu des misères de cette vie, dans les choses temporelles ou spirituelles, rien ne doit détruire la paix ou troubler le calme de ton esprit. Il faut au contraire croire avec une foi inébranlable que moi, le Dieu tout puissant, je t’aime plus que tu ne t’aimes toi-même, et que j’ai pour toi plus de soin et de sollicitude que tu ne peux en avoir toi-même. Plus tu t’abandonneras, plus tu te confieras en moi, et plus je t’aiderai, plus je te serai présent, plus tu connaîtras et sentiras parfaitement la douceur de ma charité envers toi.

    27.- Tu ne peux arriver à cette perfection que par un entier et perpétuel renoncement à ta propre volonté. Quiconque n’apporte pas ce renoncement dans toutes ses oeuvres manque par cela même à la vraie perfection ; mais celui qui le pratique avec joie accomplit parfaitement ma volonté. Celui-là m’est très agréable ; car rien ne m’est plus doux que d’agir avec vous par la grâce et d’habiter en vos âmes. »

    fedydurke

    29 janvier 2009 at 03:11

  14. Je suis en « primo-découverte ».
    Catholique, refusant ses institutions, essayant de marcher sur les pas du Christ, gardant ma liberté de pensée, ignorant tout de la révélation d’Ares,je me sens concerné par les quelques commentaires que je viens de lire et aimerais en savoir plus,afin de prendre position face à vos convictions pour y adhérer ou m’en démarquer.
    Donc, je vous lance un appel à une information objective et surtout non manipulatrice.En vous remerciant.

    MAZARIN41

    29 janvier 2009 at 05:52

  15. Merci Mazarin de cette ouverture, dont je comprends de façon générale la prudence.

    Pour rappel fraternel :
    « C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez »…

    Je dois préciser tout de suite que je ne suis pas dépositaire de la compréhension du message arésien : le mieux est sans aucun doute de s’adresser au frère Michel (Michel Potay) ou bien, sur internet, à un site spécifiquement arésien (voir liens ci-dessous).

    Pour ce qui me concerne, quoique je connaisse assez bien ce livre, et depuis assez longtemps, j’en suis à peu près au même point que vous, « essayant de marcher sur les pas du Christ« , et vos éclairages dans votre propre recherche peuvent s’avérer très enrichissants.

    Après, les formes « d’engagement » des uns et des autres peuvent être si variées, « comme le reflet des roches » dit justement l’évangile arésien… C’est bien la raison d’être d’Anarchie évangélique !

    Vous avez sans doute vu, à travers les commentaires (et encore tout récemment) que cette présente plate-forme est sans dogme et accueille toute personne qui cherche à expérimenter en pleine conscience et liberté la Voie de l’amour émancipateur (c’est ma façon de résumer le message du Sermon sur la montagne, qui est notre Base universelle : amour renouvelé d’autrui, non-jugement d’autrui, pardon et correction fraternelle, intelligence du coeur).

    Donc merci à la suite de ne pas figer cette plate-forme en « prenant position » face à des convictions certes droites et claires dans leur contenu, mais aussi fluides que possible dans leur « vécu ».

    Il n’y a pas d’adhésion ici, et les démarcations, parfois nécessaires, ne devraient pas contrevenir au Fond commun qui nous rassemble.

    La Veillée 25 de l’évangile d’Arès, reproduite partiellement ici même, donne parfaitement le ton justement…

    Voilà, j’ai placé ici quelques liens/internet concernant Arès, bienveillants ou neutres : https://anarchieevangelique.wordpress.com/2008/12/27/le-vent-fou-leve-de-nazareth/
    et reste à votre disposition pour dialoguer et chercher ensemble !
    Fraternellement,
    Laurent

    laurentchaumette

    29 janvier 2009 at 08:58

  16. Je crois qu si Dieu existe il ne peut être qu’amour. S’il est présenté comme autre chose, c’est une invention, une subversion, une imposture, une manipulation. Si bien que je n’accepte que ce que ma conscience considère comme acceptable. Une connaissance acceptée sans comprendre est un dogme, ce n’est pas une connaissance. N’allez pas plus loin que ce que peut votre conscience. A chaque jour suffit sa peine.

    Je crois que comme Dieu n’est qu’Amour, il nous a fait libre, à nous de devenir conscient et responsable, attributs divins. Puisqu’il est amour, Dieu ne peut rien nous imposer par la Force, il s’offre, il est comme les petits. Puisqu’il est ainsi, il est protégé et ne se rèvèle qu’à ceux qui se reconnaissent dans le Sermont de la Montagne. Il n’est pas non plus vengeur, colérique, autoritaire… Il est juste le Créateur. Si nous connaissons des déboires, ce n’est pas Lui mais les conséquences de nos actes déséquilibrés qui en sont responsables.

    Je crois que Jésus est l’Arbre de Vie et que par lui nous devons réaliser le Grand Oeuvre. Il est venu nous initier aux techniques, à nous de bâtir. Il est le Maître, nous sommes les Compagnons et Apprentis. Je crois que son enseignement n’est révélé dans la Bible que par une lecture à l’aide de la Clé « Aime ton Prochain comme toi-même ».

    Je crois que le Grand Oeuvre, ou Règne de Dieu, est la vie en esprit, conscient et responsable globalement et totalement. Le Grand Oeuvre est à réaliser en nous même et dans le Monde. Le Règne de Dieu est aujourd’hui en chacun si nous le voulons et il sera demain dans le Monde quand nous serons suffisamment.

    Je crois que les Eglises ont oublié qu’elle devait initié ceux qui veulent connaître (voir arcane 5 du tarot, celui qui leve la tete et les bras est ignoré alors que celui qui baisse la tête en prière est préféré). Ceux qui veulent se mettre en recherche doivent alors se constituer en loge, loin des apparats, de l obéissance, de l’autorité, des hierarchies, du bruits et de l’agitation. Dans le secret et la discretion.

    un maçon chrétien libertaire

    tubalcain

    2 février 2009 at 07:34

  17. Il n’y a que moi qui ais raison et d’ailleurs dieu est de mon avis !

    Chacun d’entre nous affirme que sa voie est la meilleure, que le chemin qu’il suit est celui qu’il faut suivre, qu’il connaît dieu et son amour. Je ne connais pas l’amour de dieu et je ne sais pas quel chemin il faut suivre. Je sais que mon cœur me dit qu’il ne faut pas blesser son prochain, tenter de faire attention à ses amis comme le ferait un ange gardien. Qu’ils sont doux et aimants les anges a nous supporté, à nous aimer, a nous protéger de leur affection comme une mère protége son enfant.
    J’ai lu un peu la vie des grands mystiques et je reste littéralement ébahi par leur amour infini. Comment peut lécher les plaies des lépreux, humilier son corps et remercier dieu de ses souffrances. Cette femme qui dit que sa joie est incommensurable, possède t-elle vraiment la félicité de plaire a dieu. Pourquoi ne pas la croire puisqu’elle le dit. Elle n’a aucun intérêt a nous mentir. Et tous ces enfants qui ont vécu des NDE et fait connaissance avec la gentillesse des anges, leur amour et leur bienveillance, ils ne sont certainement pas des menteurs. « Tu ne tueras point «, bon dieu, c’est pas compliqué, c’est simple. Tu ne feras pas de mal à ton prochain, ce n’est pas du grec ancien, c’est compréhensible
    Dieu a beaucoup de mérite. On le rend responsable de tout, sauf de nos réussites. Mon dieu, je te remercie d’être ce que je suis et je prie pour toi avec l’âme d’un enfant. Je prie pour ta patience. Mon pauvre dieu, tu n’as pas mérité les hommes et ta colère est juste. Tu préfères les animaux, je te comprends, ils ne mentent pas et ils sont plus près de toi que nous. Nous n’avons rien compris depuis que nous habitons notre terre. Nous n’avons pas compris que nous étions a ton image, des enfants dieu qui devaient passer leur temps a s’aimer et non a faire ce que nous avons faits. Nous avons perdu notre temps et il va falloir le rattraper. Mais comme notre seigneur est infiniment bon, il nous a dit « le temps n’existe pas si vous vous aimez «
    Nous n’aimons pas dieu pour lui même mais pour nous.

    fedydurke

    2 février 2009 at 07:42

  18. Que ma joie demeure !

    Nous parlons tous de dieu et un peu moins des hommes. Nous nous demandons comment faire pour aider son prochain, l’aimer et par la même aimer Dieu. Je vous livre quelques réflexions que je soumets à votre critique voire a votre appréciation.
    Comment aider les autres, moi qui suis phobique. La situation peut prêter a rire si quelques idées ne m’étaient venues illustrant le fait, l’adage, selon lequel « rien n’est impossible ».

    Je peux toujours jeûner en signe de solidarité avec ceux qui ont faim et froid. Jeûner pour montrer à Dieu que je pense a ceux qui n’ont rien. Bien sur l’action est très symbolique mais l’importance du symbole, a mon sens, doit être restauré. Jeûner en pleine présence à soi et à dieu prend une dimension qui transcende et qui appelle Dieu.

    L’ascèse est aussi un moyen de montrer au divin que je suis avec lui ici et maintenant dans son message. Il ne s’agit aucunement de se faire du mal, de se flageller mais de renoncer au plaisir quelquefois pour témoigner de sa solidarité, de ce que je suis avec lui. Cela peut prendre plusieurs formes comme étudier un livre historique, s’abstenir de faire l’amour une fois dans la semaine, renoncer à un plaisir que nous avons l’habitude d’apprécier, ne pas regarder la télévision. Modération en toute chose car l’excès est dangereux.

    Le don me semble un autre aspect de cette solidarité et de cette communion avec dieu et avec les hommes. Quand je donne une baguette à un homme qui n’a rien, ça n’est pas grand-chose pour moi mais cet échange témoigne du fait que je pense a lui et lui le sait, sans jeu de mot. Je peux donner et demander a celui qui reçoit, qui accepte, d’offrir en retour quelque chose a quelqu’un, ne serait-ce qu’un sourire. Que le sourire ne soit pas la pour les conventions sociales mais en témoignage de notre humanité. Nous pouvons donner des vêtements, des jouets, des choses qui nous servent plus, un peu d’argent.

    Tous ces témoignages de foi ne sont pas nouveaux. Ils puisent leur source dans la tradition religieuse. J’y ai repensé en me demandant qui inviterait un SDF à Noël, un homme qui a froid a manger, qui inviterait le christ tout simplement.

    Si nous pouvions tisser sur la toile un réseau de gens qui pratiquent, comme ils peuvent, cette foi, cette humanité ais-je plutôt envie de dire, il me semble que nous aurions commencé la le début de quelque chose. Il ne s’agit pas de courage. Il n’y a rien de courageux a aller dans un cimetière et a se recueillir sur la tombe d’une personne inconnue et lui envoyer quelques pensées affectueuses. Il n’y a rien de vertueux à jeûner d’autant plus que les plats qu’on nous proposent aujourd’hui sont positivement peu ragoûtants. Il n’y a rien de généreux a donner du pain, a le partager.
    Il faut de la volonté et savoir vivre un certain inconfort, c’est ce qui était la marque des vrais catholiques, ceux qui avaient compris ce que le mot amour voulait dire. Partons à sa redécouverte, si vous le voulez bien.
    Au moins, essayons !

    Et puis nous pouvons rayonner la joie. Qu’il nous soit permis d’être heureux ! Que ma joie demeure ! Empli de cette chaleur que nous a transmise celui qui est, je sourie de bonheur à la vie, ivre du cœur de l’homme, avec mon ange sur mon épaule et mon ami devant moi. Je veux vivre cette félicité et éblouir le regard de ceux qui me voient. Ce n’est pas moi qu’ils voient mais l’éclatante lumière de mon âme. Je ne veux pas de modestie et d’humilité ni me cacher derrière la peur que je me suis construite. Eclater la félicité pour étonner l’autre, pour qu’il s’interroge, pour qu’il s’effraie et qu’il se dise au fond de son silence « Mais qui était cet homme et qu’est ce qu’il a ? » Je veux que me yeux soient tranchant comme la glace, vif comme le feu, fou d’amour fou. Je veux mon cœur saigner. Je veux que tous nous sortons de nos voitures et de nos cages et que nous en finissons avec la folie qu’est ce travail qui nous tue tous les jours.

    Je veux qu’on puisse se regarder au lieu de se ternir, de se sentir, de se méfier. Que ma joie demeure ! Comme une révolution qui ne se termine pas.

    C’est un doux rêve que tous nous faisons, mais je sais que certains d’entre nous, tous les jours plus nombreux, travaillent a construire ce foyer de joie pour qu’enfin a jamais Notre joie demeure.

    fedydurke

    2 février 2009 at 07:44

  19. Certains croyants ont une ouverture d’esprit « agnostique »
    empreint d’un DOUTE permanent.
    Situation qui pourrait être simplifiée par : croire, sans la religion !

    La croyance en Dieu peut être limitée au message du Christ,
    message que l’on retrouve dans la plupart des religions et dans l’humanisme des athées,
    qui est « aimez-vous les uns les autres et vivez dans la bonté »!

    Les paroles de jésus ne sont pas un chemin de FACILITE,
    suivre ses commandements nécéssite une abnégation et une humilité dans la vie,
    une négation de nombreux désirs et plaisirs,
    cette voie est ardue, proche de l’ascétisme.
    Le message est si difficile a appliquer que l’on n’arrive quasiment jamais à le réaliser.

    Il existe une très grande diversité chez les croyants,
    quant au degré de suivi des commandements de jésus.
    Les croyants s’éloignant le plus du chemin de jesus donnent une image de marque des religions
    qui sera caricaturisée par les non-croyants et qui détruiront la valeur des religions.
    Il est trop facile et malhonnête intellectuellement de détruire une religion
    en faisant référence uniquement à l’application de certains croyants
    et non reflexion sur les messages de base !

    Ne pas croire en l’humain n’est pas ma croyance :
    L’humain, il faudrait lutôt dire « les humains »
    se répartissent entre le bon et le mal selon une courbe de Gauss.
    Il est facile d’aimer dans les humains les meilleurs
    qui nous donnent une admiration du chemin de vie, telle mère thérésa.
    Il est plus difficile d’aimer l’humain se trouvant à l’autre extrémité de la courbe de Gausse, les meurtriers d’enfants ou les responsables de génocides.
    L’humain est libre de choisir son positionnement sur cette échelle.
    L’humain peut avoir de très grandes faiblesses ou d’énormes qualités,
    Sa liberté nous donne un tableau parfois de la détresse dans la profondeur du mal,
    Et on doit se positionner avec beaucoup d’humilité en tant que son propre humain,
    En voyant ce que l’on serait capable de faire en tant qu’Humain.
    L’acceptation de l’Humain nécéssite un grand Amour
    pour pardonner et accepter le pauvre et faible Humain.
    Celui qui fait le mal est un humain
    qui a dévié son chemin, qui va vers son propre échec, sa mort spirituelle,
    sa perte de son humanité, le reniement du sens de l’existence.
    Il peut être jugé avec humilité des jurés face à l’echec de vie du jugé.

    La conversion d’un humain qui vivait dans le mal pour rejoindre le bien,
    ne doit pas ètre négationiste
    excusant que tout le mal fait est de la nature de son précédent moi,
    ce qui est fait dans le passé doit être accepté et non refoulé ou renié.
    Il faut vivre avec le poids de ses erreurs passées
    avec contrition et demande de pardon
    auprès de tous les humains que l’on a blessés.

    L’homme a sa beauté à sa naissance, qu’il cultivera ou qu’il reniera.
    Je crois en l’Homme.

    MAZARIN41

    2 février 2009 at 07:45

  20. Bonjour à tous,
    J’ai découvert ce blog depuis peu, grâce aux échanges que permet ce formidable outil qu’est Internet (pour le meilleur et pour le pire)
    Je prie que Fedydurke ne prenne pas la remarque que je vais faire plus loin pour une attaque ou une critique, en aucune façon. S’il a été touché par ce texte qui manifeste une profonde foi et un sincère désir de se rapprocher de Dieu, c’est une bénédiction pour lui et j’en suis heureuse.
    Je respecte également totalement l’angle d’approche de ce texte, qui reflète la vision intérieure de celle qui l’a écrit. (si j’ai bien compris, c’est Catherine de Sienne ) Mais comme ce blog est ouvert à tout ceux qui aiment Dieu et cherchent à Le laisser vivre en eux, j’ai trouvé intéressant la différence entre mon ressenti et celui de Fedydurke qui s’est senti inondé de Lumière à la lecture de ce texte.
    Pour ma part, je me suis sentie oppressée et chargée d’un très lourd fardeau. Et ceci, uniquement à cause de ma propre expérience.
    En effet, pendant des années, suite à des expériences avec des personnes ayant interprété les Écritures d’une certaine façon, j’ai développé un très fort sentiment de culpabilité, de honte et de haine de moi-même, si « pècheresse » avec un immense desespoir de ne « jamais pouvoir y arriver ».
    C’était en fait, les conséquences de la Pédagogie de la peur, utilisée dans la Torah, (Ancien Testament ) la Théologie de la Séparation, qui est très nette dans ce texte : moi je suis là, si faible et pleine de tentations, et Dieu est là-haut, si Parfait et très difficilement accessible, sauf si je me coupe de tout pour Lui.
    Encore une fois, ce n’est pas une critique, la Bible est mon livre de chevet, et je suis convaincue que le choix de ce type de pédagogie est nécessaire pour certains types d’âmes. (et ce n’est pas un jugement de valeur, mais une question de sensibilité) Cependant, pour moi, cela m’a maintenue très loin de Dieu pendant des années, jusqu’à ce que je découvre « Conversations avec Dieu » qui propose une Pédagogie, une Théologie de l’Unité, où Dieu est mon Être même. Cela m’a libérée de toute culpabilité, toute peur, toute honte, libérée de ce desespoir de me sentir si loin de mon Dieu, en faisant l’expérience de sa Présence comme étant la racine, l’essence de mon Être, et c’est cela qui m’a inondée de Lumière et permis de grandir à nouveau.
    Encore une fois, je ne suis pas du tout en train de dire que ma voie est la meilleure, mais comme il est dit « c’est à leurs fruits que vous les reconnaitrez » et ces fruits sont, entre autre, la Joie, la Paix, l’Amour, la Puissance, et c’est ce que j’ai reçu, suite à mon changement de vision.
    Je vous encourage vivement tous à suivre la voie qui vous parle le plus,quelle qu’elle soit et qui fait naître en vous ces fruits, , car c’est, pour moi, la seule chose que Dieu désire : « que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité. » (1 Tim 2 : 4)
    Et comment savoir qu’on est dans la Vérité? Quand on se sent libre, libéré de la peur et du cortège des émotions négatives qui vont avec (colère, culpabilité, tristesse, jalousie, honte, etc…)
    « Vous connaitrez la Vérité et la Vérité vous libèrera » a dit Jésus.
    Je vous souhaite à tous et toutes Lumière et Amour sur votre chemin,
    Lénah

    dieuautrement

    2 février 2009 at 07:46

  21. Bonjour !
    Je me méfie de ceux (celles) qui affirment avoir reçu des « révélations »…
    Je tente de vivre un christianisme rationnel, et pour moi la dernière révélation fut celle faire à l’homme Jésus, par Dieu. A l’homme Jésus et non à Paul. Je retiens des Evangiles, qui furent certainement « tripatouillés », le Sermon sur la montagne.
    Celui qui pardonne vit le christianisme. Je n’ai nullement besoin d’un autre message que celui-là, mais que Dieu bénissent ceux qui croient aux « révélations » de Michal Potay.

    Jacques Cécius

    2 février 2009 at 08:57

  22. Je reprends ma réponse en bref :
    Cher Jacques, oui au christianisme du Sermon, oui Paul n’est pas parole d’évangile, du moins à mon sens.

    Si j’avais reçu une « révélation », comme j’aimerais que mes frères ne me rejettent pas sans m’écouter !

    Ce que j’aimerais pour moi, je le fais donc aussi pour autrui :
    en l’occurrence, Michel Potay, le monde s’en apercevra, aura passé sa vie prophétique à assumer droitement et sans relâche une révélation impressionnante de clarté biblique.
    Qui lira verra !

    Merci de votre sincérité, et à bientôt je l’espère, car votre apport est instructif et estimable, et votre engagement des plus nobles.

    ps. je conseille vivement de lire sur le blog de Jacques :
    « Toute forme de hiérarchie tue l’humanité qui se trouve en l’homme ! » (texte d’Elisée Reclus), à l’adresse :
    http://lerebelle.over-blog.com/

    laurentchaumette

    2 février 2009 at 09:13

  23. A Tubalcain
    ma réponse ayant disparue ici aussi, je salue fraternellement notre convergence essentielle telle qu’elle ressort de votre commentaire ci-dessus.

    Ma différence est peut-être que selon ma compréhension, l’évangile est accessible à chaque être humain sans initiation spéciale :
    il « suffit » de redevenir un « petit enfant »… nous disait Jésus… il y a 2000 ans… déjà…

    laurentchaumette

    2 février 2009 at 09:21

  24. A Mazarin :
    encore un post englouti…
    je disais mon accord sur :

    « La croyance en Dieu peut être limitée au message du Christ,message que l’on retrouve dans la plupart des religions et dans l’humanisme des athées, qui est “aimez-vous les uns les autres et vivez dans la bonté”! »

    et ma réserve sur :

    « Il faut vivre avec le poids de ses erreurs passées », parce qu’à un certain niveau, ce poids nous empêche de nous élever : Dieu est tourné vers le Bonheur, faisons-en autant !

    laurentchaumette

    3 février 2009 at 02:19

  25. Bonjour Marie-Claire !
    Merci de vos mots touchants…
    Votre foi est grande et cela semble admirable dans le contexte que vous évoquez…
    Je ne sais pour ma part si je peux vous aider, et comment, mais j’y suis ouvert bien sûr, avec mon écoute, mon coeur de frère, mes petits moyens.

    Cette plate-forme respire la liberté (au dire de nos commentateurs et observateurs), et vous vous y sentirez j’espère « comme chez vous ».

    N’hésitez pas au besoin à me joindre personnellement par voie privée (mail : chaumette.laurent@gmail.com) pour tout ce que vous voulez, je réponds toujours, dès que je suis disponible.
    Bien fraternellement et avec vous, Laurent

    laurent chaumette

    10 février 2009 at 20:28

  26. « Cette plate-forme peut devenir l’un des foyers de cette nouvelle alliance sans loi ni chefs, jamais vue sur Terre, qui se tisse aujourd’hui de par le monde.
    Elle est ouverte à tous les hommes de bonne volonté qui s’obstinent à se rendre meilleurs, pour qu’un monde meilleur naisse un jour sur Terre. »

    Super, j’adhère! la classe mais peut on s’exprimer librement sur cette plate forme?
    On peut dire qu’on est non croyant et que c’est possible de l’être et de croire en un monde meilleur?

    Si oui, je laisse ma trace avec plaisir!
    Fraternellement
    Jeanne

    Jeanne

    13 février 2009 at 05:09

  27. Bonjour Jeanne, et quelle joie de vous lire !
    « croyance », « incroyance », vieilles catégories stériles.
    Ici l’enjeu est de faire circuler un air fraternel libre.
    Mieux vaut à mon sens un seul petit pas athée vers un monde meilleur qu’une « croyance » aux arrêts.
    Au plaisir de vous retrouver bientôt pour un post ou un « billet ».
    Bien fraternellement, Laurent

    laurent chaumette

    13 février 2009 at 06:44

  28. Du « Non sens de la haine »

    « C’est quoi l’explication fondamentale de toutes les haines ?
    Je pense que nous sommes sur terre avec un volontarisme pour en tirer quelque chose de positif ?

    J’ai du mal à comprendre une querelle stérile,
    On se bat normalement pour un objectif dont on tire un bénéfice secondaire
    ou pour défendre une théorie qui nous semble positive!

    Comment les querelles commencent ?

    Cela me fait penser aux guerres tribales ethniques, où après des années de combat,
    on ne se souvient plus du motif de déclenchement,
    la guerre s’auto-alimente de façon insensée.
    Et, où il ne peut exister d’armistice,
    pour résoudre le problème initial qui est oublié !!!

    C’est fort instructif, quant à la condition humaine !
    Quelqu’un se souviendrait-il, du motif initial ?
    Cela serait étonnant.
    Cela, ferait peut-être du bien d’en parler
    pour comprendre l’autre et vous comprendre,
    c’est un exercice de style purificateur.

    Regardez la source naître au flanc de la montagne (votre naissance)
    et la couleur de l’eau débouchant à l’estuaire,
    la pureté initiale a changée,
    « grâce » à l’intervention humaine ( la mort doit-elle être, cette eau boueuse, salie),
    l’homme ne prendra-t-il jamais en main sa destinée ?

    Guérir la Terre commence déjà à faire le premier pas par la purification individuelle,
    puis de proche en proche,
    puis de masse en masse,
    etc…
    Sauter cette étape,
    ne peut mener à rien de bon pour notre planète,
    qui daigne encore pour un temps nous héberger !

    L’outil est la haine comme toujours !
    Mais pour défendre quoi ?
    Trop, hélas, incommensurablement humain !!! »

    A mon témoignage humaniste sur ma vision de la haine, il me faut la compléter par mon engagement de croyant, encore plus fondamental :

    La Haine est une manifestation du Malin pour nous entrainer par notre réponse sur le voie du Mal,
    elle représente une tentation manquant de subtilité, tablant sur des réactions spontanées acquises humaines…

    Nous valons plus que de pseudos-réflexes viscéraux, nous avons un esprit pour penser, et une âme pour réagir charismatiquement.

    Notre ouverture face à un homme diffusant de la Haine trouve sa réponse dans une phrase de Ghandi, que je citerais plus tard.

    Les Ecritures nous offrent la voie de la Bonté et de la Sagesse suprême.
    D’autres écritures, qui ne sont pas contradictoires, apportent les mêmes enseignements, il ne s’agit pas de « compétition » spirituelle, mais de l’existence plus universelle, de penseurs ayant marchés sur la voie de la Sagesse.
    Nous n’avons pas, par esprit sectaire, à nous restreindre aux seules Ecritures pour enrichir notre spiritualité.
    Toutes Paroles allant sur la bonne Voie sont bienvenues pour nous aider dans notre réflexion et notre cheminement.

    MAZARIN41

    13 février 2009 at 09:50

  29. Moi ! »ce qui est fait dans le passé doit être accepté et non refoulé ou renié.
    Il faut vivre avec le poids de ses erreurs passées
    avec contrition et demande de pardon
    auprès de tous les humains que l’on a blessés. »

    « A Mazarin :
    et ma réserve sur :
    “Il faut vivre avec le poids de ses erreurs passées”, parce qu’à un certain niveau, ce poids nous empêche de nous élever : Dieu est tourné vers le Bonheur, faisons-en autant ! »

    Je pense que ma pensée a été mal comprise, parce que le terme « poids » déforme le sens de ma pensée !
    Je voulais exprimer des notions qui me paraissent importantes :
    – lorsque nous commettons des erreurs ou vivons une expérience négative,
    ces dernières ne doivent pas être refoulées dans notre inconscient, devenant « non digérées », invisible à notre analyse,
    mais poids pour notre Tout à cause de ce refoulement.

    Ces dernièrres doivent être analysées, auto-critiquées sans culpabilisation, car être maitrisées par une contrition sincère ou une acceptation nous replaçant dans notre position de simple pêcheur, animé d’une volonté de grandir dans la Vérité.

    Fort de ces expériences malheureuses, présentant moins de risque de récidives, car gardant en mémoire nos erreurs passées.

    – dans le cadre d’erreurs commises ayant entrainées un préjudice à un autre homme,
    avoir le courage et l’humilité de demander pardon à l’homme,
    et ne pas se contenter de demander pardon à Dieu, dans le secret de notre intimité.

    Demander pardon à l’homme nous grandi
    par l’application dans le réel d’une vertue.
    Celui qui reçoit le pardon, constate une action « inhabituelle », lui ouvrant les yeux sur un comportement humain, d’inspiration divine.
    Ce pardon devient un acte de courage de pècheurs repentis, témoignage, donnant un exemple, qu’il existe un chemin éclairé, qui lui propose de réfléchir à son propre comportement
    et qui l’incitera peut-être à venir participer à notre marche sur le chemin de la Libeté et de la Vérité !

    MAZARIN

    13 février 2009 at 10:14

  30. Merci Mazarin41 de ces précisions magnifiques, humbles et courageuses, que je rejoins autant que je peux !

    laurent chaumette

    14 février 2009 at 06:47

  31. Nettoyage du moi !
    Brève introspection, pour vider:
    les détails sans significations,
    les conflits sans raisons,
    les désirs de consommation,
    les démissions, les déceptions,
    ………………………………….
    Je regarderai ce qu’il reste,
    Dans ce reste, j’évacuerai,
    Tout ce qui ne me parait pas essentiel,
    Je jugerai ce que je désire,
    éliminerai encore et encore,

    Pour me retrouver,
    Dans la sagesse et l’Amour,
    C’est tout ce qui reste…

    MAZARIN

    14 février 2009 at 10:43

  32. Je voudrais dire à Mazarin, venu du catholicisme, que sa force et son élan pour changer sa vie, comme nous nous y efforçons tous je pense ici – afin d’être des hommes capables et dignes d’un monde meilleur -, cette force et cet élan sont pour moi admirables et exemplaires.

    Et mettre nos changements en petites poésies me semble une excellente voie pour en transmettre le contenu sensible,
    tout en sachant que la Vie ne se laisse jamais prendre au mot,
    sous peine de devenir un dogme, une loi, une prison.

    Mon souhait : que fleurissent partout les petites poésies du changement !
    Elles annonceront le Printemps.

    laurent chaumette

    14 février 2009 at 18:51

  33. Du « Pardon »

    Le pardon est un don d’amour, dans la mesure où on oublie nos offenses,
    pour se consacrer à l’offenseur avec générosité et bienveillance.

    Il est également une forme d’humilité en se sachant capable de fautes.
    Il faut être assez charismatique pour pardonner même à ceux qui ne reconnaissent pas leurs fautes (se reporter à la citation de Ghandi), effort qui peut paraître sur-humain !

    Le pardon divin sous-entend que l’homme a demandé pardon en reconnaissant sa faute,
    mais cela ne lui retire en rien le devoir de réparation de sa faute sur terre !

    « Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » :
    On demande à Dieu de nous pardonnez nos fautes.
    On exprime le désir de s’appliquer au commandement de pardonner aux autres.
    A aucun moment, on exprime une exigence d’être pardonné sur terre par quiconque.
    Il n’existe aucune réciprocité et aucun bénéfice secondaire à attendre des autres, hormis que ces derniers seront peut-être surpris par la découverte de la bonté !

    Le pardon aux autres permet d’acquérir une paix intérieure.
    Il faut toujours prendre garde de ne pas manifester un orgueil d’avoir réussi à pardonner,
    Ce n’est pas un exploit de parvenir parfois à marcher sur le chemin de l’amour,
    Il faut se remémorer avec humilité, toutes les fois où nous n’avons pas été capable d’y réussir.

    Vivre sa vie est l’acceptation des tranches de vie comportant les passés, les présents et les avenirs.
    La vision éclairée des évènements de la vie doit éviter tout refoulement, tout effort d’oubli,
    simplement l’acceptation.

    MAZARIN

    15 février 2009 at 13:47

  34. Marie-claire,
    Il semblerait que vous attenderiez une réponse de moi?A vrai dire, je n’avais pas discerné clairement qu’il y avait une question dans ton message,sinon j’y aurait répondu avec plaisir et fraternité.
    Je vais essayer de m’y prêter.
    Je pense qu’il s »agit du message de 4h52?
    J’ai lu et compris ton témoignage, où tu évoques les méandres peu scrupuleux de certains et de l’injustice qui s’abat sur l’innocent se retrouvant dans l’isolement communicatif et ton cri demandant une aide divine.
    Face au mal que te conseiller d’autres que d’essayer de réunir tes forces avec l’aide de Dieu, pour retrouver sérénité et confiance.
    Nous sommes tous plus ou moins exposés à nous trouvez face à des hommes nous voulant du mal.
    Et, je te rejoins sur un plan, plus on est ouvert pour aider son frêre pouvant présenter de multiples détresses, plus on risque une fausse relation fusionnelle qui déclenchera foudre de guerre, haine et calomnies.
    C’est un problème que je subis, ma recette est de garder mon sang froid, d’aimer même ceux qui me font du mal, c’est ceux-là qui en ont le plus besoin.

    MAZARIN

    15 février 2009 at 18:52

  35. Jusqu’où irons-nous avec notre « liberté », si c’est pour enjamber les autres, je parle de votre réponse à Mazarin, dont je partage avec mon faible esprit et mes faibles forces le texte sur le pardon, que je lui ai dit souhaiter publier en article, de même que celui sur la haine, qui ne sont pas parole d’évangile, mais riches à partager, et je ne partage pas par contre votre libre opinion basée sur votre « expérience », selon quoi « Pour pardonner,il faut être 2 », parce qu’ainsi nous n’y arriverons jamais.

    Pour pardonner, il faut pardonner, ce qui est une pratique merveilleuse mais exigeante, comme l’expression écrite ou orale et la pratique véritablement fraternelle sont exigeantes lorsqu’on parle de Dieu, ou bien juste de l’homme, qui est à Son Image, quand nous nous parlons les uns aux autres.

    Par ailleurs « anarchie évangélique » est une association de mot qui doit être prise dans son unité active : et c’est à nous de l’activer, pacifiquement, si possible joyeusement, comme l’est votre invitation à la musique, qui à mon sens nous relie au battement de Dieu, et c’est à mes yeux un bel espoir.

    Poursuivons si vous le voulez bien dans cette tonalité, constructivement, pierre par pierre.

    ps. vos citations de Jésus sont quand même un peu trop « libres » :

    « Le christ en parlant à son peuple,a dit 1 jour….si vous écoutez et comprenez mes paraboles,vous n ‘aurez aucun besoin de bible. » ???

    (Excusez-moi si je ne réponds pas de suite, je dois m’absenter)

    laurent chaumette

    15 février 2009 at 21:47

  36. Jusqu’où irons-nous avec notre « liberté », si c’est pour enjamber les autres, je parle de votre réponse à Mazarin, dont je partage avec mon faible esprit et mes faibles forces le texte sur le pardon, que je lui ai dit souhaiter publier en article, de même que celui sur la haine, qui ne sont pas parole d’évangile, mais riches à partager, et je ne partage pas par contre votre libre opinion basée sur votre « expérience », selon quoi « Pour pardonner,il faut être 2 », parce qu’ainsi nous n’y arriverons jamais.

    Pour pardonner, il faut pardonner, ce qui est une pratique merveilleuse mais exigeante, comme l’expression écrite ou orale et la pratique véritablement fraternelle sont exigeantes lorsqu’on parle de Dieu, ou bien juste de l’homme, qui est à Son Image, quand nous nous parlons les uns aux autres.

    Par ailleurs « anarchie évangélique » est une association de mots qui doit être prise dans son unité active : et c’est à nous de l’activer, pacifiquement, si possible joyeusement, comme l’est votre invitation à la musique, qui à mon sens nous relie au battement de Dieu, et c’est à mes yeux un bel espoir.

    Poursuivons si vous le voulez bien dans cette tonalité, constructivement, pierre par pierre.

    ps. vos citations de Jésus sont quand même un peu trop « libres » :

    « Le christ en parlant à son peuple,a dit 1 jour….si vous écoutez et comprenez mes paraboles,vous n ‘aurez aucun besoin de bible. » ???

    (Excusez-moi si je ne réponds pas de suite, je dois m’absenter)

    laurent chaumette

    15 février 2009 at 21:48

  37. Il est dommage, je parle pour moi, de ne pas trouver les mots de la compréhension, et j’avoue que là quelque chose m’a échappé.

    Mais Marie-Claire, vous n’avez peut-être pas pris le temps de comprendre l’enjeu de la libération spirituelle/existentielle à laquelle Aé participe :
    l’amour du prochain et du lointain, le pardon de tous les hommes, la correction fraternelle nous appartiennent, et c’est à nous de réapprendre à les vivre dans notre absolue liberté, donc sans « prêtres » – Jésus n’était pas prêtre et n’a institué aucune prêtrise, mais bien une fraternité où chacun est au service de chacun.
    L’Intention créatrice mise en l’homme est compréhensible et praticable par tout homme, croyant ou incroyant ; et ce, d’autant plus qu’elle est débarrassée des arguties, des dogmes et des superstitions établis par les pouvoirs religieux de toutes sortes.

    laurent chaumette

    16 février 2009 at 07:07

  38. Merci Marie-Claire de vos mots remplis de courage (le courage, c’est d’aller au bout de son coeur), Laurent

    laurent chaumette

    16 février 2009 at 10:30

  39. J’aimerais répondre à fedyburke, non pour critiquer ses choix ou options de vie.
    La lecture de son message est enrichissante, car elle me permet de me situer dans ma démarche.

    – Connaître le chemin de Dieu ?
    Pour moi, la réponse est claire dans les paroles du Christ.

    – De la valeur du jeûne, de la privation dans la pratique de la foi.
    Si ces pratiques permettent à certains de se rapprocher de Dieu, c’est bien.
    Personnellement, je vois le problême différement.
    Vivre sa foi, est pour moi, une volonté d’amour universelle dans la joie de la Bonne Nouvelle.
    C’est la joie qui doit être mon moteur, dans ma propre vie, en analysant les évènements avec positivisme.
    C’est cette joie et Bonté du Christ, que je suis sensé transmettre aux autres.

    L' »auto-flagellation » , même a minima, m’échappe au niveau du message que l’on voudrait faire passer.
    Ne serait-ce pas qu’une méthode de rédemption de nos erreurs de vie, pratiquée dans le secret de notre intimité ?
    Je préfère, mais c’est un choix personnel, la réparation de mes erreurs ou bien l’expression de mes incapacités humaines de façon publique.

    Par exemple, je me sens coupable de non partage des biens matériels auxquels je suis attachés,
    tout en sachant que cette appartenance n’a pas de sens face aux temps, puisque cette possession s’arrêtera à la fin de mon périple sur terre.
    Mon espoir de transmission d’une propriété à mes cinq enfants est vain,car il y aura un démentèlement est une vente !

    Malgré ces incapacités, j’essaye de pratiquer ma voie dans les domaines où j’en ai la capacité.
    N’oublions pas que nous ne pouvons faire le Bien qu’avec les moyens humains qui nous sont accessibles, et la frêle condition humaine est loin des désirs de perfection dans le Christ ou dans l’Humanisme, lorsque nous pratiquons une introspection humble de ce que nous sommes réellement !

    MAZARIN

    16 février 2009 at 11:03

  40. A Marie-claire,
    Je n’avais pas pris le temps de vous lire du premier au dernier écrit dans l’ordre chronologique.

    Si j’analyse bien votre situation:

    – Vous avez le sentiment très profond d’être habitée par Dieu, avec qui vous avez des échanges préférentiels.
    Cette fusion avec le divin, vous fait percevoir le Mal sur terre comme une abomination insupportable que vous essayez vainement de combattre.
    L’échec de ce combat où vous avez le sentiment d’être seule, incomprise,et surtout victime d’une indifférence,

    – Provoque un appel au secours, en recherchant la main tendue qui vous sortira du sentiment d’inexistence provoqué par l’indifférence à votre égard,
    vous qui aimeriez tant faire partager et être comprise de votre état de béatitude avec Dieu et ses anges.

    – Ce manque de l’interlocuteur personnel pour vous comprendre, accepter et aider, vous crée une déception et une remise en cause qui,

    – Vous déclenche un sentiment de culpabilité et de mal-être (« Qui ai-je bien pu offenser? Ou? qui a offensé qui? »),

    – Allant jusqu’à une démission de ce site, désabusée et attristée….

    De façon synthétique, vous vivez un conflit:

    « Marie claire- Dieu » combattant « Les Autres- Le Mal »,
    votre soulagement pourrait s’installer en brisant cet état et en reformulant votre vie en:
    « Marie-claire parmi les hommes » marche avec l’aide de Dieu, sur un chemin où elle témoignera sereinement et sans pensée vindicative contre d’autres humains, ayant le malheur dans leur désespoir, de commettre le mal.

    J’espère vous avoir comprise,
    Et au sein de cette petite communauté, ouverte aux âmes de bonne volonté,
    Nous avons tous le devoir de vous apporter notre aide fraternelle…

    MAZARIN

    16 février 2009 at 13:20

  41. Très beau commentaire encore…
    et je pense que Marie-Claire, à l’âme si musicale, y sentira cette tonalité aimante, dont chaque expression sincère nous fait comme une goutte de rosée printanière.

    Et qui ne sent combien le monde a besoin d’un Printemps ?…
    Ou bien c’est peut-être qu’il s’éveille en nous ?…
    Ou les deux ?

    laurent chaumette

    16 février 2009 at 13:35

  42. « Pardonner à quelqu’un qui ne le demande pas et qui ne reconnait pas le mal qu’il a fait,
    c’est surhumain »
    ******************************************************
    Surhumain ou juste le début d’une vraie humanité ?
    Humanité qui ne brille pas par sa présence constante.

    Ne devrait-on pas apprendre au plus grand nombre,
    De chercher sur terre,
    Ces manifestations cachées, jamais médiatisées,
    Qui nous plongeraient dans une admiration et une plus grande humilité.

    La culture du pessimisme n’est pas irréversible,
    L’optimisme clairvoyant est un vaste champ en jachère.

    MAZARIN

    17 février 2009 at 15:16

  43. Je viens de rtelire le texte de Catherine de Sienne, est j’en sort avec un malaise, car pris au mot, je n’ adhère pas à cet « amour divin » !
    Trop exigeant, trop dévalorisant de la position de l’homme, trop centré sur l’au-delà…
    Dans les béatitudes on retrouve à un moment les mêmes thèmes, où tout ce qui est fait en Bien n’a pas de valeur si l’on ne croit pas d’une certaine manière.

    Ces textes, au lieu d’essayer de libérer le Bon en l’homme, ont tendances à vouloir enchaîner l’homme en un principe supérieur.

    Heureusement que les Ecritures apportent d’autres thèmes abordant l’Amour généreux et pardonnant du Christ.

    Un autre témoignage nous convie de quitter la hiérarchie dans les institutions spirituelles pour que tous les hommes de bonnes volontés se fédèrent en loges fermées réunissant de façon élitiste la « crême des spiritueux ! », où l’on retrouve de façon manifeste une hiérarchie et une obéissance maçonique !

    J’imagine l’existence d’une troisième voie pour marcher sur les pas du Christ ?

    Merci de rebondir sur ce sujet pour aporter vos témoignages !!!

    MAZARIN

    19 février 2009 at 16:41

  44. Cher Mazarin,
    je ne sais de quel texte il est question, et j’avoue ne rien connaître de cette dame, sinon son nom…
    Je serais donc bien en peine d’apporter de mon côté un éclairage…

    Voilà ce que je viens de trouver sur Wikipedia, dans l’immédiat :

    « Catherine de Sienne, née Catherine Benincasa à Sienne (Toscane, Italie) le 25 mars 1347, morte à Rome le 29 avril 1380, est une mystique, tertiaire dominicaine et théologienne. Elle a été proclamée docteur de l’Église (en même temps que Thérèse d’Avila) par le pape Paul VI, le 4 octobre 1970. Sa fête est fixée le 29 avril.
    Ce docteur de l’Église, dit-on, ne savait pas écrire et ignorait le latin ! Les œuvres qu’elle a dictées sont considérables, par leur ampleur, leur contenu et aussi leur importance dans l’histoire de la langue italienne.
    Elle est la sainte patronne des journalistes et des médias (Internet inclus), ainsi que de tout les métiers de la communication, en raison de son œuvre pour la papauté. Elle est co-sainte patronne de l’Europe depuis le 1er octobre 1999. »
    !

    Mes impressions :

    – Il me semble que cette dame qui ne savait pas lire, mais quand bien même, ne peut être tenue responsable d’avoir été désignée « docteur », « sainte », « patronne ».

    Et bien sûr, j’espère qu’il est clair pour les visiteurs réguliers de cette plate-forme que l‘évangile réel n’admet ni « docteurs », ni hiérarchie, ni « saints » non plus, parce que nous sommes tous en cheminement existentiel pour nous améliorer, sans jugement, mais avec obstination.

    Maintenant je ne sais s’il s’agit d’une « troisième voie » :
    à mes yeux, c’est tout bonnement la Première, et elle est compréhensible et praticable par tout être humain dès l’enfance, avec ou sans croyance.

    laurent chaumette

    19 février 2009 at 17:04

  45. A laurent chaumette,
    au sujet du texte de Catherine de Sienne,lire :
    fedydurke, 29 jan 09 at 03:11 !
    Merci de me livrer vos impressions.

    Ma première voie était donc : »Heureusement que les Ecritures apportent d’autres thèmes abordant l’Amour généreux et pardonnant du Christ », sans exigence insurmontable autre que celle d’avancer sur ses pas, ce qui n’est pas toujours évident !

    MAZARIN

    19 février 2009 at 17:51

  46. OK !

    Dans l’immédiat, il y a sur le sujet les impressions de :

    dieuautrement
    2 fév 09 at 07:46

    laurent chaumette

    19 février 2009 at 17:58

  47. A propos de l’amour de Catherine de sienne, je n’ai rien voulu demontrer. J’ai eu simplement envie de livrer ce passage de ses dialogues avec Dieu parce que ce texte m’a plu. Il ne faut pas voir le mal partout y compris dans le bien. J’avoue ne pas comprendre ce qui peut vous mettre mal a l’aise dans ce texte. Par contre, ce qui me met tres mal a l’aise, c’est quand le pape traite les homosexuels de  » malades », quand il cherche a integrer des negationnistes et integristes dans son eglise parce qu’elle est vide. Quand le vatican fait construire un gigantesque telescope aux Etats Unis, je suis meme angoissé.
    D’autre part, je n’ai jamais parlé d’auto flagellation, vous me pretez des mots que je n’ai pas ecrit, cette pratique est malhonnete. Il ne s’agit nullement de se faire du mal, mais d’etre pres des gens qui souffrent, des hommes comme l’etaient les premiers eveques de l’Eglise.

    « Il ne s’agit aucunement de se faire du mal, de se flageller mais de renoncer au plaisir quelquefois pour témoigner de sa solidarité, de ce que je suis avec lui. Cela peut prendre plusieurs formes comme étudier un livre historique, s’abstenir de faire l’amour une fois dans la semaine, renoncer à un plaisir que nous avons l’habitude d’apprécier, ne pas regarder la télévision. Modération en toute chose car l’excès est dangereux. »
    Je vous serais reconnaissant de ne pas deformer mes propos et de lire mon article avant de le critiquer.
    Je vous en remercie a l’avance.

    fedydurke

    20 février 2009 at 00:36

  48. A Fedydurke :

    Votre réponse est le témoin du monde dans lequel nous vivons, en étant sur nos gardes en permanence, craignant une attaque des Autres.

    La lecture des commentaires des autres passent par cette recherche dans les écrits d’une éventuelle critique.

    L’effort premier d’essayer de comprendre les écrits de son interlocuteur devrait être notre volonté.

    Tout cela est hors de mes propos et de mes intentions ou habitudes, de vouloir vous critiquer.

    Alors, cher fedydurke, en toute amitié bienveillante, je vais essayer d’expliciter et de reformuler mon texte, pour qu’il n’y ai pas de malentendu responsable de votre agacement.

    – En citant Catherine de Sienne, je sais bien qu’une citation n’est pas une démonstration.
    Dans cette absence de démonstration, bien évidemment je ne vous met pas en cause, et vous n’avez personnellement dit aucun mal.

    Par contre, je vais vous dire ce qui me met mal à l’aise dans ce texte(et vous n’y êtes pour rien !).
    C’est l’engagement de l’amour divin, qui est tellement exigeant pour l’homme, lui exerçant l’obligation de rien aimer sur terre sans aimer et voir Dieu exclusivement en tout
    (mon explication est encore bien en-deça des exigences de l’échange entre C.de S. et Dieu.
    Je suis mal à l’aise face à cette obligation de cet amour divin tel qu’il est décrit.
    Nous pouvons en discuter plus longuement si vous le désirez ?

    – Diantre, vous me prétez de pratiques malhonnêtes, lorsque j’écris moi auto-flagellation alors que vous n’avez pas écrit ce mot !
    Votre jugement précipité, sans me connaitre, sans essayer de comprendre mes écrits est bien expéditif. e
    J’ai employé personnellement le terme d’autoflagellation dans le contexte suivant(dans vos citations et pas uniquement dans votre pensée, il ne faut pas tout prendre comme attaque personnelle) :

    * « humilier son corps et remercier Dieu de ses souffrances » pour moi, cela mévoque une « auto-flagellation ».

    * « s’abstenir de faire l’amour une fois dans la semaine, renoncer à un plaisir que nous avons l’habitude d’apprécier », là, je ne pense pas à de l’auto-flagellation, je comprends votre démarche qu’est la privation pour soi,
    mais je me pose la question de son utilité, que je remplacerais volontiers par un don de soi pour les autres, comme vous l’évoquez plus loin avec une verve admirable :

    * « Eclater la félicité pour étonner l’autre, pour qu’il s’interroge, pour qu’il s’effraie et qu’il se dise au fond de son silence « Mais qui était cet homme et qu’est ce qu’il a ? »

    * sous forme de boutade, j’aimerais vous répondre à cette phrase :
     » Il n’y a rien de vertueux à jeûner d’autant plus que les plats qu’on nous proposent aujourd’hui sont positivement peu ragoûtants. » Venez à ma table goûter ma cuisine que je crée avec l’aide de Dieu,
    des produits qu’Il a mis à la disposition des hommes.
    Et pourquoi jeûner alors qu’en confectionnant un plat, je peux rendre hommage à Dieu, et procurer du plaisir à ceux qui en gouteront.
    C’est encore une fois, préférer le don aux autres et la célébration de Dieu à travers sa création et l’exploitation d’un « talent » qu’Il m’a donné (« talent » dans les deux sens du mot, ainsi que celui dans la  » Parabole des talents » !)

    – « Je veux qu’on puisse se regarder au lieu de se ternir, de se sentir, de se méfier. »
    Tu l’as écris et c’est très important, arrêtons de nous méfier des autres.
    Partons du principe de l’innocence que l’homme est bon, jusqu’à preuve du contraire et échangeons dans la charité.

    A tort, tu t’es senti pris à parti, et d’un réflexe spontanné de défense, une réponse péjorative jailli contre un lecteur assidu qui a lu l’intégralité de ton texte avec bienveillance.

    Dans nos différents échanges avec les autres,essayons
    – Bienveillance et amour.
    – Fraternité et acceptation.

    MAZARIN

    20 février 2009 at 10:20

  49. Indépendamment du contenu de cette discussion, qui n’est pas vitale il me semble, je partage l’appel au dialogue et la pratique bienveillante qu’en montre Mazarin.

    C’est bien dans les désaccords qu’il y a mérite à vouloir quand même dialoguer, au mimimum pour bien clarifier chaque point de vue ; et c’est aussi là que nous manifesterons un progrès réel dans notre volonté fraternelle.
    Non ?

    laurent chaumette

    20 février 2009 at 15:23

  50. Je ne suis pas agacé par ce que vous me pretez Mazarin, je suis decu. Je n’ai jamais parlé d’auto flagellation.
    Je prends la sortie, je suis fatigué de ces polemiques. Le monde va tres mal. Salut a tous

    fedydurke

    21 février 2009 at 00:41

  51. Je n’ai pas vu de « polémique » dans les propos de Mazarin, plutôt une rare ouverture par-dessus un éventuel désaccord.

    « dieuautrement » avait d’ailleurs exprimé quelque chose de proche, et avec autant de courtoisie, et sur le même texte !

    Maintenant si le monde va très mal, ce genre de réaction en rajoute hélas.

    Si l’on veut réellement qu’il aille mieux, et non dans un rêve – pieux ou non -, il faudra bien apprendre à vivre avec ceux et celles qui sont là, tels qu’ils sont, donc en apprenant à dépasser nos « agacements » ou nos « déceptions » et nos impulsions…

    laurent chaumette

    21 février 2009 at 00:54

  52. Je suis vraiment navré que fedydurke qui partage nos valeurs communes se sente obligé de s’éloigner de ce clan, voué à la fraternité alors que nous n’avons aucune divergence d’opinion fondamentale,
    simplement une incompréhension de nos écrits pauvres interprêtes comme nos paroles de ce que nous pensons.

    Je garde bon espoir pour que sa décision ne soit que temporaire.
    Décision prise sous l’empreinte d’un sentiment d’incompréhension lorsqu’il reparle d’auto-flagellation ???

    Le monde va très mal, j’en conviens et cela est grave, d’où l’immense tâche quasi insurmontable, d’essayer de changer le monde de prôche en prôche…..

    MAZARIN

    21 février 2009 at 01:23

  53. « Quasi insurmontable » en apparence, mais aucun miracle ne nous est demandé,
    seulement d’y mettre tout notre coeur (où d’ailleurs mettre ailleurs notre coeur sinon ?),
    « croyants » et « incroyants » unis, comme l’a bien senti Jeanne.

    Le chemin que nous réempruntons sera foulé dans les générations qui viennent par des milliers et des milliers, puis des millions et des millions d’humains résolus éperdument à se sauver en sauvant le monde (sauver = changer).

    laurent chaumette

    21 février 2009 at 01:41

  54. Cette parole d’Evangile
    Qui fait plier les imbéciles
    Et qui met dans l’horreur civile
    De la noblesse et puis du style
    Ce cri qui n’a pas la rosette
    Cette parole de prophète
    Je la revendique et vous souhaite
    Ni Dieu ni maître

    Leo Ferre

    22 février 2009 at 08:23

  55. J’aime bien ce petit poème.

    Cela n’a peut-être pas de relation, mais j’y vois comme un écho à mon post d’hier sur la poésie !

    Et je salue le libertaire sans Dieu ni maître qui revendique fièrement l’évangile comme pratique de vie.
    bien fraternellement

    laurent chaumette

    22 février 2009 at 08:40

  56. Bonjour,

    Agnostique, je pose la question de l’existence d’une entité.
    Pragmatique, je crois au destin né des origines biologique et spirituelle.

    Ryo.fr

    26 février 2009 at 21:34

  57. Bonjour Ryo !
    Bravo pour l’affirmation de votre recherche !
    Il serait utile que vous développiez un peu plus votre pragmatisme : pour ma part, je crois à l’essentielle liberté que nous confère l’esprit, donc notre « origine spirituelle »…

    laurent chaumette

    26 février 2009 at 21:45

  58. Le destin biologique est celui de la vie et donc, d’assurer les besoins de notre corps (eau, nourriture, sommeil) et le destin spirituel est celui de notre race et donc, l’être humain. Quant à un Destin spirituel, je ne sais pas d’où l’agnosticisme.

    Ryo.fr

    27 février 2009 at 00:18

  59. Ni dieu, ni maitre… Oui… Non?…

    Shakana

    27 février 2009 at 01:00

  60. Bonjour Shakana !
    Pas de maître, voilà une trajectoire de vie salutaire, bien conforme au véritable évangile (voir note : https://anarchieevangelique.wordpress.com/2008/12/23/anarchieevangile-quelques-jalons/#comment-294).
    Pour ce qui est de « Dieu », la célèbre phrase des anarchistes visait le « Dieu » construit par la religion, cela me semble assez clair.
    Autant dire que la « question » du Dieu Vivant reste tout entière à déchiffrer, ou défricher vu l’état des lieux – en nous.
    De ce point de vue, nous en sommes tous au même point (de vie).

    Cher Ryo, pour ma part je ne crois pas à un « destin » spirituel – au sens d’une inéluctabilité -, ce qui serait bien commode, mais ruinerait notre libre orientation.

    A vous deux :
    Je ne vois qu’une seule réponse digne de l’homme dans les deux interrogations : « choisis ce que tu veux devenir ! – ce qui manifestera le « Dieu » que tu te choisis. »

    Mais voyez svp le petit dialogue avec Jeanne un peu plus haut (Jeanne
    13 fév 09 at 05:09) : »Mieux vaut à mon sens un seul petit pas athée vers un monde meilleur qu’une “croyance” aux arrêts. »
    Au plaisir de vous retrouver bientôt,
    Bien fraternellement, Laurent

    laurent chaumette

    27 février 2009 at 06:11

  61. Laurent,

    Le destin de notre race est « inéluctable » car issu de notre évolution intellectuelle et physique. C-à-d que nous ne pouvons imaginer et faire au-delà de nos limites.

    Ryo.fr

    27 février 2009 at 14:48

  62. Et bien je fais plus que croire, j’expérimente que mes limites d’hier, surmontées, furent en réalité des marche-pieds pour élever mon existence et ma conscience dans une clarté plus grande, certes encore bien limitée, mais je ne vois dans ce nouvel horizon dégagé aucune raison de désespérer de nos potentialités au dépassement, bien au contraire.
    Faisons donc et imaginons « dans nos limites », ce qui est sage et raisonnable, mais sans limite d’avance fixée.
    Parce que qui sait, qui simplement peut savoir, vu d’aujourd’hui, ce que PEUT l’Homme ?

    laurent chaumette

    27 février 2009 at 16:17

  63. En dehors de tout aspect philosophique ou spirituel, en ce qui concerne les limites de l’homme,
    un simple bon sens peut répondre
    que si nous connaissons notre présent et notre passé,
    nous ne savons rien de notre futur,
    de ce fait les « limites de l’homme demain », ce
    n’est pas un mystère, simplement une inconnue.

    MAZARIN

    27 février 2009 at 16:30

  64. Je suis d’accord avec ta réponse Laurent et en partie avec celle de Mazarin car elle ne tient pas compte du mystère de la création. A moins qu’il ne pense que l’être humain devienne, un jour, omniscient.

    Ryo.fr

    27 février 2009 at 16:51

  65. Pour ma part, Ryo, j’apprécie beaucoup ta sincérité dans l’expression de ton accord.
    Parce que pour nous figer sur nos désaccords nous sommes doués, on le constate sur n’importe quel forum (à quelques rares et belles exceptions près), mais pour apprendre à se comprendre et mieux s’accorder -jusque dans nos désaccords -, tout reste à faire.
    Merci donc à toi !

    laurent chaumette

    27 février 2009 at 16:58

  66. [ Mazarin, ton post de 16h53 devait se placer à cette page : https://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/02/26/paroles-dun-prophete-des-temps-qui-viennent/
    je l’y ai donc transféré et l’ai supprimé de cette page-ci, qui est la page d’accueil.

    Il est évidemment plus pratique que les articles soient accompagnés de leurs commentaires propres, et que ceux-ci aient une continuité logique, mais je sais bien que c’est involontaire ! simplement merci d’y veiller, pour m’alléger la « gestion » de ce site.
    Je prendrai le temps de bien lire ton post avant d’y répondre si je peux… ]

    laurent chaumette

    27 février 2009 at 17:07

  67. C’est vrai que j’ai été sur qques forums de religions où j’ai croisé des grenouilles de bénitier qui passaient leur temps à réciter la bible. J’apprécie donc de lire des textes prônant l’ouverture et la tolérance.

    Ryo.fr

    27 février 2009 at 19:56

  68. Ryo, tu es ici chez toi, en toute liberté.

    laurent chaumette

    27 février 2009 at 21:14

  69. Salut, je viens juste te faire un petit coucou !!

    P.S: ne publie pas ce message.

    Bisou, A… !

    adrien

    28 février 2009 at 21:12

  70. Qu’A… me pardonne, mais je n’ai pas le coeur d’effacer ce petit message de rien du tout, mais qui me touche beaucoup…
    Merci à toi, très cher A… et à très bientôt !

    laurent chaumette

    28 février 2009 at 21:24

  71. que sont les mots ?
    qu ‘est la réalité ?

    violette

    1 mars 2009 at 21:04

  72. Je vois que l’avatar qui vous a été attribué (de façon aléatoire – par l’interface administrative) annonce bien la couleur, c’est amusant !

    Ceci dit violette, je ne réponds pas pour ma part tout de suite à votre double interrogation, mais je vous promets que je le ferai bientôt, parce que je suis en train d’y « travailler »…
    Amicalement, Laurent

    laurent chaumette

    1 mars 2009 at 21:16

  73. c’est dommage ….Je suis d’accord avec Fedydurke….
    ses mots lui ont été pris , et analysés pour ce qu’ils ne sont pas.Pour arriver à un monde meilleur les mots ne suffisent pas.c’est par les actes.s’il me lit ? je lui envoie toute ma sympathie.VL.

    violette

    2 mars 2009 at 14:28

  74. Dieu est au_dessus des clergés

    marianne

    2 mars 2009 at 16:05

  75. Je suis d’accord avec violette que le problème de la compréhension de l’autre à travers des écrits et des paroles doit toujours être pris avec beaucoup de prudence et de doute, d’où l’intérêt du dialogue qui permet lorsqu’il n’y a pas rupture dans l’échange, d’affiner le niveau entre l’expression de l’un et la compréhension de l’autre.
    Mais le dialogue doit avoir l’objectif mutuel de la compréhension de l’autre…..

    MAZARIN

    2 mars 2009 at 16:13

  76. Oh que oui : « le problème de la compréhension de l’autre à travers des écrits et des paroles doit toujours être pris avec beaucoup de prudence et de doute »…

    Et bien sûr, le dialogue n’a guère de sens s’il ne vise pas – ou lorsqu’il ne vise plus – la compréhension de l’autre…
    Mieux vaut dans ce cas laisser l’autre évoluer en paix…

    laurent chaumette

    2 mars 2009 at 16:20

  77. « Mais le dialogue doit avoir l’objectif mutuel de la compréhension de l’autre….. »
    MAZARIN 2 mar 09 at 16:13

    « Et bien sûr, le dialogue n’a guère de sens s’il ne vise pas – ou lorsqu’il ne vise plus – la compréhension de l’autre… »
    laurent chaumette 2 mar 09 at 16:20

    Face à ces deux opininions strictement identiques,
    La conclusion me parait incompréhensible :
    « Mieux vaut dans ce cas laisser l’autre évoluer en paix… »??????? laurent chaumette

    MAZARIN

    2 mars 2009 at 16:29

  78. A mon tour d’être étonné de ton étonnement Mazarin :
    les deux propositions ne sont pas « strictement identiques » :
    – comme tu le dis si bien, le dialogue doit avoir l’objectif mutuel de la compréhension de l’autre.
    _ dès lors qu’il poursuit un autre objectif, quel qu’il soit, et que l’aspect « mutuel » disparaît, je crois qu’il vaut mieux ne pas insister dans l’incompréhension, et donc laisser l’autre évoluer par ailleurs, le monde étant assez grand heureusement.

    J’espère que ce mini-dialogue impromptu a atteint son objectif ?

    laurent chaumette

    2 mars 2009 at 16:37

  79. à Marianne :
    Je viens vous dire bonjour Marianne, en vous remerciant de votre annotation :
    « Dieu est au_dessus des clergés »

    (à quoi j’ajouterais volontiers : et au-dessus de nous tous d’ailleurs, et pourtant en chacun de nous !)

    Bienvenue sur cette plate-forme !

    laurent chaumette

    2 mars 2009 at 19:07

  80. Le dialogue est ce qui existe, de manière permanente, entre la matière et l’Esprit; il n’y a pas de raison à celui-ci car ni la matière et ni l’esprit ne peuvent être l’unique voie.

    « Que sont les mots ? »: une façon de communiquer
    « Qu’est la réalité ? »: la question de Dieu.
    C’est à dire l’agnosticisme… qui serait l’état originel spirituel lors du Big-Bang. Et donc si nous sommes Dieu et que Dieu est un adolescent (car agnostique) [en effet,l’adulte vit sans doute (a-dulte)], alors en murissant, nous lui permettons de murir.

    Ryo.fr

    2 mars 2009 at 23:25

  81. Je ne suis pas sûr de bien interpréter ton propos.
    Tu me diras…

    Dire que Dieu est encore adolescent, si cela veut dire que nous entrons dans les temps où Il va enfin mûrir sur Terre, parce que nous aurons mûri, alors je te suis.

    laurent chaumette

    3 mars 2009 at 00:25

  82. C’est une idée de ce que peut être notre relation avec Dieu =) Si je ne me trompe pas, je crois qu’une ancienne civilisation d’amérique du sud avait cette croyance.

    Ryo.fr

    3 mars 2009 at 10:20

  83. En tout cas c’est une croyance dont je partage l’intuition…
    Notre relation à Dieu, une fois libérée de tout dogme, de toute idéologie, de tout suivisme – se « divinisera » peu à peu, et pas à pas, malgré les embûches, pièges, embuscades, erreurs et impasses, tandis qu’elle Le rapproche du monde, qui n’a pas encore tout Vu.
    Merci de ton ajout.

    laurent chaumette

    3 mars 2009 at 10:27

  84. la passion du christ aujourd’hui.

    Il apparaît difficile, a tout esprit curieux, de rejeter tout phénomène surnaturel, inexplicable, parce qu’il ne le comprend pas. Les grands mystiques ont ce tort de provoquer le malaise, l’étonnement, l’effroi même parce qu’aucun d’entre nous ne saisit ce que la « possèdee de dieu » expérimente. Le cortège de phénomènes surnaturels qui alimentent la vie de telles personnes plus que dévots est tellement impressionnant qu’on en reste perplexe, voire stupéfaits. Bilocation, présence d’anges, séraphins, vécu de la passion, apparition des stigmates, la liste est longue qui nous laisse pantois. J’ai voulu, dans le cas de Catherine de Sienne, montrer cet aspect la de Dieu, non pour convaincre qui que ce soit d’aller se frapper le dos avec un bâton ou de porter une robe de bure comme Louis neuf, le bon saint Louis (pas si bon que ça d’ailleurs) mais simplement pour dire : Voila, ces femmes et ces hommes sont la, essayons d’écouter ce qu’ils ont a nous dire.

    Les souffrances que ces femmes vivent (70 pour cent sont des femmes) provoquent en nous divers sentiments sur lesquels il m’apparaît peu intéressant de s’appesantir. Cancer, stigmates, coups de fouet, cela a de quoi nous dégoûter effectivement de dieu et, de provoquer le malaise. Encore faudrait-il dire que ces femmes ne se marrient pas avec le christ sans leur consentement et que Jésus n’est pas un époux avare de délices. En effet, toutes ces femmes affirment que la jouissance qu’elles éprouvent, sans bien sur qualifier plus précisément ce terme, est infiniment supérieure à la douleur que dieu leur inflige.
    Qui sommes nous, je vous le demande, pour les traiter de folles ou de sado-masochistes, nous qui ne comprenons rien a ces phénomènes et qui ne vivront pas une telle passion. Car le mot est lâché, il s’agit bien de passion, la passion du christ. Ces femmes actualisent ce que le christ a vécu pour nous. A ce sujet, je voudrais citer un petit texte de Mademoiselle (ou madame ?) Georgette Faniel, actuelle stigmatise, mystique qui nous parle de ces souffrances et de cette joie d’accomplir la volonté de dieu. « C’est difficile à comprendre mais ça se vit. J’éprouve de la joie de savoir que j’effectue la volonté de Dieu, d’accepter ce qu’il me demande sans me révolter. Il faut savoir que la souffrance a trois degrés : Nous pouvons expier nos fautes, coopérer avec le christ au salut des hommes et aussi mériter. Il n’y a de joie dans la souffrance que si elle est acceptée. Le père et le christ me demandent régulièrement de souffrir et il m’en apporte (de la souffrance) pour racheter des âmes. » (Enquête sur les ange de Jovanovic)

    Les choses ne sont pas si simples qu’elles paraissent et il faut se garder d’un jugement hâtif.
    J’aimerais citer une déclaration du Dr R.R Held :
    « Les masochistes n’aiment nullement la douleur. Ils aiment une certaine douleur et inflige dans des circonstances bien précises. J’attends qu’on me démontre, statistiques a l’appui, que les masochistes ont l’habitude de se faire arracher les dents sans anesthésie, de se jeter dans les incendies pour sauver des vies, qu’ils font la queue pour s’engager comme volontaires dans les léproseries ou qu’ils lèchent les plaies des lépreux en conscience. » Voila pour les condamnations sans précaution

    « Les stigmatises semblent bien représenter le christ sur terre, âmes qui, en acceptant de souffrir, lui permettent de racheter d’autres âmes ( la mienne, la votre) bien éloignée de leur créateur » ( Jovanovic) l’auteur de enquête sur…

    En guise de conclusion j’aimerais citer ce texte du Christ himself, ce dialogue avec gemma galgani qui est peut être bien plus riches de sens que toutes les affirmations de doctes savants :

    Ma fille, que d’ingratitude et de malice dans le monde ! Les pécheurs continuent a vivre opiniâtrement attaches au mal. Mon père ne veut plus les supporter. Les âmes lâches et avilies ne font plus aucun effort pour surmonter leur penchant mauvais. Les âmes affligées tombent dans le découragement et le désespoir. Les âmes ferventes s’attiédissent peu a peu.. L’indifférence augmente chaque jour. Les ministres de mon sanctuaire, eux non plus… mon père ne peut plus les supporter. Personne ne s’amende. Et moi, du haut du ciel, je ne fais que dispenser grâces et faveurs : Je donne vie à l’Eglise ; vertu et puissance a ceux qui la gouvernent ; sagesse a qui doit éclairer les âmes entenebrees ; force et contenance à quiconque marche auprès de moi ; grâces multiples a tous les justes et mêmes aux pécheurs caches. Oui, avec tout cela, qu’est ce que j’obtiens ?
    Personne ne se soucie plus de mon amour ; ON se conduit envers mon Cœur comme s’il n’avait RIEN souffert ; Je reste toujours seul dans les églises. Et si beaucoup s’y rassemblent, c’est bien pour d’autres motifs ; en sorte que j’ai la douleur de voir mon sanctuaire transformer en lieu de divertissement. J’en vois aussi beaucoup qui, sous d’hypocrites apparence, me trahissent par des communions sacrilèges. Citation incomplète.
    Regardons ces mystiques sous un œil différent et curieux de leur vie. Nous ne les comprenons pas, questionnons leur mais ne les rejetons pas sous prétexte qu’ils incarnent la passion du christ aujourd’hui.

    fedydurke

    3 mars 2009 at 19:06

  85. Ce commentaire fleuve – ce n’est ni un reproche ni une critique – demande une longue lecture, et pour y répondre, demanderait un long travail…
    Tu reprends le fils de discussion autour du texte de Catherine de Sienne que tu avais posté plus avant, fil où sont intervenus d’autres personnes comme dieuautrement, Mazarin, violette.
    Je suis peu intervenu, surtout pour souligner que je ne vois rien de vital pour ma part à s’occuper ou à ne pas s’occuper de Catherine de Sienne et des grands mystiques, mais je n’ai rien contre si cela est utile à d’autres.
    Je serais surtout intéressé, à la fin, de voir énoncé en quelques lignes simples l’enjeu de tout cela, afin que tous en bénéficient.
    Tout ça pour dire que je n’interviendrai pas plus, je pense, sur le sujet, mais je laisse s’exprimer ceux qui le souhaiteraient, soit en complément de tout ce qui a déjà été dit dans le fil ou pour se positionner par rapport à ton texte.

    laurent chaumette

    3 mars 2009 at 21:19

  86. Il n’y a aucun enjeu, ni arrieres pensees, ni sous-entendu, ni but inavoué, simplement l’exercice de mon droit a la libre expression. Il ne me semble pas avoir a me justifier de m’exprimer. Je parle des mystiques parce que j’ai simplement envie de parler des mystiques. Il me semble que c’est simple a comprendre.

    fedydurke

    3 mars 2009 at 23:38

  87. J’ai bien compris !
    Mais je me demandais juste quel enjeu (pas plus, pas moins) les mystiques pouvaient avoir en relation avec l’évangile à accomplir, qui est l’enjeu mis en perspective par ce site…

    laurent chaumette

    3 mars 2009 at 23:43

  88. Ils sont l’incarnation actuelle de la passion du christ ! Voila, puisque tu aimes l’ordre dans les idees, la relation avec l’evangile a accomplir, l’enjeu meme de ce site. On ne peut pas dire que la tache de ce blog soit mince. On aurait peut etre pu commencer par un avenir plus simple.
    J’oublie de rajouter que cette opinion est la mienne ( ce qui devrait sembler evident puisque j’emploie la premiere personne du singulier, expression amusante  » premiere personne du singulier ») et que donc je ne force personne a y adherer, ce qui est assez difficile sur internet.
    Mes fautes d’orthographe, comme tu l’as si bien noté, sont dus, non pas a mes faiblesses en cette matiere mais a un systeme d’exploitation a la memoire vive faible.

    fedydurke

    4 mars 2009 at 00:32

  89. Comme le disait une amie, on ne supporte que ce que l’on peut, idem donc pour la souffrance. Ce partage « physique » de la douleur fait partie de l’humanité et montre un pas de solidarité vers la maturité. Au vu des sociétés, ce n’est pas demain qu’ils rejetteront le dogme religieux; pour mémoire religion vient de religare qui signifie relier. Je suis toujours à la fois étonné et attristé de voir ceux qui privilégient le matériel et qui incantent pour obtenir ce qu’ils pourraient être naturellement.

    Ryo.fr

    4 mars 2009 at 11:19

  90. Le materiel ? Mais toutes les joies que leur donent le christ est d’ordre spirituel. Par ailleurs, ce n’est pas elles qui le demande, c’est Jesus qui leur propose ce  » contrat » , elles sont libres de refuser.
    Les joies qu’elles ressentent sont infiniment superieures a la douleur qu’elles vivent. Ne les prenons pas de haut parce que nous ne les comprenons pas. Je ne m’attriste pas pour ces femmes. Elisabeth kubler Ross, dont la santé mentale ne peut etre mis en doute, disait que ce qu’elles ressentaient equivalaient peut etre a un orgasme sur dix mille.
    Les theologiens s’accordent pour affirmer qu’elles actualisent la passion du Christ. Il me semble que ce serait une erreur que de voir en l’eglise des dogmes et l’inquisition. Nous ne pouvons pas passer sous silence des faits, et oui des faits dont les temoins sont nombreux et celebres, sous pretexte que ca ne ressemble pas a l’idee qu’on se fait de dieu. Personnellement, je ne vois d’ailleurs ps de contradiction entre la vie de ces personnes au sommet de l’extase et l’idee que je me fait du Christ.
    Ces femmes n’incantent pas pour obtenir du materiel, elles n’ont rien demandé, relisez leur vie. C’est aisement verifiable.
    Bien a vous

    fedydurke

    4 mars 2009 at 12:59

  91. Pour ma part, ce à quoi m’appelle la vie de Jésus, c’est à rester parmi les hommes, à vivre comme eux et à partager leur destin ordinaire, et là, à apprendre chaque jour, de chaque occasion, de chaque personne, peu à peu, à me changer encore et encore, radicalement jusqu’au plus profond de moi, où Dieu repose.
    Ce n’est que de là qu’Il peut Agir.

    Une voie accessible à quiconque, mystiques comme matérialistes.
    La voie évangélique quoi.

    laurent chaumette

    4 mars 2009 at 13:35

  92. Je suis d’accord avec toi , Laurent, totalement. Je partage ton appel, si je puis me permettre cet emprunt, quoiqu’il ne soit pas si clair a mes oreilles. C’est parmi les hommes, dans leur activité de tous les jours que je pense, peut etre, avec mes faiblesses infinies, me changer petit a petit, année apres année fort laborieusement. D’un autre coté, je ne saisis pas la raison d’une souffrance qui dure depuis plus de trente ans, cela m’echappe.

    Puisque j’aime Dieu, pourquoi ne répond-il pas à mon appel quand dans le désert de la nuit je dis son nom. Pourquoi reste –il silencieux quand je me mets a genoux et lui demande son aide. Je ne veux pas d’argent ou de bien matériel mais de la lumière, un peu de celle que donnent les étoiles sans exiger de contrepartie. Puisque la souffrance enseigne, je dois être bien savant et pourtant, il me semble bien que je ne sais rien. Je ne sais pas et je le dis. Mais j’appelle. La porte ne s’ouvre pas. Pourtant, j’ai bien frappé.
    Que veux tu Saigneur, me voir ruisseler de sang et rire de le voir couler ? Que faut-il faire, que faut-il dire, dis un seul mot mon dieu, juste un mot. Mais non, tu te tais. Tu te complais dans ton mutisme et les affaires des hommes vont bon train. Faut que ça saigne ! Comme disait Boris Vian. Tes voies sont impénétrables et tes voix inaudibles. A ce compte la, il n’en restera jamais dix, même pas un. Tu auras alors beau jeu de venir nous condamner toi qui exiges un chemin qu’aucun de nous connaît. Ah si bien sur ! Il faut t’aimer sans te connaître, en aveugle. Il ne me reste plus qu’à me crever les yeux donc, peut être obtiendrais-je un regard de toi.

    Ca ne m’empeche pas d’aimer et d’admirer, voire d’envier, ces hommes et femmes exceptionnels qui vivent des choses  » fantastiques ». Il est clair que ca ne m’arrivera jamais.
    Je sors d’un site ou une femme decrit comment dieu l’a sauve de trois mechants garcons il y a longtemps. Les participants voient la de facon certaine la preuve de l’existence de Dieu. Peut etre et meme surement mais alors que dire d’anne catherine emmerich, du padre pio, de therese d’avila et de sainte cecile entre autres qui faisaient des miracles comme mon copain le boulanger sort des pains. Je suis certain qu’ils ont des choses a nous dire, qu’ils sont modernes, en tous cas je me propose de les ecouter.
    Bien a vous

    fedydurke

    4 mars 2009 at 14:41

  93. Pardon

    Pardonnez moi si j’ai eté sec et brutal ces jours derniers. j’ai oublie d’ecouter mon coeur et n’entendais que mes desirs. Aussi, excusez moi si j’ai blessé certains d’entre vous…

    fedydurke

    4 mars 2009 at 16:22

  94. Ne t’inquiètes pas en ce qui me concerne, d’ailleurs je serais étonné que l’on t’ai trouvé « sec et brutal », réservons ces adjectifs pour les propos secs et brutaux !

    De façon plus générale, mon point de vue :
    S’exprimer face à un écran n’est pas sans inconvénient, la présence et la réceptivité de l’autre présent physiquement manquent ; d’où la tentation de « réduire » l’autre à quelques mots, quelques phrases.
    « Virtuel » ou pas, le mal est fait.

    Du fait de l’absence de l’autre, nous devons idéalement suppléer aux inconvénients de cette absence en redoublant de vigilance sur nous-mêmes.

    En fait, en m’apprêtant à « répondre », et plus encore s’il s’agit de « réagir », le plus souvent je laisse d’abord s’interposer un vide, – le temps d’y « vérifier » mon état spirituel, émotionnel et psychologique !

    Autant donner le meilleur de soi-même.

    En allant plus loin, un simple post peut former une véritable « petite » oeuvre d’art, et mieux même, l’art d’oeuvrer à réouvrir les Veines fraternelles.

    laurent chaumette

    4 mars 2009 at 16:39

  95. Je partage le fond de votre idée sur la relation à la vie mais pas la forme car il n’est pas possible de qualifier nos semtiments ou nos expériences spirituelles. En le faisant, nous formulons et en le refaisant, nous incantons. Il faut donc utiliser les qualificatifs spirituels ou sentimentaux avec beaucoup de précaution pour permettre aux religions de se rejoindre et par la suite, en finir avec les dogmes.

    Ryo.fr

    4 mars 2009 at 17:02

  96. comme cela est beau de vous lire………Mon coeur est empli de joie . Quel beau chemin pour une insurrection d’Amour !!!!!!! je souhaite à ceux qui font carême , un Bon carême.

    violette

    4 mars 2009 at 17:59

  97. http://fr.wikipedia.org/wiki/Carême :
    Le nom carême provient de la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie quarantième. Il s’agit naturellement d’une référence au jour de Pâques, qui termine le carême. Bien que l’appellation se soit quelque peu perdue, on appelait aussi le carême la sainte quarantaine. La durée de quarante jours commémore à la fois les quarante jours et quarante nuits du jeûne de Moïse avant la remise des Tables de la Loi et les quarante jours de la tentation du Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique, lors desquels Il fut tenté par Satan, d’après les Évangiles synoptiques. Les dimanches ne faisant pas partie du carême, le carême s’étend sur quarante-six jours.
    La pratique du carême remonte aux premiers siècles du christianisme. Il consistait sans doute à l’origine à jeûner pendant les quelques jours qui précédaient Pâques. Puis, la durée du carême s’étendit et c’est durant le concile de Laodicée (348?- 381 ?) que fut prescrite la xérophagie, c’est-à-dire l’usage exclusif du pain et des fruits secs pendant le temps qui correspondait au carême.
    Au VIIe siècle, le carême fut établi dans son calendrier actuel. À cette époque, le jeûne consistait à ne prendre qu’un repas quotidien et à s’abstenir de toute nourriture les jours du Vendredi et du Samedi saints. De plus, les trois dimanches précédant le carême — la Septuagésime, la Sexagésime et la Quinquagésime — étaient eux-mêmes inclus dans la préparation de Pâques. Cependant, les prescriptions de jeûne se relâchèrent très vite et, dès le XIIIe siècle, le repas de midi était autorisé et complété d’une collation le soir.

    laurent chaumette

    4 mars 2009 at 18:24

  98. Pour moi , le carême ne s’arrête pas au jeune….Puisqu’il m’arrive de jeuner tout au long de l ‘année .C’est de prendre un peu plus conscience du superflu….De mes petits égoïsmes , par rapport aux autres…Mon recueillement au christ et aux siens qui le suivent.Bon week-end, à tous.

    violette

    6 mars 2009 at 06:35

  99. « Ce à quoi m’appelle la vie de Jésus,
    c’est à rester parmi les hommes, à vivre comme eux et à partager leur destin ordinaire,
    à apprendre chaque jour, de chaque occasion, de chaque personne, peu à peu, à me changer encore et encore, radicalement jusqu’au plus profond de moi, où Dieu repose. »

    Ceci pourrait être le thème fédérateur
    Entrainant l’adhésion des membres de ce Clan,
    Où le respect de cette phrase serait la règle de nos échanges.

    MAZARIN

    6 mars 2009 at 12:17

  100. Non Mazarin, ceci n’est que mon témoignage.

    Par contre, il n’y a pas besoin de « thème fédérateur », puisque nous avons tous en commun le Sermon sur la montagne.
    Et surtout, il n’y a pas d’adhésion, pas de membres, pas de clan.
    Mais merci de la proposition.

    laurent chaumette

    6 mars 2009 at 16:23

  101. http://www.nous-les-dieux.org/Que_sait-on_vraiment_de_la_r%C3%A9alit%C3%A9_%21%3F_-_Dans_le_terrier_du_lapin

    J’ai copie ce lien qui parle de la physique quantique et de nous. Il s’agit d’un film sur nous, createurs. Ce n’est pas hors sujet.

    fedydurke

    7 mars 2009 at 12:01

  102. Sur le très vaste sujet des relations entre connaissance scientifique et Dieu, voir aussi sur ce site : https://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/02/04/un-pas-important-franchi-vers-la-ta©la©portation/,
    en particulier l’entretien de Bernard D’Espagnat, un physicien particulièrement éclairant…

    laurent chaumette

    7 mars 2009 at 13:39

  103. Si je me souviens « Que sait on vraiment de la réalité ? » parlait de la possibilité d’univers paralléles; ce qui doit interpeller ceux qui croient au paradis, etc…sauf que cela n’existe pas! Lorsqu’une particule disparait, cela ne veut pas dire qu’elle va ailleurs. Cela veut dire qu’elle est sous forme d’onde puisqu’à cette taille, l’état vibratoire onde/particule est si proche qu’elle passe de l’un à l’autre selon sa particularité et selon l’univers…
    J’ai trouvé l’interview de Bernard d’Espagnat intéressante car je partage son point de vue sur l’indicible.

    Ryo.fr

    7 mars 2009 at 18:22

  104. En écho, j’écrivais dans mon petit « carnet » hier :

     » tout aboutit à un seul mot imprononçable « .

    « Dieu » est un mot par défaut,
    et tout mot concernant « Dieu » est un défaut,
    défaut qu’il faut bien assumer cependant,
    puisque Le Premier concerné L’assume Lui-même,
    non sans une répugnance certaine…

    laurent chaumette

    8 mars 2009 at 06:56

  105. Dieu est Amour<<<
    Dieu est lumière * <<<
    Dieu Notre Père<<<
    J’adore cette petite mélodie…
    Shakespare a dit : être ou ne pas être ?
    un verbe …un mot …une relation … un être … une réflection …
    comme dans une flaque d’eau …un miroir … une photo …

    ajout

    je n’ai pas fini la suite de mes pensées ,alors j’ajoute …Dimanche dernier à Amsterdam ,je rencontre une personne , je lui ai dit que j ‘étais catholique … Lui vient d’une famille juive , a étudié le tarot et numéralogie … Il a des titres de grandes études … Il m’a dit : que le problème chez les catholiques , était la croix , que le christ reprèsentait sur la croix , il faudra y placer un clown à la place … ma réplique a juste été : UN CLOWN ? Je vous raconte cette histoire ! Pourquoi ? me demanderez-vous ? Elle est véridique …Et je me rends compte , jour après jour , qu ‘il y a beaucoup de travail à faire … Quand on pense à tout ce qui se passe sur cette petite terre …

    violette

    12 mars 2009 at 17:56

  106. Le « christianisme » a détourné le regard des hommes vers Jésus cloué sur la croix, alors que Jésus tournait nos regards – et nos pas – vers la Vie.

    laurent chaumette

    12 mars 2009 at 18:43

  107. Je suis pour la religion de l’amour et du coeur 🙂

    Douceur

    16 mars 2009 at 20:13

  108. Alors il suffit d’être un homme ou une femme, tout simplement; de se tenir entre terre et ciel, sans rendre jaloux l’un ou l’autre, de se tenir entre l’harmonie et justice et s’en entretenir avec précaution, comme aveuglé par la lumière ou cherchant à voir dans le noir.
    alors son chemin apparait, qu’il soit le tao, le pouvoir générateur universel, le dieu ou les dieux, un esprit ou son esprit, simplement maitre pour soi et non pour les autres,,, un certain secret à conserver.

    position de pratique : se tenir debout puis fermer les yeux

    nodi738

    17 mars 2009 at 11:02

  109. Merci nodi738

    Je crois qu’aujourd’hui, toute recherche sincère, menée avec attention, rigueur et obstination, mène au même lieu de re-création, juste « entre terre et ciel », à la place du « et ».

    laurent chaumette

    17 mars 2009 at 11:25

  110.  » Le pape a raison de ditre que la distribution de préservatifs agrave le problème du sida ! »

    Je ne dirais pas que le pape a raison.
    Sa position est simplement explicable et conforme à ses choix de vie et de convictions.
    Dans le concret, le réel, et non dans l’idéal et le virtuel, le pape a tort.
    La propagation du sida en afrique se fait quotidiennement par le biais de rapports sexuels non protégés infestants.
    La solution est de lutter contre la cause immédiate, pour empêcher les conséquences immédiates.
    Cette contre-proposition du pape est source de milliers de morts, là, il a tort !

    Il n’as pas raison, pour une seconde raison :
    Sa prise de position, n’est pas qu’un avis personnel,
    Elle devient un commandement suprême pour les catholiques.
    Le pape maitre de l’institution catholique,
    Représentant de Saint Pierre, descendant du batisseur de l’Eglise,
    Est le représentant de dieu sur terre.

    De ces prises de position et de celle de JP II,
    Des catholiques rejettent l’institution et ses maitres,
    Pour constituer un groupe de chrétiens, sans allégeance,
    Marchant dans les pas du Christ et des écritures,
    Apportant des réponses plus dignes sur le respect de l’être humain.
    Catholiques, mais libres !

    Squat.
    Petit rappel.
    Merci de veiller à poster en rapport avec l’article/le sujet concerné, pour la bonne compréhension de tous…
    Ce post devait sans doute venir ici :
    https://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/01/28/freres-des-eglises-sortez-en/
    ou ici :
    https://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/03/03/temoignage-chretien-va-t-il-mourir/#comment-446
    Merci

    MAZARIN

    20 mars 2009 at 10:31

  111. Je ne respecte pas un homme qui envoit en conscience des hommes, des femmes et des enfants a la mort. Il ne represente plus rien, a part lui même. Je ne sais quelle cause il sert mais ses derapages commencent a devenir insupportables. La religion musulmane, les homosexuels, le sida, benoit XVI est a la derive. Il sert mieux le mal que le bien. Cet homme est dangereux.

    fedydurke

    20 mars 2009 at 18:48

  112. S’il vous plait, prêtez attention à deux ouvrages :

    « Se libérer du connu » de Jiddu Krishnamurti (3,5EUR)

    et

    « Manhood of Humanity : The Science and Art of Human Engineering » d’Alfred Korzybski;

    stephaneerard

    24 mars 2009 at 15:00

  113. Merci de ces deux conseils de lecture, pour le premier pour ma part je le connais et l’apprécie, l’autre hélas non, et je ne suis pas capable de lire en anglais…
    Mais peut-être pourriez-vous nous dire un peu l’importance qu’ils ont à vos yeux ?

    laurent chaumette

    24 mars 2009 at 15:05

  114. Texte du 27 11 2008

    Aujourd’hui il fait froid, Des informations arrivent de toutes parts…Il est de plus en plus dur de recevoir tous cela sans y perdre sa propre lumière,mais cela me conforte dans l’idée qu’une phase ultime est entrain de se joué. Le genre humain s’active au quotidien comme si il était l’acteur d’une vaste fresque , qui serait conduite par plusieurs metteurs en scènes n’arrivant pas s’entendre sur l’épilogue de l’histoire. La vision du monde est devenu globale au regard du commun des mortels que nous sommes.

    Qui est ombre ? Qui est lumière ?

    Une lumière sans ombre? Ou une ombre sans lumière?
    Nos pensées sont a la lumière de nos vies antérieures ? Ou a l’ombre de nos certitudes matérielle .

    Si le chemin de nos vie antérieures nous invite a revenir vers la lumière , alors chacun porte en lui le devoir de généré cet état salvateur.

    Ici un peuple ce déchire, là un autre s’abrutis au fragrances synthétique de ses découvertes scientifiques.

    Une arme qu’elle soit de destruction massive ou qu’elle soit blanche est une arme de destruction, il n’y a pas de crime ordinaire, il n’y a pas d’armes criminelle , il n’y a que des criminels animés par la haine ou par la peur.

    Il n’y a pas de doctrine de la sagesse, il n’y a pas de sage doctrine et n’est pas sage qui veut.
    Les religions relient les hommes, les religions lie les hommes et les hommes relisent les livres écrit par les maîtres de leurs religions.
    Mais il n’y a toujours pas d’harmonie spirituelle, sinon celle que l’on peut trouvé en soi même sans lien aliénant .

    Se qui est écrit aujourd’hui sera décrié demain…….

    Les sans abris sont les grands vainqueurs de la débâcle organisé du capitalisme triomphant au profit du capitalisme rampant.
    Eux sont a même d’affronter la remise a Zéro des pendules qui remise nos illusions au placard de l’absurde.
    Dans mon abri de sans abris je suis a l’abri de vos débris qui retombe sa et là. Je suis là a vous regardez vous encancérisé des abus de vos matérielles poubelles; dans les quelle je vais fouillé et trouvé les substantielles vérité de ma vie en retrait et tiré définitivement un trait pour la postérité sur vous et vos vérités, qui d’ici sont sont le reflet de votre monde entrain de s’écroulé. Moi je suis debout a l’abri de mon abri de sans abris…

    Et dieu est le grand tout il est le créateur, il est ombre il est lumière lui seul a les clefs, l’homme est a son image il a la serrure il est la clef. Ici tout est juste même le final sera juste.
    Est tu juste toi? Ou est tu juste moi ? Sommes nous juste nous? Ou sommes nous juste là ?
    Juste dans l’ombre? Ou dans la lumière du juste? Juste un apparence ?Ou apparemment juste?

    Juste un début ou juste a la fin ?

    J’appuie sur le bouton….et hop je fait RESET . Le disque dur se décharge .
    Le soleil se lève a nouveau, n’est t’il pas le dieu solaire d’Akhenaton ?
    C’est un bon début….

    Et je repart au confins de nos origines a la recherche des éclats du CHRISTAL brisé un jour de grand vent alors que l’homme était occupé a sa destiné.

    Bien a vous tous

    SINOUHE

    Sinouhé

    28 mars 2009 at 08:25

  115. Ce long texte est rempli d’éclairs et de chaleur, merci.

    Anarchie évangélique, maison sans murs, abri ouvert, patrie des sans patrie… peut se retrouver dans ce passage :

     » Moi je suis debout a l’abri de mon abri de sans abris… «  !

    La simplicité volontaire est aussi source d’intensification de la vie.

    laurent chaumette

    28 mars 2009 at 08:34

  116. Voila la pensée du matin après introspection :

    « L’esprit est Lumière le Corps est Cathédrale de Lumière. »

    L’unité est là quand la Lumière  inonde   le monde part les vitraux de la cathédrale.

    Les Vitraux sont nos Yeux, nos yeux regarde l’autre et ensemble nous regardons le monde, le monde  existe par notre vision. Quand notre coeur est embrasé par la Lumière alors le monde s’illumine. Alors l’ombre recule, alors les forces obscure reculent au confins de leurs retranchement, l’Homme Lumineux la transmute  en énergie et  la relie à la Lumière pour en faire une part entière de l’énergie totale transmuté transfiguré en homme nouveaux, en monde nouveau.

    Voila ce qui est la transmutation . 

    Le monde est triste car nos âmes sont triste du poids de leurs incarnation passé.

    Voila se qui doit transmuter

    Sinouhé

    Sinouhé

    29 mars 2009 at 07:07

  117. Bonne soiree

    Philippe

    31 mars 2009 at 21:55

  118. 1er Avril : Bonne journée, Philippe !
    Je vais aller découvrir votre site :
    http://marredengraisserlessupermarches.over-blog.com/

    laurent chaumette

    1 avril 2009 at 05:54

  119. bonjour,
    juste un petit mot pour vous dire qu’on va y arriver.
    L’amour est l’incontournable onguent à appliquer sur les plaies du monde et en plus d’être un médicament, de soigner, de guérir, l’amour réchauffe, éclaire, illumine et incendie l’âme de ceux qui le porte.
    C’est à mon sens le but ultime de la création, le parfum que l’éternel aime à respirer.
    Nous sommes libres d’aimer alors que la peur nous assujettit.
    Question, comment au milieu de tant de gens blessés continuer à vivre et à sourire?
    Je signale en passant l’excellent petit ouvrage de jacques Ellul, amour et anarchie.
    Laurent

    laurent

    2 avril 2009 at 17:51

  120. Bonjour Laurent et merci de ce bien beau et très chaleureux commentaire.
    Juste pour signaler que j’ai rajouté le mot « peur« , mais sans être sûr que ce soit bien le mot qui ait « sauté » lors de la rédaction.

    Je laisse par contre en « blanc », pour l’instant, la question essentielle je pense que pose ce post :
    comment au milieu de tant de gens blessés continuer à vivre et à sourire ?…

    Laurent C.

    laurent chaumette

    2 avril 2009 at 17:59

  121.  » Comment au milieu de tant de gens blessés continuer à vivre et à sourire ?…  »

    Je dirais :
    en vivant mains ouvertes et en souriant inconditionnellement à l’humain qu’abritent encore au-dedans d’eux les gens.

    laurent chaumette

    2 avril 2009 at 21:12

  122. bonsoir,
    je vous remercie de votre réponse, rapide et agréable.
    Le mot omis était haine qui, finalement, n’est pas en opposition avec le mot amour.
    Remarquez que peur fonctionne aussi très bien.
    Elle produit tant de dégâts, cette brave peur qu’éprouvait Pascal devant le silence des espaces infinis.
    La peur me semble incompatible avec la connaissance du Christ.
    Ceci dit je voudrais revenir sur une petite note que Laurent Chaumette a écrite.
    « Le christianisme à détourné le regard des hommes vers Jésus cloué sur la croix alors que Jésus tournait nos regards et nos pas vers la vie »
    Le christianisme n’est évidemment pas le Christ, le Christ n’était pas « chrétien » et entre le Christ et les religions il y a toute la différence qui existe entre le tigre et la photo du tigre.
    Pour ce qui est de la croix, on en voit partout, aux carrefours des routes, dans les cimetières, dans les églises, aux cous des gens, (en or de préférence), au sommets des montagnes, dans le ciel, et j’en passe.
    Pour un monde qui ne croît plus, pas plus qu’il ne croit ça fait beaucoup de croix.
    Beaucoup de croix pour très peu de sorties du tombeau.
    J’aime l’image d’un Christ sortant du tombeau, plus vivante et plus forte, que celle d’un mec cloué.
    Sans doute que la culpabilisation relative de l’occident fut nécessaire bien que j’en doute, à voir le résultat.
    J’ai le sentiment que sa mort, notre crime nécessaire, occulte la lumière de sa résurrection.
    Remarquez, nous approchons de paques.
    Obnubilés par l’atroce, nous occultons le merveilleux.
    Le sang du Christ lave plus blanc etc etc etc.
    Ce n’est pas le sang du christ qui lave (ne pas confondre le Christ avec une blanchisseuse) mais son amour.
    Cependant hommes nous sommes et nos symboles, ainsi que notre manière d’appréhender le monde et de le construire, sont à l’image de notre perfectabilité.
    Somme toute, la seule vraie question, à mon sens, est « le Christ a-t-il existé? si oui, est-il ressuscité?
    Si le Christ est bien le Christ, l’oint, le Choisit, ces deux questions n’en font qu’une.
    Voilà, je pense, la seule réponse vraiment nécessaire pour l’homme actuellement, vu que pour la nature physique de l’univers nous avons récolté bon nombre d’informations utiles et nécessaires. (en biologie, en astromnomie, physique etc etc..)
    Pour le Christ hélas nous vivons toujours entre foi doute ignorance et espérance.
    Cela rejoint également la question fondamentale que posait Einstein, « l’Éternel aime-t-il l’homme? »
    Je rêve d’un monde ou, en place de croix, à la croisée des chemins,l’on verrait, d’un tombeau sortir, se lever, un homme ressuscité.
    Image qui,loin de s’appesantir sur la douleur et la mort, nous éclairerait sur le don fantastique de la résurrection.
    Ce que nous voyons nous est également nourriture.
    Il serait temps de se régaler de l’idée de résurrection.
    Nous mourons tous, nous souffrons tous,en cela le Christ ne diffère pas trop de nous mais réssuciterons-nous? ressusciterons-nous un jour?
    Le Christ est libérateur, nous sommes seulement durs à la détente.
    Je crois que l’on va bien s’amuser.
    Amitiés aux gens gentils.
    Laurent

    laurent

    2 avril 2009 at 22:27

  123. Merci de ce très beau post.

    laurent chaumette

    3 avril 2009 at 05:19

  124. vite un petit truc sympa avant d’aller en vacances.
    Savez-vous que les anciens hébreux plaçaient, en premier le livre de l’exode et non celui de la genèse?
    Ils faisaient cela car ils insistaient sur la réalité d’un dieu libérateur avant celle d’un dieu créateur.
    En effet à quoi bon une création sans liberté autant dire que c’est un ratage.
    Donc ce livre de l’exode, placé en tête du pentateuque rappelait la sortie d’Égypte.
    En hébreux Égypte se dit un truc du genre mistraïm et signifie la double angoisse.
    L’Éternel délivre donc, par la sortie d’Égypte, d’une double angoisse.
    Les anciens assimilaient cette double angoisse à celle de vivre et celle de mourir.
    Je trouve cela magnifique!
    L’eternel nous délivre de l’angoisse de vivre autant que de celle de mourir.
    La classe.
    Voici paques!
    Bonne résurrection.
    Laurent

    laurent

    4 avril 2009 at 00:06

  125. Que faire devant ce monde ???

    Janvier 2009. Karl Öllinger, un député écologiste autrichien qui s’est spécialisé dans le combat contre l’extrême droite florissante dans son pays, tombe sur un hors-série de la revue Die Aula, paru à l’occasion du 150e anniversaire de la révolution allemande de 1848.

    Au milieu des affabulations de négationnistes de députés d’extrême droite et de membres du parti néonazi allemand NDP, il tombe – éberlué – sur un texte signé du cardinal Ratzinger et intitulé « Freiheit und Wahrheit » (« Liberté et Vérité »).

    En fait, une charge virulente contre les libertés individuelles et le système démocratique, qui aujourd’hui encore, peut être consultée à Vienne, au Centre de documentation et d’archives sur la résistance (DÖW), un organisme chargé de surveiller les mouvements extrémistes.

    Embarras de l’Eglise
    Dans un premier temps, le diocèse de Vienne a affirmé que le cardinal Ratzinger n’a jamais donné son feu vert pour une publication dans Die Aula : « Liberté et Vérité » était en fait un vieux texte datant de 1995, publié pour la première fois dans une revue chrétienne conservatrice.

    Pas de bol, celui qui avait à l’époque négocié la publication avec le secrétaire du cardinal a gardé tous les échanges de leurs lettres : le cardinal a bel et bien, à l’époque, donné son accord par écrit pour une reproduction.

    Aujourd’hui encore, les milieux extrémistes germaniques considèrent Benoît XVI comme l’un des leurs et se flattent que le souverain ait publié dans leur revue. Le hors-série est d’ailleurs en vente sur Internet !

    Die Aula défend les négationnistes
    Cette information éclaire d’un jour nouveau le tournant idéologique du Vatican depuis que Benoît XVI a été nommé pape. L’homme, bavarois de naissance, peut en effet difficilement expliquer aujourd’hui n’avoir pas su ce qu’était Die Aula en 1998, la revue étant publiée en langue allemande. Elle soutenait alors clairement l’ascension de Jörg Haider et sa triste notoriété dépassait les frontières de la petite Autriche.

    Die Aula défend les négationnistes et ceux qu’elle nomme les « victimes de la liberté d’expression », à savoir les hommes politiques d’extrême droite qui sont condamnés pour offense à l’islam. Elle critique les lois qui répriment les propos révisionnistes, flirte très souvent avec l’antisémitisme et tente de réécrire l’histoire récente de l’Autriche. Lors de la nomination de Benoît XVI, elle avait bruyamment fait part de sa joie.

    fedydurke

    8 avril 2009 at 16:39

  126. Article sur le pape douteux.

    Le texte ci dessus est un texte de rue 89, site journaleux connu. Hors, il semble que l’assertion selon laquelle le pape est vraiment ecrit cet article  » aux idees extremes  » soit remise en cause notament par Marianne. Je demande donc a Laurent d’effacer cet article dont je ne suis pas sur et dont j’ai fait un copier coller.
    Je ne suis pas un supporter du pape mais ca n’est pas une raison pour reporter des idees fausses. Mea culpa.
    Il faut se mefier de sa propre c… Il semble que j’ai encore beaucoup de progres a faire dans ce domaine precis. Mais j’y travaille…

    fedydurke

    9 avril 2009 at 15:21

  127. Franchement, accompagné de tes réserves, il n’y a pas de raison d’effacer ce texte.
    D’autant que cela obligerait à effacer aussi tes « réserves » qui ont, outre leur fonction de réserves, l’exemplarité d’une belle humilité.

    (j’ai adopté ce pseudo, « franc parleur »)

    franc parleur

    9 avril 2009 at 15:28

  128. En fait, l’article n’est pas faux en lui même. Il semble bien que le pape ait écrit ce texte  » plutot d’extreme droite » dans une revue de la même  » odeur « .
    Le journal  » marianne  » ne conteste pas ce point. Ce qu’il denonce, me semble t-il a juste titre, c’est le tir groupé de la presse qui s’empare de l’affaire avec un amalgame nauseabond du genre  » puisqu’il a ecrit dans un journal facho, il est facho ». C’est ce raisonnement qui m’ennuie profondement ( pour ne pas dire plus ) . Je ne veux pas etre un colporteur de poubelles. c’est toi qui voit.
    D’autant plus qu’en tirant sur le pape, ne risque -t-on pas d’abimer l’image du christ ? vaste débat.
    D’un autre coté, est ce que l’on peut nier que cette information eclaire d’une lumiere  » differente  » les recents propos et prises de positions de benoit XVI.
    Prenons donc cet article avec toutes les precautions qui s’imposent mais mefiions nous des jugements hatifs ( comme fut le mien a la lecture de la dite information). sans doute, les reserves que j’emet ici renouvelees mettront en garde un lecteur etourdi sur l’information en particulier et en general.

    fedydurke

    9 avril 2009 at 17:36

  129. Apparemment, l’annonce semble bien être confirmée :

    http://www.rue89.com/2009/04/10/quand-benoit-xvi-ecrivait-dans-une-revue-facho-2

    franc parleur

    10 avril 2009 at 13:51

  130. bonjour,
    si l’image du christ devait être abimée par l’attitude des divers clergés, il y a fort longtemps qu’elle ne ressemblerait plus à rien.
    Du reste comment savoir vraiment à quoi ressemble le christ?
    Je rappelle pour la petite histoire que l’église a eu des papes apostats (julien l’apostat, 4ème siècle) des papes guerriers (jules 2) des papes incestueux, empoisonneurs (les borgias)et j’en passe, sans parler de l’inquisition et de la mise à l’index.
    Je rappelle que tous les papes sont des hommes, sortis d’un vagin comme nous tous et non de la cuisse de jupiter.
    Pour la petite histoire, il est également bon de se souvenir, que les criminels de guerre nazis, exfiltrés en amérique du sud, l’ont été à partir du port italien de gènes (ou y d’la gène y pas d’plaisir)et que ces braves bouchers sont redevables au vatican de l’organisation de leur fuite.
    Bien sur il y a aussi l’opus dei (extrême droite de l’église catholique).
    Que dire de la position de l’église face aux prêtres-ouvriers?
    Le pape en place sous l’occupation nazie n’a pas manqué de bénir les canons allemands.
    Allemand, chinois,amère loque,russe, suisse ou français un canon est un canon, objet de mort, de destruction.
    L’attitude de ce pape bénisseur d’acier fut plus que silencieuse devant les massacre organisés de 39/45.
    Pour n’oublier personne et être vaguement œcuménique,il me semble intéressant de signaler, que ce brave luther eu droit, de la part du führer (fureur),à une journée commémorative.
    L’antisémitisme du réformateur était si violent,que ce cher adolf n’a pas pu résisté au plaisir de l’honorer.
    C’est le 10 novembre 1938, jour anniversaire de luther, que le maitre de l’allemagne a ordonné la destruction des synagogues de son beau pays.
    On peut lire sous la plume de luther qu’il n’a eu qu’un seul regret (en parlant des juifs), c’est de ne point les avoir tous tués et, en évoquant les synagogues, de ne pas les avoir vu toutes cramer.
    Que du beau monde dans les belles églises de la jolie terre.
    Ce benoit 16 est je trouve terriblement adéquat.
    Il achève de dégouter et de désespérer les croyants paumés qui espèrent,encore, une attitude christique de la part des institutions ecclésiastiques.
    Aucun espoir de ce coté là.
    Messes en latin préservatifs mis à l’index et gros bisous aux négationnistes.
    Il semble loin, très loin de l’esprit christique qui ne lapide pas la femme adultère, choisit ses disciples parmi les simples gens du peuple et utilise la parabole pour être compréhensible de tous.
    Depuis l’alliance du temporel avec le spirituel(constantin en 316, édit de milan) les carottes sont sur le gril.
    Elles ont eu largement le temps de cramer.
    Je dirais même que, depuis la résurrection, immédiatement après, la vérité est déjà biaisée.

    Fort heureusement le message christique authentique trouve toujours le moyen, véritable miracle, de battre dans les cœurs et de vivifier les âmes.
    Je vois, dans le fait étonnant, que tous les abus criminels des institutions religieuses n’aient pas réussi à détourner définitivement les hommes de la lumière, une véritable preuve de la réalité vivante et active du christ dans le monde.

    Les églises sont des structures mortes à l’intérieur desquelles ne coule plus aucune sève.
    J’espère que le christ voudra bien utiliser, à son retour, ce canal desséché.
    L’église s’est détournée de la foi essentielle, pourquoi le christ irait-il vers ceux qui ont trahi son message?
    Par amour me direz-vous?
    Peut-on mettre du vin nouveau dans de veilles outres?
    Autre chose de rigolo, selon la prophétie de malachie ce pape est le dernier (ouf) avant le retour d’un véritable esprit d’amour aux commandes du monde.
    Cela laisse augurer, pour les institutions religieuses,la possibilité de revivre sous un souffle renouvelé.
    Je pense cependant qu’il conviendra de faire un grand ménage, tout en douceur bien entendu.
    Tout transformer sans rien détruire.
    L’esprit manque aux structures rigides et sans âme que l’homme a construit au fil des siècles.
    Nous sommes au bout de la pelote.
    Encore une chose, comment un mec qui n’a en principe jamais couché avec une femme, à fortiori avec plusieurs, peut-il se permettre de conseiller ceux qui vivent le sexe?
    Que connait-il des pulsions et désir de l’amour charnel sinon leur répression, voire leur négation?
    Amour sans lequel, je le rappelle, aucun de nous ne serait ici, pas plus ceux qui prônent l’abstinence que les autres.
    La chasteté ,hors, clergé est un choix (je l’espère ) le sexe en est un autre.
    Il faut également savoir que le célibat des prêtres, qui date des environs de l’an mil, fut imposé au bas clergé afin de limiter, pour l’église, les frais d’entretiens du prélat ( se prélasser) et de sa famille.
    Dites moi comment ces gens qui n’ont (en principe) jamais copulés se permettent de dire ,à ceux que le sexe interpelle, de quelle manière ces derniers doivent doivent se comporter.
    Je n’ai jamais pris l’avion mais je vais dire au pilote comment il doit procéder pour décoller et atterrir et en latin s’il vous plait et s’il n’obéit pas, pas de place pour lui au paradis, qu’il soit anathème!
    Franchement tout cela prête à sourire
    J’aime cette phrase qui dit « on attendait le christ et c’est l’église qui est venue »
    Quelle déception mais maintenant qu’on a l’église, c’est à dire rien ou si peu, il nous reste à attendre encore et encore le christ.
    En attendant, bougeons-nous.
    Ha j’oubliais, bien sur, il y a le dogme de l’infaillibilité papale, (infaillibilité décrétée par eux-mêmes à leur propre usage), c’est super, en regard de ce dogme, ils peuvent faire tout et n’importe quoi, ils auront toujours raison.
    Je me demande comment ces mecs ont pu oser accoucher d’une pareille monstruosité.
    Nous sommes infaillibles, voilà, c’est dit, circulez, y rien à voir ni à penser.
    Je crois qu’on va bien se marrer au retour du Christ.
    Avec l’espérance d’un retour imminent.
    Laurent

    laurent

    13 avril 2009 at 18:48

  131. il y a certaines chose qu’on ne conserve qu’en les partageant.
    La terre fait partie de ces réalités dont la pérennité est fonction du partage.
    L’amour aussi.
    Bonne journée a tous.
    Laurent

    laurent

    16 avril 2009 at 09:51

  132. Voici un texte que j’ai trouvé sur internet et que je trouve particulierement juste. Ce texte s’appelle  » J’accepte ».

    1) J’accepte la compétition comme base de notre système, même si j’ai conscience que ce fonctionnement engendre frustration et colère pour l’immense majorité des perdants,
    2) J’accepte d’être humilié ou exploité a condition qu’on me permette a mon tour d’humilier ou d’exploiter quelqu’un occupant une place inférieure dans la pyramide sociale,
    3) J’accepte l’exclusion sociale des marginaux, des inadaptés et des faibles car je considère que le prise en charge de la société a ses limites,
    4) J’accepte de rémunérer les banques pour qu’elles investissent mes salaires à leur convenance, et qu’elles ne me reversent aucun dividende de leurs gigantesques profits (qui serviront a dévaliser les pays pauvres, ce que j’accepte implicitement). J’accepte aussi qu’elle prélèvent une forte commission pour me prêter de l’argent qui n’est autre que celui des autres clients,
    5) J’accepte que l’on congèle et que l’on jette des tonnes de nourriture pour ne pas que les cours s’écroulent, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et de permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année,
    6) J’accepte qu’il soit interdit de mettre fin à ses jours rapidement, en revanche je tolère qu’on le fasse lentement en inhalant ou ingérant des substances toxiques autorisées par les états,
    7) J’accepte que l’on fasse la guerre pour faire régner la paix. J’accepte qu’au nom de la paix, la première dépense des états soit le budget de la défense. J’accepte donc que des conflits soient créés artificiellement pour écouler les stocks d’armes et faire tourner l’économie mondiale,
    J’accepte l’hégémonie du pétrole dans notre économie, bien qu’il s’agisse d’une énergie coûteuse et polluante, et je suis d’accord pour empêcher toute tentative de substitution, s’il s’avérait que l’on découvre un moyen gratuit et illimité de produire de l’énergie, ce qui serait notre perte,
    9) J’accepte que l’on condamne le meurtre de son prochain, sauf si les états décrètent qu’il s’agit d’un ennemi et nous encouragent à le tuer,
    10) J’accepte que l’on divise l’opinion publique en créant des partis de droite et de gauche qui passeront leur temps à se combattre en me donnant l’impression de faire avancer le système. j’accepte d’ailleurs toutes sortes de divisions possibles, pourvu qu’elles me permettent de focaliser ma colère vers les ennemis désignés dont on agitera le portrait devant mes yeux,
    11) J’accepte que le pouvoir de façonner l’opinion publique, jadis détenu par les religions, soit aujourd’hui aux mains d’affairistes non élus démocratiquement et totalement libres de contrôler les états, car je suis convaincu du bon usage qu’ils en feront,
    12) J’accepte l’idée que le bonheur se résume au confort, l’amour au sexe, et la liberté à l’assouvissement de tous les désirs, car c’est ce que la publicité me rabâche toute la journée. Plus je serai malheureux et plus je consommerai : je remplirai mon rôle en contribuant au bon fonctionnement de notre économie,
    13) J’accepte que la valeur d’une personne se mesure à la taille de son compte bancaire, qu’on apprécie son utilité en fonction de sa productivité plutôt que de sa qualité, et qu’on l’exclue du système si elle n’est plus assez productive,
    14) J’accepte que l’on paie grassement les joueurs de football ou des acteurs, et beaucoup moins les professeurs et les médecins chargés de l’éducation et de la santé des générations futures,
    15) J’accepte que l’on mette au banc de la société les personnes agées dont l’expérience pourrait nous être utile, car étant la civilisation la plus évoluée de la planète (et sans doute de l’univers) nous savons que l’expérience ne se partage ni ne se transmet,
    16) J’accepte que l’on me présente des nouvelles négatives et terrifiantes du monde tous les jours, pour que je puisse apprécier a quel point notre situation est normale et combien j’ai de la chance de vivre en occident. je sais qu’entretenir la peur dans nos esprits ne peut être que bénéfique pour nous,
    17) J’accepte que les industriels, militaires et politiciens se réunissent régulièrement pour prendre sans nous concerter des décisions qui engagent l’avenir de la vie et de la planète,
    1 J’accepte de consommer de la viande bovine traitée aux hormones sans qu’on me le signale explicitement. J’accepte que la culture des OGM se répande dans le monde entier, permettant ainsi aux trusts de l’agroalimentaire de breveter le vivant, d’engranger des dividendes conséquents et de tenir sous leur joug l’agriculture mondiale,
    19) J’accepte que les banques internationales prêtent de l’argent aux pays souhaitant s’armer et se battre, et de choisir ainsi ceux qui feront la guerre et ceux qui ne la feront pas. Je suis conscient qu’il vaut mieux financer les deux bords afin d’être sûr de gagner de l’argent, et faire durer les conflits le plus longtemps possible afin de pouvoir totalement piller leurs ressources s’ils ne peuvent pas rembourser les emprunts,
    20) J’accepte que les multinationales s’abstiennent d’appliquer les progrès sociaux de l’occident dans les pays défavorisés. Considérant que c’est déjà une embellie de les faire travailler, je préfère qu’on utilise les lois en vigueur dans ces pays permettant de faire travailler des enfants dans des conditions inhumaines et précaires. Au nom des droits de l’homme et du citoyen, nous n’avons pas le droit de faire de l’ingérence,
    21) J’accepte que les hommes politiques puissent être d’une honneteté douteuse et parfois même corrompus. je pense d’ailleurs que c’est normal au vu des fortes pressions qu’ils subissent. Pour la majorité par contre, la tolérance zéro doit être de mise,
    22) J’accepte que les laboratoires pharmaceutiques et les industriels de l’agroalimentaire vendent dans les pays défavorisés des produits périmés ou utilisent des substances cancérigènes interdites en occident,
    23) J’accepte que le reste de la planète, c’est-à-dire quatre milliards d’individus, puisse penser différemment à condition qu’il ne vienne pas exprimer ses croyances chez nous, et encore moins de tenter d’expliquer notre Histoire avec ses notions philosophiques primitives,
    24) J’accepte l’idée qu’il n’existe que deux possibilités dans la nature, à savoir chasser ou être chassé. Et si nous sommes doués d’une conscience et d’un langage, ce n’est certainement pas pour échapper à cette dualité, mais pour justifier pourquoi nous agissons de la sorte,
    25) J’accepte de considérer notre passé comme une suite ininterrompue de conflits, de conspirations politiques et de volontés hégémoniques, mais je sais qu’aujourd’hui tout ceci n’existe plus car nous sommes au summum de notre évolution, et que les seules règles régissant notre monde sont la recherche du bonheur et de la liberté de tous les peuples, comme nous l’entendons sans cesse dans nos discours politiques,
    26) J’accepte sans discuter et je considère comme vérités toutes les théories proposées pour l’explication du mystère de nos origines. Et j’accepte que la nature ait pu mettre des millions d’années pour créer un être humain dont le seul passe-temps soit la destruction de sa propre espèce en quelques instants,
    27) J’accepte la recherche du profit comme but suprême de l’Humanité, et l’accumulation des richesses comme l’accomplissement de la vie humaine,
    2 J’accepte la destruction des forêts, la quasi-disparition des poissons de rivières et de nos océans. J’accepte l’augmentation de la pollution industrielle et la dispersion de poisons chimiques et d’éléments radioactifs dans la nature. J’accepte l’utilisation de toutes sortes d’additifs chimiques dans mon alimentation, car je suis convaincu que si on les y met, c’est qu’ils sont utiles et sans danger,
    29) J’accepte la guerre économique sévissant sur la planète, même si je sens qu’elle nous mène vers une catastrophe sans précédent,
    30) j’accepte cette situation, et j’admets que je ne peux rien faire pour la changer ou l’améliorer,
    31) J’accepte d’être traité comme du bétail, car tout compte fait, je pense que je ne vaux pas mieux,
    32) J’accepte de ne poser aucune question, de fermer les yeux sur tout ceci, et de ne formuler aucune véritable opposition car je suis bien trop occupé par ma vie et mes soucis. J’accepte même de défendre à la mort ce contrat si vous me le demandez,
    33) J’accepte donc, en mon âme et conscience et définitivement, cette triste matrice que vous placez devant mes yeux pour m’empêcher de voir la réalité des choses. Je sais que vous agissez pour mon bien et pour celui de tous, et je vous en remercie.

    Fait par amitié sur la Terre, le 11 septembre 2003.

    fedydurke

    28 avril 2009 at 22:17

  133. J’ai mis un lien vers ton blog depuis le mien.

    Chaleureusement

    lungtazen

    7 mai 2009 at 02:56

  134. Merci lungtazen, ton site, que je découvre, respire la santé spirituelle et l’engagement humain radical, bravo et… à suivre !

    franc parleur

    7 mai 2009 at 05:37

  135. Quel beau site!

    gabriel

    16 août 2009 at 15:37

  136. Salut,

    On a changé d’adresse (www.kaosphorus.net) mais ton site est dans les liens favoris.

    N’hésite pas à revenir nous voir, on va poster un long article sur l’Anarchisme spiritualiste.

    Amitiés

    Spartakus

    Spartakus FreeMann

    17 août 2009 at 08:44

  137. Bien noté et merci !

    Des liens fraternels et libres se tissent, c’est très encourageant et stimulant.

    – Nous avons reçu également tout récemment un mail très chaleureux des Éditions du Golgotha (Québec), qui laisse présager des possibilités de collaboration peut-être novatrices…

    Vive la multiplication des liens !

    Laurent l'un

    17 août 2009 at 10:23

  138. pas de certitudes
    pas d’acquis
    prend de l’altitude
    et t’enrichit

    noury

    18 septembre 2009 at 13:27

  139. Un bel appel à la vie fluide, au renouvellement, au dépassement permanent, merci noury.

    Laurent l'un

    18 septembre 2009 at 13:36

  140. A vous lire je vois que mélangé l’Evangile à l’anarchie c’est influer les gens a pensé quelque chose même si ces pensé son libertaire. Pour moi cela tiens du sectarisme

    TrX

    26 septembre 2009 at 21:02

  141. Allons bon.

    Mais dire ou écrire quoi que ce soit, c’est toujours « influer les gens a pensé quelque chose ».

    Pour moi cela tient de la pensée.

    Bien à vous, en espérant ne pas vous avoir trop « influé »…

    Laurent l'un

    27 septembre 2009 at 02:12

  142. J’apprécie particulièrement ce site car j’y discerne une belle ouverture d’esprit.

    Réunir sous un même toit le refus de tout mauvais gouvernement et le christ revient à plébisciter l’amour pour seul guide.

    Laurent lautre

    laurent lautre

    27 septembre 2009 at 10:11

  143. Laurent l’un, un petit mot de plus sur ta page ?
    -> http://www.facebook.com/wall.php?id=10149374762

    TrX

    27 septembre 2009 at 22:58

  144. Pour moi ce « truc », auquel au peut donner une multitude de terme selon ce qu’on pense ( « dieu » « force » « entité » etc… ), qui nous a permis d’être ne sert pas a grand chose qu’on le glorifier comme le suggère l’évangile affin d’y adhérer, juste respecter ce « truc » suffi non ?

    TrX

    27 septembre 2009 at 23:16

  145. Bonjour TrX, j’ai donc placé un mot de réponse sur la page Facebook (qui n’est pas la mienne) :

    « Fred EouZan a écrit
    hier, à 22:33
    Laurent, Ce que tu as l’air de faire est d’influer les gens sur une manière de pensé puritaine en leur disant : « voila ce qui est bien »  » venez nous rejoindre »
    Sectarisme non ? »

    « Laurent Chaumette a écrit
    à 05:45
    Je ne connais rien de plus précieux sur Terre que la RECHERCHE de la « vérité » EN ABSOLUE LIBERTÉ.

    Ne nous rejoignez pas : rejoignons nous les uns les autres dans cette démarche !
    Bien fraternellement
    Laurent, anarchie pour l’évangile »

    Sinon, entièrement et activement d’accord avec toi,
    il est bien inutile et même nuisible de « glorifier » le « truc » qui nous permet d’être ; se respecter soi-même dans cette dimension est largement suffisant !

    Bonne anarchie !

    Laurent l'un

    28 septembre 2009 at 04:49

  146. tu es contradictoire car l’Evangile est la gloire de l’amour de dieu pour les siens

    TrX

    28 septembre 2009 at 18:53

  147. ???
    « L’Evangile est la gloire de l’amour de dieu pour les siens »,
    je ne comprends pas ?

    L’évangile est un plan de libération, mais qui reste à accomplir :

    – « gloire de l’amour de dieu » ?
    Pourquoi m’appelez-vous Seigneur ! Seigneur ! alors que vous ne
    faites pas ce que je dis ?

    Je suis venu appeler à changer de vie

    Laurent l'un

    28 septembre 2009 at 19:41

  148. salut à toi Trx

    je m’immisce dans une dicussion qui se poursuit depuis plusieurs jours. j’espère ne pas me montrer trop intrusif.

    Tu ecris : « l’Evangile est la gloire de l’amour de dieu pour les siens »

    FAUX !
    l’evangile est l’annonce de la félicité pour TOUS les justes (les hommes de bien), qu’ils soient croyants ou incroyants. C’est même dans sa dynamique de recréation du monde, un espoir pour tous les hommes, y compris les mauvais. mais pour cela il faut bien que certains s’y collent, c’est a dire travailler à se changer et changer le monde (ce qui ne se fera pas en trois coup de cuillère).

    C’est L’Eglise et sa doctrine qui stipule que seuls ses fidèles seront sauvés (en passant par elle). C’est d’ailleurs le propre de toute religion que d’être exclusive.

    Dieu n’a pas de religion. Créateur de l’humanité, il aime et appelle TOUS Les hommes, sans exception, à se tourner vers le Bien, à trouver EN EUX-MEME, la force de renaitre aimant, joyeux, endurant, fort dans le juste et le vrai.

    Mon frère, si tu marches dans cette voie, tu es deja un homme de demain, quelque soit ton eglise, ta chapelle ou ta croyance.
    La vrai foi est existentielle, pas intellectuelle.

    Ce que nous cherchons sur ce site, c’est justement à liberer nos esprits et nos ames de l’emprise de cette culture seculaire d’asservissement et de foi passive.

    Evangile et anarchie ne sont pas incompatible. Religion et anarchie OUI ! Car une religion ne libère pas, elle asservit.Tout el contraire de la dynamqiue libératrice de L’evangile

    L’idéal d’une societe sans pouvoirs composée d’égaux libres est le fond de l’Evangile et il n’a eu de cesse de revenir dans le coeur des hommes depuis 2000 ans : experiences, ariennes, cathares, et j’en passe). Pourquoi, d’après toi, les premiers chrétiens, dans l’antiquité, étaient majoritairement des esclaves et devaient se retirer dans les catacombes pour se réunir ?

    Les livres, théories, idées de Proudhon, bakounine, stirner, ces auteurs anarchistes bien connus, ne sont au regard de l’histoire, que des avatars de l’Évangile. Des transpositions politiques, intellectuelles, sociales, d’un principe très simple énoncé par Jésus il y a 2000 ans et repris en 1974 dans l’Evangile donné à arès : « Tu ne commanderas à personne » ou encore « Tu ne seras le chef de personne »….. DE PERSONNE !

    Got it ?

    en toute AMicalité, 🙂

    eric-souldigg

    souldigg

    28 septembre 2009 at 19:50

  149. Les religions sont un excellent moyen d’embrigader les espris, comme tu le dis si bien « l’asservissement » et ce que tu avance ici c’est d’utiliser un texte de cette religion affin que certains soient quelque part asservis par son code moral. Ce que je veux dire c’est que même si cette acte est pure à la base, au dessus il y a dieu, et qu’avec sa notion du bien on a pu faire nombre d’atrocités ça a bien des effets pervers

    TrX

    30 septembre 2009 at 16:46

  150. Pour ma part, ce que j’avance et que je pratique dans ma vie courante banale,
    ce n’est pas un code moral,
    ni une morale,
    ni telle ou telle notion du « bien », du « bon », etc.,
    mais ce que mon fond le plus honnête reconnaît vrai,
    dans la fluidité et l’imprévu de tout moment.


    Pour ce qui est des effets pervers du « bien », du « bon », etc., voici ce qu’en disent les anges des Dialogues avec l’ange :

    (Nous sommes transportés le 24 décembre 1943.)

    Lili demande : qu’est ce que la bonté.

    -Ancien, mauvais débris qui ne sert plus à rien!

    Tout le monde donne aujourd’hui de la “bonté”.

    Ordure!

    LUI SEUL peut donner et tout est donné.

    Des vers, ivres de prétention, “donnent”.

    Nous, nous ne faisons qu’apporter SON cadeau.

    Ne soyez pas entachés par la “bonté”.

    Qu’il n’y ait pas de bonté en vous!

    Ce n’est pas le mal qui a obscurci le monde,

    mais le “bon”.

    L’homme “bon” qui a fait la charité , qui aide, que donne-t-il?

    -La mort. Vous , les “bons” qui dites:

    “Nous sommes bons”- vous allez expier!

    car la nouvelle Lumière qui vient réduira en poussière tout ce qui est faux.

    Qu’est-ce qui t’appartient?

    Lili: Rien.

    -Que peux-tu donc donner?

    Lili: Par moi-même, rien.

    -Engeance pervertie, corrompue! Malheur à vous!

    Vous construisez de “bons” hôpitaux pour vos victimes!

    Mais toi…tu n’es pas « bonne”, et le BON sera par toi.

    Laurent l'un

    30 septembre 2009 at 17:06

  151. Le Bien n’est pas un code moral c’est une force

    Dieu n’est pas un maitre, mais un « Père »

    L’homme n’est pas son sujet, mais son « ami », celui avec qui il a décidé de partager librement Sa Création.

    Ce que j’avance, c’est la possibilité de revenir aux ecritures, au fond des écritures, leur fond dynamique, créateur, existentiel, pour faire jaillir une autre Vie, fondé sur un tout autre rapport au Bien, au Vrai, au Juste et à Dieu cela va sans dire.

    Une vie de bonheur, de force et de Lumière.

    Ce n’est pas nouveau, c’est juste que ca n’a jamais été expérimenté jusqu’au bout. Envahisseurs (religieux, politiques…), satrapes (gens de violence), cupides… en bref, les dominateurs de toutes sorte, ont de tout temps empêché ce projet (une humanité libre) d’advenir, et le pire, c’est qu’ils l’ont fait en se réclamant de Dieu. De la, le scandale qui a engendré l’athéisme.

    Aujourd’hui Dieu est revenu et il est « entendu par des hommes qui le haissent ». Il souffle en silence dans leurs poitrines et va jusqu’à dire qu’il vaut mieux que Sa Parole s’établisse sans Son Nom, plutôt qu’en Son Nom regne ce que qu’il a en horreur ».

    nos societes sont préhistoriques au regard de ce que peut vraiment vivre l’humanité.

    Un nouveau monde est à recréer, un monde libre et aimant : sans liberté pas de création, sans amour, pas de lien social véritable. L’amour est le seul substitut aux institutions, c’est pourquoi on ne peut pas envisager un monde libre sans amour.

    et vous, dans quel monde voulez vous vivre ?

    souldigg

    30 septembre 2009 at 21:11

  152. Nous ne sommes pas bons ! Mais c’est une evidence il est effrayant que nous n’en ayons pas conscience. L’ange a raison et dit les mot justes. Que faisons nous de notre vie ! Ah , c’est vrai nous allons travailler pour ceux qui ont un emploi et le soir nous rentrons chez nous, harassés de fatigue, diner devant le journal télévisé et visionner le film de la télévision. Nous ne sommes pas bon. Qui aidonds nous quand nous travaillons, qui aidons nous quand nous regardons le poste ?
    Nous ne sommes pas mauvais non plus. Par mauvais, je veux dire méchant. Les evangiles sont devant nous et nous n’en faisons rien, strictement rien. Nous faisons même le contraire. Dans notre ignorance infinie de vers, nous jugeons comme des sénateurs.
     » Celui la est gros « ,  » Tu as vu sa chemise ? « ,  » Vraiment, il sent mauvais « ,  » C’est un malade » !
    Nous insultons a chaque instant le Christ et sa Joie, nous insultons son coeur. Mais vive l’apocalypse ! Bon débarras ! Le ciel va nous tomber sur la tête ? Et bien au moins, nous pourrons espérer être lavés. Nous en avons bien besoin.
    Vive la mort !
    Joyeuse apocalypse, j’espère, j’attends ta venue. En Fin !

    fedydurke

    3 octobre 2009 at 01:04

  153. Bonjour fedydurke !

    Heureux de te retrouver dans les commentaires !
    Oui, les « dures » paroles de l’ange sont tellement vraies…

    Mais « vive la mort », non.
    La mort, c’est justement cette « vie » que nous « vivons ».
    Que resplendisse la Vie !
    Et c’est nous qui pouvons, seulement nous…

    Laurent l'un

    3 octobre 2009 at 05:29

  154. Une précision en rappel sur l’orientation de ce site :

    Anarchie évangélique se fonde sur le Sermon sur la montagne,
    base d’existentialité spirituelle la plus universelle aujourd’hui (« C’est le Sermon qui m’a fait aimer Jésus« , Gandhi, parmi mille éclairages en ce sens).
    Ce qui fait que des athées, des bouddhistes, des pèlerins d’Arès, des anarchistes, des anarchistes chrétiens, des ex-cathos, des électrons libres, etc., etc., s’y trouvent bien et dialoguent librement entre eux (ou avec des points de vue de passage moins consensuels)…

    Le dernier venu y est autant chez lui que le premier, nous nous efforçons d’apprendre à nous accueillir les uns les autres depuis le début et à ne plus nous figer les uns les autres dans nos incompréhensions…

    « Anarchie évangélique » est simplement une facette sur internet de l’anarchie effective et active dans laquelle des millions de femmes et d’hommes reprennent actuellement, consciemment ou intuitivement, le Chemin Libéré décrit et pratiqué il y a 2000 ans par l’homme Jésus.

    Aussi infimes nous paraissent-elles encore et soient-elles de fait, et pour longtemps encore sans doute (je parle d’où j’en suis), le monde est totalement à la merci de nos transfigurations.
    Il n’a d’ailleurs visiblement plus aucune autre alternative réaliste ou seulement crédible.

    Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.”
    Dialogues avec l’ange

    Laurent l'un

    3 octobre 2009 at 14:07

  155. Juste une petite réflexion.

    L’embrigadement militaire, les rapports au sein de l’institution, les règles, les ordres la discipline, le don de soi exigé, les chants patriotiques, les cérémonies, les costumes d’apparat, les médailles, tout cela n’évoque-t-il pas pour vous une secte?

    Mars le sanglant, toujours d’actualité celui-là.

    Et on ne lui sacrifie pas des poulets ou des oies.
    Quand je pense qu’on se détourne avec horreur des sacrifices rituels humains antiques je me dis qu’on perçoit sans doute mal ceux de nos rituels modernes.

    Que ce soit sur l’autel de l’argent, celui du pouvoir, celui du « progrès », celui de la raison d’état, le sang dévale à flot les marches du temple où notre civilisation planque ses idoles prétendument raisonnables.

    Sans parler de l’autel de l’indifférence qui a le pouvoir d’invisibilité.
    Je n’ai rien vu, je n’y suis pour rien et si ce n’est pas moi qui fais c’est un autre.
    Après tout j’en ai rien à foutre.
    Cet autel est celui qui débite le plus de victime à la seconde.

    Un jour peut-être ce sera toi ou moi que l’on conduira sans aucun bruit, en silence, vers cette table sacrificielle que tu seras seul à voir au milieu de la foule où personne ne t’entendra.

    Un jour, indifférent parmi les indifférents.
    Le lendemain différent de tous car seul parmi les indifférents.
    Seul à mourir de faim, de soif,ou de misère sur la pierre froide et rude de l oubli.

    Je pense que nous laisserons les fleurs, le lierre le liseron sauvage, le temps et le bonheur dissoudre ces autels infâmes au fond des cœurs où hélas, ils résident.

    Indifféremment votre
    Laurent lautre

    laurent lautre

    12 novembre 2009 at 23:14

  156. Oui, et le rappel au « sang » (versé) est très fréquent chez le président français actuel,
    qui aime beaucoup aussi être obéi,
    c’est une remarque que je me fais régulièrement, ces temps-ci en particulier, en l’entendant parler de « l’identité »,
    qu’il veut nationale,
    et sévèrement marquée du sang versé.

    Pour ce qui me concerne, Monsieur le président, mon identité est nomade, et n’a donc d’autre autel que la Terre entière,
    et rien à y sacrifier que ce goût de dominer qui fait lever les drapeaux, les mentons, les fusils,
    et les croix sur les tombes.

    Laurent l'un

    13 novembre 2009 at 00:30

  157. Trouvé sur la Toile :

    il existe d autres croyants par anonyme, le 16 novembre
    je n ai malheureusement pas pu assister à ce contre rassemblemnt de sos tout petit, mais ce que je voudrais te dire, c est que tous les croyants ne sont pas des fachos, et ils ne sont pas tous contre les contraceptions et l avortement. je suis chrétien de tendance anarchiste libertaire, ça peux sembler contracdictoire mais ça ne l est pas à mon sens de la foi. la foi c est une aventure de la libération de l etre humain, le dévelloppement de l esprit critique, et je pense que jésus marche encore avec les 363 salopes qui étaient hués par des gens qui veulent décider pour d autres ceux qui est bon à faire ou pas.

    je t offre un site non parfait qui te fera découvrir que tous les croyants ne sont pas fachistes, et qu ils vivent dans le temps présent, et qu ils se battent et militent comme toi pour que ce monde change , que chacun dispose de soi comme il entends le faire, sans etre méprisé par des idéologies nauséabondes.

    http://anarchieevangelique.wordpres

    croire c est agir, changer le monde , se battre jour apres jour contre les obscurantismes, prier c est etre en marche, s engager dans la vie,et la foi c est surtout privé, ça ne se fait pas voir dans la rue avec des croix ou autres, ceux là ont bien peu de foi, ils ne connaissent rien à l évangile ….car si ils étaient véritablement chrétiens ils ne seraient pas fachistes, j en suis certain.

    j espère que je te fais percevoir un peu cette différence, et dans les combats pour la dignité de l etre humain, bien des etres sont des croyants !!

    Vertrougenoir

    ndlr. Salut fraternel, Vertrougenoir !

    Laurent l'un

    19 novembre 2009 at 22:58

  158. merci pour intiresny Dieu

    хостинг

    24 novembre 2009 at 03:45

  159. Salut fraternel à notre frère d’Ukraine !

    Laurent l'un

    24 novembre 2009 at 16:30

  160. Lire la Révélation d’Arès.

    librepenseur

    16 décembre 2009 at 12:49

  161. Bonjour librepenseur.

    Avez-vous pris la peine de lire un peu ce présent site ?

    Il contient plusieurs articles consacrés à la Révélation d’Arès,
    qui figure également en colonne de droite parmi les « grands textes en ligne » (juste en-dessous des Dialogues avec l’ange, que vous avez peut-être lus aussi ?)…

    Vous savez, ce genre de message abrupt, « lire ceci » (ou cela) n’en donne pas envie.

    L’intéressant serait votre témoignage en faveur de cette lecture.
     » Lire la RA  » ou « lire le Da Vinci Code » sont des messages équivalents en pauvreté.
    Et nous en sommes tous saturés (lisez ceci, goûtez absolument cela, allez là-bas, faites ceci, et pas ça…).

    Ce site accueille depuis bientôt un an des milliers de visiteurs dont plusieurs centaines de façon régulière et suivie, et parmi eux, des pèlerins d’Arès, des anarchistes, chrétiens ou athées, des bouddhistes, plutôt engagés, des catholiques parfois, etc.
    Nous nous retrouvons sur la Base du Sermon sur la Montagne :

     » C’est le Sermon qui m’a fait aimer Jésus.
    En lisant toute l’histoire de cette vie sous ce jour-là, il me semble que le christianisme reste encore à réaliser. En effet, bien que nous chantions: Gloire à Dieu dans les cieux et paix sur la terre, il n’y a aujourd’hui ni gloire à Dieu ni paix sur la terre. Aussi longtemps que cela reste une faim encore inassouvie, et tant que nous n’aurons pas déraciné la violence de notre civilisation, le Christ n’est pas encore né. Quand la paix réelle sera établie nous n’aurons plus besoin de démonstration : cela resplendira dans nos vies non seulement individuelles, mais collectives.
     »
    Gandhi

    Pour ce qui est de la Révélation d’Arès, je sais que certains de nos visiteurs l’ont lue et approuvée, d’autres non, d’autres y sont rétifs, d’autres la vivent…
    Chacun évolue librement sans division,
    – ce qui rend possible une libre coévolution !

    Enfin je me permets de vous signaler un nouveau site arésien (auquel je participe avec bonheur), une « cordée de sauvageons spirituels » en Ascension fraternelle.

    Salut et fraternité,
    Laurent lun

    Laurent l'un

    16 décembre 2009 at 14:52

  162. Ps. Voir aussi :
    Anarchie et Révélation d’Arès

    sur Anarchie Evangélique
    et les commentaires

    sur Ascension Fraternelle
    et les commentaires

    Laurent l'un

    18 décembre 2009 at 01:25

  163. (laurent j’ai dû supprimer le post auquel tu faisais ici référence ; il s’agit d’un spam…)

    laurent lautre

    4 février 2010 at 15:45

  164. je me suis vaguement douté que tu n’étais pas l’auteur, pas plus que d’autres coutumiers du site, de ce bel article si brillamment illustré.

    Dommage, on se rapprochait du ciel.
    Il m’a même semblé le toucher des yeux.

    Amicalement
    laurent

    laurent lautre

    4 février 2010 at 18:58

  165. éros et les anges

    il me semble que la terre la plus profonde est comme le ciel le plus lointain
    en nous
    et que la pure ivresse des sens
    en reflets absolus
    touche aussi la lumière
    de nos corps nus

    Laurent l'un

    4 février 2010 at 19:57

  166. Moi, je n’ai pas beaucoup vécu, pas beaucoup réfléchi, mais j’ai conscience de mes actes, et, penses pouvoir trouver en se site, des gens qui me ressemblent !

    Amicalement,

    Adrien l'un

    8 février 2010 at 20:39

  167. Merci Adrien de ce beau « petit » message ouvert et fraternel.
    D’autres ont beaucoup vécu sans y réfléchir et d’autres ont tant réfléchi qu’ils en ont oublié de vivre…
    L’humilité de ta présentation traduit en tout cas un bel équilibre entre ta vie et ta conscience.
    Bien à toi.

    Laurent l'un

    8 février 2010 at 21:12

  168. bonjour,
    Nous sommes tres nombreux a etre differemment semblables.
    Il n`est que de le constater pour comprendre que le changement est a portee de coeur.

    Laurent lautre

    PS ce clavier neo-zelandais me cause bien des problemes cote accent

    laurent

    8 février 2010 at 22:42

  169. Salut Laurent !
    (Excusez cette parenthèse)
    J’ai eu une grande joie ce matin au courrier…
    Un vrai Noël !
    Je te souhaite un beau séjour dans ce beau pays,
    null

    Laurent l'un

    8 février 2010 at 22:48

  170. salut,
    merci et tant mieux.
    Adresse moi un petit mail que je recupere ton adresse.
    Excuse d utiliser le site pour un truc perso mais je ne trouve pas d autre moyen pour recuperer ton adresse mail.
    Je me connecterai ca et la.

    Laurent lautre

    laurent

    8 février 2010 at 22:53

  171. Bon puisque on y est ; c’est fait ami/frère, bonne journée, moi je vais me coucher.

    Laurent l'un

    8 février 2010 at 23:06

  172. « pour qu’un monde meilleur naisse un jour sur Terre*. »

    Tu as dû percevoir la nature de mon « engagement »…
    Je ne crois pas à un monde meilleur sur terre…
    Je crois même à un monde de pire en pire sur terre.
    Il faudra bien un jour qu’enfin Babylone, la prostituée fameuse, la Bête et les marchands qui en vivent soient vaincus. Mais avant cela, je crois que tout ce que nous pouvons faire c’est dire « Maranatha »…

    joruri

    15 février 2010 at 17:41

  173. Pour ma part un monde meilleur est plus qu’une croyance, la seule orientation de Vie que je puisse concevoir :
    « Je suis venu appeler à changer de vie »
    Paroles dites il y a 2000 ans.

    Bien à toi ami/frère.

    Laurent l'un

    15 février 2010 at 20:36

  174. L’Athéisme n’est pas mort. Bien que condamné par les maths, il subsistera comme réaction morale aux excès du mysticisme, et il conservera ainsi son utilité , et sa noblesse cruelle.

    L’Agnosticité c’est sans doute la voie du bon sens, mais sa démonstration n’est pas évidente.
    Si les progrès à venir en terme de puissance de calcul le permettent, les liens de causalité entre le chaos initial et l’histoire apparaitront sous la forme d’objets mathématiques et le libre arbitre ne sera plus qu’une option sensée sublimer l’histoire ou l’avilir.
    Le libre arbitre doit pouvoir s’exercer pleinement, et les conditions technique de son exercice plein et libre sont loin d’être toujours réunies.
    Mais l’exercice plein et entier du libre arbitre ne protège pas des lois du hasard ni des conséquences d’un mauvais choix.
    Dès lors le hasard, qui possède sa logique propre et hermétique, ne cessera d’être une fatalité que par la grâce, la grâce elle même ayant sa logique propre, tout aussi hermétique.
    La ou interviennent les maths, c’est que par la génération aléatoire d’objets mathématiques nouveaux et la découverte des règles d’organisation du chaos l’homme pourra peut-être atteindre la connaissance de la vérité.
    Le méritera t’il pour autant ?
    Celui qui connaîtra la vérité le premier aura un pouvoir énorme sur ces ennemis, et pourrait être tenté d’en faire mauvais usage.
    La vérité ne peut donc appartenir qu’a l’intelligence universelle, toute l’intelligence et pas uniquement a un état, un peuple ou une espèce(les terriens en l’occurrence).
    S’il y a une logique dans le chaos cette logique ne peut que vouloir le mieux et maintenir l’homme dans l’ignorance tant qu’il ne sera pas assez mur et altruiste pour détenir le pouvoir de la vérité.

    Les découvertes sont souvent le fait du hasard, si ce hasard le souhaite, et si l’homme le mérite, le chemin menant à la vérité sera découvert,sinon il faudra continuer sans fin cette quête.

    L’être humain est il méritant ?

    Juste assez pour concevoir et réaliser des outils qui permettent d’explorer l’infini mathématique.
    Si l’infini mathématique est la copie conforme et abstraite du monde réel, alors les mêmes lois qui prédisent les événements mathématiques prédisent les événements du monde réel.

    Nos puissances de calculs nous permettent de prédire un événement météorologique deux jours avant qu’il ne se produise.Dans l’absolu, ces mêmes outils devraient pouvoir prédire le temps qu’il a fait deux jours auparavant. Lorsque ces mêmes outils seront capables de prédire tout évènement, et ce non à deux jours mais à l’infini, alors nous détiendrons la vérité.
    Existe il un raccourci mathématique ? Une loi simple qui mènent à la vérité?
    Sans doute.
    Il existe une infinité de lois et d’objets mathématiques, si nos outils mathématiques nous permettent de les générer et de les tester en temps réel alors il sera peut être possible de découvrir celle qui peut prédire l’avenir, et dire le passé et le présent par la même occasion car tous trois sont enchaînés …
    Dans la pratique nous pourrions imaginer et réaliser un générateur de nombres aléatoire doublé d’un générateur d’objets mathématiques.
    Une deuxième machine distincte de la première devant elle deviner de façon logique les nombres avant qu’ils ne sortent.
    Impossible ?
    Non.
    Improbable ?
    Oui, infiniment.
    C’est du moins ce que nous enseigne NOS Mathématiques.
    La ou réside la faille, car il y en a forcément une,
    c’est que les objets mathémathiques fondateurs de toute logique sont invérifiables, et que s’ils n’énoncent la vérité qu’à priori, cette vérité est vérifiable à postériori.
    Ce n’est qu’à postériori, et par le biais d’objets mathématiques intermédiaires, qu’une hypothèse vérifiée pourra démontrer son caractère logique.
    Poussons la logique un peu plus loin , imaginons qu’un ordinateur soit capable de générer des documents comptables aléatoires et factices (donc a priori ne correspondant a aucun document comptable existant),ainsi que les objets mathématiques aléatoires qu’il a généré et dont il s’est servi pour « appuyer sa thèse » et produire ces documents.

    Supposons qu’un jour cet ordinateur commence à dérailler, et à sortir l’intégralité des documents comptables d’une entreprise connue existante…improbable, mais hélas pas impossible, les objets mathématiques aléatoires dont il se sera servi à ce moment là susciteront, au minimum, la perplexité !
    Si à l’usage ces objets mathématiques s’avèrent appartenir à une classe d’objets permettant de ne produire que tout fait ou document existant et vérifiable alors nous serons proche de la vérité…par les maths !
    De tels objets existent ils ?
    Oui, absolument, car il existe une infinité d’objets mathématiques, et le monde de l’abstraction ne connaît pas de limites.
    Pourrons nous découvrir de tels objets par hasard ?
    La grâce décidera du moment opportun.

    Bonne chance en tout cas !

    Bisounours

    20 février 2010 at 21:42

  175. « la grâce, la grâce elle même ayant sa logique propre, tout aussi hermétique. »

    Ah non alors !

    « La Grâce n’est pas un don charitable.
    LA GRACE EST REALITE,
    ELLE N’EST PAS ARBITRAIRE.
    ELLE EST REPONSE,
    COURONNE QUE PORTE L’ACTE PUR. »

    Dialogues avec l’ange

    Bien fraternellement Chercheur.

    Laurent l'un

    21 février 2010 at 01:24

  176. La grâce, conséquence logique de l’acte pur…est donc prédictible, au moins dans l’absolu.
    Il existe une grâce prédictible de même qu’il existe son contraire, la malédiction, mais ce n’est pas pour autant que ceux qui prétendent les connaître ne sont pas dans l’erreur.
    Il en résulte que l’Agnosticité et la seule position défendable, en l’état de nos connaissances.

    bisounours

    22 février 2010 at 10:27

  177. L’Agnosticité prend en compte l’herméticité du monde abstrait sans proclamer pour autant que cette herméticité ne puisse jamais se réduire.
    Question de temps, et sans doute de mérite…
    la lumière viendra quand nous en serons digne.
    Pour l’instant l’homme n’obtiens que ce qu’il mérite.
    Il a les chefs qu’il mérite, le destin qu’il mérite les chimères qu’il mérite…
    Ce monde est un purgatoire, résolument.
    L’espoir subsiste néammoins.
    Ce monde peut s’amender.
    Le fera t’il ?
    En combien de temps ?
    Mystère…il le fera, néammoins.

    bisounours

    22 février 2010 at 10:35

  178. Il le fera: c’est dans cette conviction que réside la Foi.
    Il ne le fera pas ? C’est la voix de la désespérance.
    « Il le fera peut être », c’est la voie du doute.
    Nous autres, pauvres hères, sommes partagés entre la Foi, le doute et le désespoir.
    Qui nous jettera la première pierre ?

    bisounours

    22 février 2010 at 10:46

  179. La Foi est le plus court chemin qui mène à son contraire, le désespoir.
    Le doute ne mène qu’au doute.
    Choisir la voie du doute c’est se prémunir des excès, mais c’est au moins aussi dur à tenir que la sagesse.
    Renoncer volontairement à la Foi est donc un acte de détachement, de sagesse, trace d’une certaine maturité spirituelle.

    bisounours

    22 février 2010 at 11:00

  180. « La Foi est le plus court chemin qui mène à son contraire, le désespoir. »

    Pour Sören Kierkegaard, c’est exactement l’inverse :

    «Dans le possible, le croyant détient l’éternel et sûr antidote du désespoir ; car Dieu peut tout à tout instant. C’est là la santé de la foi, qui résout les contradictions.»
    Traité du désespoir

    Laurent l'un

    23 février 2010 at 03:31

  181. bonjour

    je suis une jeune femme Française convertie à l’Islam depuis 2ans et je voudrais avec tout le respect juste comprendre pourquoi vous ne vous rattachez à aucune religion ??

    merci

    lamia

    1 mars 2010 at 15:21

  182. Chère soeur,
    Salam aleykoum.

    Parmi les frères et soeurs qui « passent » sur ce site, certains sont rattachés à une religion, d’autres non.
    D’autres encore sont sans sans religion, comme votre petit serviteur.

    Pourquoi ?
    Parce que les religions n’ont fait que diviser les hommes entre eux, alors que Dieu est UN.

    Alors ma religion, pour l’heure, c’est le Fond abrahamique qui nous est commUN.

    Soeur bien aimée,
    la ilaha illallah.

    Laurent l'un

    1 mars 2010 at 16:53

  183. Bonjour

    Je vous remercie pour votre réponse.
    certes y a de la division mais c’est pas la religion qui l’a créée, mais les êtres humains malheureusement.
    Fraternellement à trés bientôt mon frére

    lamia

    11 mars 2010 at 14:40

  184. Chère lamia,
    Puissions-nous chacune et chacun à nos niveaux ne plus reproduire les divisions :
    et nous pouvons !

    Al-hamdou lillahi rabbil ‘lamin

    Laurent l'un

    11 mars 2010 at 15:03

  185. La religion est à la spiritualité ce que les partis politiques sont à la Démocratie.
    A l’image des partis, elle est auto-centrée et clientéliste.

    Une démocratie ou les partis perdent leur monopole et leur influence au profit des citoyens ordinaires est une démocratie mature…
    Une démocratie au parti unique n’est pas une démocratie.
    Une démocratie ou seuls les partis ont le droit de présenter des candidats n’est pas une démocratie non plus…

    -Une spiritualité ou la religion perd son monopole et son influence au profit du libre arbitre est une spiritualité mature…
    -Une spiritualité a la religion unique n’est pas une spiritualité.
    -Une spiritualité ou seule la religion peut dire le bien et le mal n’est pas une spiritualité non plus…

    bisounours

    15 mars 2010 at 14:37

  186. Bien dit bisounours !

    « Une spiritualité ou la religion perd son monopole et son influence au profit du libre arbitre est une spiritualité mature » : nos frères chrétiens se retrouvent bien placés sur ce coup.

    Laurent l'un

    15 mars 2010 at 14:41

  187. Lorsque les lois qui interdisent le meurtre et le viol seront abolies, il sera possible de savoir qui est réellement juste.
    Le juste s’interdira de violer et tuer, car lui n’a pas besoin de loi, ni de religion, pour connaitre le bien et le mal, et choisir le bien.

    Combien de « religieux » céderaient à la tentation de tuer ou violer si le viol et le meurtre étaient légalisés?
    Question embarrassante, car elle pose une interrogation sur la pertinence de certains discours religieux….

    bisounours

    15 mars 2010 at 14:45

  188. « La Foi est le plus court chemin qui mène à son contraire, le désespoir »

    La foi et le désespoir sont les deux extrêmes du même cercle, qui en conséquent se rejoignent.

    Le doute est la voie du milieu.

    bisounours

    17 mars 2010 at 11:43

  189. « La Foi est le plus court chemin qui mène à son contraire, le désespoir »

    La foi et le désespoir sont les deux extrêmes du même cercle, qui en conséquent se rejoignent.

    Le doute est la voie du milieu.

    C’est le doute qui me fait penser qu’il faut redouter l’abolition des lois, qui peut préjuger de la nature humaine, car une fois les lois abolies, aura t’elle encore le sens du bien et du mal ?

    bisounours

    17 mars 2010 at 11:46

  190. La foi surgit souvent du désespoir le plus total : il suffit en fait pour cela de ne pas accuser les autres de sa situation ; cela lève immanquablement des Forces d’Amour.

    Je ne vais quand même pas me forcer à douter de l’évidence en mon coeur, que dis-je !, du Coeur de tous les coeurs.

    Le sens du bien et du mal selon les lois n’a rien à voir avec le Bien et le mal : la loi est un mal.
    Les lois seront non pas abolies, mais progressivement rendues inutiles par une humanité entrée en Amour, obstinément en Amour.
    L’Amour est la Loi qui Vient.

    Laurent l'un

    17 mars 2010 at 14:32

  191. La loi est un moindre mal. Quand il n’y avait pas de loi, l’instinct dominait tout. Les périodes de famines étaient souvent suivies par des guerres barbares.
    Sortir l’homme de la barbarie ne fut pas une mince affaire et les religions et leur lois y contribuèrent, même imparfaitement.
    Le monde sans loi n’est évidemment pas à l’ordre du jour, mais cette utopie présentée ainsi permet de percuter l’imagination. Il s’agissait de ma part d’une forme de rhétorique expérimentale…
    Tout à fait d’accord sur la conclusion, l’Amour et la loi qui vient, mais la formulation mérite un énoncé politiquement audible…le peace and love…mmmh !

    La vérité absolue, la conscience absolue sont deux géants redoutables qui existe dans un monde infini, le monde de l’abstraction.
    Le monde réel n’est qu’une projection plus ou moins « en devenir » du monde de l’abstrait dans l’univers.
    Est il aussi parfait que le monde de l’abstraction ?
    Est il imparfait et condamné ?
    Pour ne pas trancher je préfère le définir comme étant « en devenir ».
    Science sans conscience n’étant que ruine de l’âme la vérité absolue ne se conçoit pas sans le secours de la conscience absolue.
    Lorsque qu’Einstein découvrit un pan de la vérité, avec la théorie de la relativité, cette vérité fut utilisée en cache misère de nos faiblesses militaires de l’époque, puis de nos faiblesses en matière économique.
    Les problèmes de fond, à savoir: la paix dans le monde et la gestion des ressources énergétiques, n’ont pas été résolus à ce jour, loin s’en faut.
    Le nucléaire nous a accordé un sursis, rien de plus.
    La conscience agnostique, dépassionnée et pragmatique devrait apporter un peu d’oxygène, du moins je l’espère.
    Les mots me manquent pour trouver le bon angle d’attaque, celui qui va vraiment propulser l’état sur la voir de l’agnosticité, mais nous sommes proches du but.

    bisounours

    28 mars 2010 at 16:20

  192. Dans le plaisir de l’instant bat le cœur du présent.
    Dans la joie d’aimer respire, un printemps neuf.

    Je ne sais pas où va ce navire.
    Je ne sais pas si je te retrouverai.
    Je ne sais pourquoi la raison fuit.
    Je ne sais pas la couleur de l’espérance.

    J’ignore le gout de la mort.
    J’ignore la pâleur du vide devant cet amour qui bat si fort.
    J’ignore la question.

    Je ne connais pas le nom de cette rue.
    Je ne connais pas le nom de cette ville, dans ce grand pays où tu ne t’es jamais rendue.

    Dussé-je renaitre mille fois, pour t’embrasser, je le ferais.

    Je prolongerai cette étreinte à l’infini.
    La rejouerai en fa dièse, si mineur, do bémol, ré majeur, peu importe.
    Je la peindrai sur le marbre des statues antiques, la dessinerai sur la courbe des arbres, je la graverai dans la sève des rivières.
    Je la danserai sur le parquet des planètes.
    Je la reconstituerai, nue, émerveillée, sous l’arborescence des univers.

    J’irai chercher ton nom dans les archives de la mort.

    Et puis j’oublierai tout.

    Laurent lautre

    laurent lautre

    30 mars 2010 at 20:32

  193. Bonjour Lucian,

    Tout d’abord félicitations pour votre site internet et merci de contribuer à la mission sur Internet.

    Je vous contacte pour vous suggérer l’ajout du site internet http://www.lexique-biblique.com à proximité du lien vers info-bible de la section les grands textes en ligne.
    En effet, ce site propose un lexique grec et hébreu en français en ligne.

    En vous remerciant à l’avance et vous souhaitant une bonne continuation,
    Lexique-biblique.com

    Benjamin

    3 avril 2010 at 07:09

  194. La foi surgit souvent du désespoir le plus total : il suffit en fait pour cela de ne pas accuser les autres de sa situation ; cela lève immanquablement des Forces d’Amour.

     » Je ne vais quand même pas me forcer à douter de l’évidence en mon coeur, que dis-je !, du Coeur de tous les coeurs.

    Le sens du bien et du mal selon les lois n’a rien à voir avec le Bien et le mal : la loi est un mal.
    Les lois seront non pas abolies, mais progressivement rendues inutiles par une humanité entrée en Amour, obstinément en Amour.
    L’Amour est la Loi qui Vient. »

    Oui ! C’est exactement ça ! Merci Laurent pour cet éclat de Lumière !

    mat

    20 octobre 2010 at 11:08

  195. De rien frère, Paix sur toi.

    Laurent

    20 octobre 2010 at 18:46


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s