anarchie pour l'évangile !

 » Ô, Vent, si vient l’hiver… « 

with 22 comments

 

 

Ma démarche est de confiance totale dans les capacités de discernement de toute conscience en prise directe avec ce que j’appelle provisoirement « l’esprit vrai ».

Nous ne pouvons discerner la vérité qu’en nous ouvrant infiniment au « Souffle ».

Or l’esprit souffle où il veut !

Au point qu’apparaissent sur Terre des hommes dont la démarche existentielle retrouve comme « naturellement » le « Fond » évangélique, mais hors de toute « révélation », de tout « prophétisme » : juste par un souffle « silencieux » en eux :

« Je n’ai pas envoyé à ces hommes Ma Parole dans les Livres, mais en secret j’ai guidé leurs pas vers la Vérité, qui gisait comme un aigle blessé… » (évangile d’Arès).

 

Toute ma vie aussi loin que je me souvienne est orientée ainsi :

–          refuser de croire que la Justice n’existe pas quelque part,

–          rechercher où est la Vérité.

Jusqu’à retrouver dans l’évangile arésien – l’évangile éclairci – la coïncidence la plus profonde entre l’inspiration qui parcourt ma vie et l’Ecriture :

l’amour est possible sur Terre, le monde peut et doit changer.

 

Pourtant, j’appuie ma vie premièrement non sur la révélation d’Arès, non sur tel ou tel Livre, avec ou sans majuscule, mais sur « Dieu » tel que je Le « connais » intimement et en conscience – tout particulièrement dans ce « souffle » qui m’accompagne partout, que ce soit en travaillant, en me reposant, en lisant un journal, les Dialogues avec l’ange ou la Révélation d’Arès.

Ma parole n’est pas La Parole, juste une traduction toujours renouvelée, sincère et attentive, de ce « souffle » qui rafraîchit mon cœur et ma petite et si partiale « intelligence ».

« Croire » retrouver la Vérité dans la révélation d’Arès ne me ferme en rien non plus à l’écoute d’autres textes ! Que de richesses et d’utilités ont été déposées sur notre Terre !

Je ne pratique ni le comparatisme, ni la hirarchisation, simplement,  la révélation d’Arès est venue se placer d’elle-même d’évidence au fondement de mes « convictions » et ce, sans discontinuer depuis que je l’ai rencontrée il y a 24 ans (voir également « Sous la pluie » et « Nomade »).

Mais vous voyez, je cherche partout, partout les frères, et les sœurs, j’écoute leurs pensées, leurs témoignages, le « souffle » m’accompagne.

Et c’est aussi ainsi que j’ai toujours cherché le Ciel.

Je ne suis sans doute pas un pèlerin d’Arès.

Je serai peut-être un pèlerin du Vent.

 

 

Sois, âme farouche,
Mon âme! Sois moi-même, vent impétueux!

Chasse mes pensées mortes par-dessus l’univers,
Feuillage desséché d’où renaisse la vie!
Et par l’incantation de ces vers,

Disperse, comme d’un foyer inextinguible
Cendres et étincelles, mes paroles parmi l’humanité!
Sois par mes lèvres, pour la terre assoupie encore,

La trompette d’une prophétie! Ô, Vent,
Si vient l’hiver, le printemps peut-il être loin?

 

 

 

 

Percy bysshe Shelley, Ode au vent d’Ouest

pour parler ensemble


 

 

 

 

Written by Observatoire situationniste

5 janvier 2009 à 10:22

Publié dans Non classé

Tagged with , , , ,

22 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Précision. Je ne suis pas seul à croire en la révélation d’Arès sans être devenu pèlerin d’Arès :
    « N’oublions pas que beaucoup en ce monde, la majorité de ceux qui mettent leur foi dans la Parole d’Arès, ne sont pas Pèlerins d’Arès au sens spécifique que nous donnons à ce terme (…). Ils font cependant partie de l’immense assemblée universelle de ceux qui, dans le monde, ont déjà entendu l’Appel lancé par le Père à Arès et ils le répercutent en toute liberté, que ce soit de façon privée ou de façon publique. » (ces propos de Michel Potay me concernent directement : http://freesoulblog.net/jHG/jHGtv.html)

    L’enjeu : si sous des oripeaux langagiers différents, étonnants ou « choquants » même, s’exprime la même sincérité de recherche et d’envie fraternelle, nous progresserons ensemble, au moins en compréhension.

    (Mais si tout cela ne servait finalement à rien, j’espère que vous m’excuserez tous du temps que vous aurez passé sur cette plate-forme.)

    laurentchaumette

    5 janvier 2009 at 14:17

  2. Vous dites Laurent: (« …j’espère que vous m’excuserez tous du temps que vous aurez passé sur cette plate-forme.)

    Je n’ai pas à vous excuser parce que je n’y perds pas mon temps. Je ne lis pas tout, cependant ce que je lis, en général, me touche beaucoup, souvent par la beauté qui s’en dégage.

    J’ai un peu honte d’écrire cela parce que j’agis en consommatrice, et que vous souhaitez peut-être une participation plus active, mais je ne peux guère faire plus en ce moment faute de temps et de difficulté à me concentrer, pour bien faire plusieurs choses en même temps.

    Madeleine

    5 janvier 2009 at 17:40

  3. Vos mots Madeleine, c’est pour moi comme un cadeau d’anniversaire !

    (je suis né le 5 janvier 1959)

    laurentchaumette

    5 janvier 2009 at 18:11

  4. Alors je suis bien heureuse de vous avoir fait ce cadeau Laurent, moi qui ai peut-être bien l’âge de votre mère! (sourire)

    Madeleine

    5 janvier 2009 at 20:12

  5. Bon anniverssaire Laurent, et veuillez recevoir mes meilleurs voeux de réussite spirituelle pour cette année 2009. Je ne sais pas si je contriburerais beaucoup à votre nouveau blog , mais pour l’instant je le lis régulèrement. Quand j’avais 19 ans, avant d’avoir lu moi-même « la révélation d’arès » je me définissais comme anarchiste chrétien ayant bien compris que le « vous êtes tous frères » de Jésus entrainait la suppression réelle du mode chef.
    J’avais 11ans quand j’ai lu tout seul l’évangile de Mathieu et les curés me sont paru suspects après cette lecture car je voyais une similitude entre les prêtres que je connaissais et la description qu’en faisait jésus dans Mathieu (bien que par ailleurs ayant rencontrés certains curés gentils). Ma professeur (c’était en heure de lecture) a qui je demandai si c’était les mêmes curés décrit par jésus que ceux d’aujourd’hui me répondant, oui ! m’a confirmé dans mon interrogation (elle s’engeulait avec le surveillant général (curé) très , très souvent .Elle s’est fait virer au bout de 1 an d’enseignement (trop indépendante et originale dans ses méthodes et son esprit, mais on l’adorait et je lui dois beaucoup).
    Tout cela pour dire que cela fait longtemps que je suis sensible à cet esprit « sans chef » qui nous est beaucoup plus naturel et qui ressort naturellement de l’évangile palestinien mais qui a eu besoin de la confirmation de l’évangile donné à Arès pour être vraiment incontournable.

    Bdlf

    5 janvier 2009 at 20:43

  6. Merci beaucoup de vos voeux, les miens seront plus maladroits, mais je vous souhaite Bon Vent.

    Je partage tout à fait votre conclusion :

    « cela fait longtemps que je suis sensible à cet esprit “sans chef” qui nous est beaucoup plus naturel et qui ressort naturellement de l’évangile palestinien mais qui a eu besoin de la confirmation de l’évangile donné à Arès pour être vraiment incontournable. »

    laurentchaumette

    5 janvier 2009 at 20:51

  7. bonjour, et bonne année,
    ma fille aînée est aussi née un 5 janvier, quel grand jour après Noël!, une autre naissance toujours promise à porter la graine du changement dans ce monde qui en a tant besoin,
    je vous souhaite de porter haut et loin le vent, toujours, pour qu’il porte la graine dans la bonne terre qui germera et fructifiera,
    je me sens aussi comme vous « pèlerin du vent » et je souhaite à tous que notre amour rejoigne « le Vent Fou levé de Nazareth, la Trombe Qui traverse la terre éperdument » (évangile donné à Arès 25/7), puisque nous pouvons être ce Vent comme Jésus l’est, comme Mikal l’est, dès lors que nous ouvrons notre oreille au grand Vent qui porte l’Eau Bleue et la graine (très nombreuses références au Vent dans le Livre d’Arès).
    Mais, pour l’âge, je suis plus près de vous que de ma fille (je suis de 52 du siècle passé!
    bonne année
    bernlouby

    bernloub

    6 janvier 2009 at 10:01

  8. Je vous avoue à tous que je ne suis pas un fanatique des voeux, fêtes conventionnelles, etc.
    Pour vous dire, mon anniversaire n’aura jamais été autant souhaité !
    Je vous en remercie, car en fait je crois aussi en même temps que la force de réalisation d’un voeu est dans la pureté et la profondeur du voeu lui-même.
    Et je sens les vôtres si sincères !
    Je vous remercie particulièrement, bernlouby, de renouer le dialogue avec beaucoup de simplicité.
    Je suis très sensible au vent et à la mer et concernant la révélation, j’y ressens très fortement les « symboliques » liées à ces éléments, qu’il nous appartient de transformer en réalités pratiques/existentielles.
    Alors
    Bon Vent 2009.

    laurentchaumette

    6 janvier 2009 at 10:55

  9. J’aime votre ecriture et je suis sensible à la sincerité de votre demarche. Je sens bien ce souffle dont vous parlez dans vos propos
    Je regrette que vous ayez abandonné votre precedente enseigne dont la ligne etait claire et porteuse, en dépit la bourrasque provoquée par l’un de ses articles.
    Je souhaite à cette nouvelle plateforme longue vie et sérénité.

    souldigg

    7 janvier 2009 at 09:11

  10. Bonjour Souldigg,
    je n’ai pour ma part sincèrement aucun regret, la bourrasque en question m’ayant montré que la ligne n’était pas (assez) claire pour tout le monde.

    J’ai préféré « trancher ».

    Je pense que ce qui s’est passé a été clarificateur : ma foi dans la révélation d’Arès n’en est pas affectée, mais « remise à sa place », objectivement et littéralement.
    Pour prendre un raccourci, imaginons que l’idée (sous cette appellation ou une autre) d’une « Alliance pour Arès » ressurgisse : Anarchie évangélique la rejoindrait volontiers ou accepterait volontiers de participer à sa création !

    Il en ressort pour conclure que pour faire une Alliance « pour Arès » qui garde ce Cap, il faut sans doute au départ aussi des pèlerins d’Arès…

    Merci beaucoup de tous vos souhaits.
    Je me permets de coller ici l’un des liens de votre blog, la video « le jardin qui ne fane pas »
    meilleurs voeux
    Laurent

    http://www.dailymotion.com/souldigg/video/x7rvcy_le-jardin-qui-ne-fane-pas_creation

    laurentchaumette

    7 janvier 2009 at 13:00

  11. A propos du poète romantique Percy B. Shelley, je propose le lien du Monde Libertaire, dont voici ci-dessous un extrait :

     » Cette anarchie n’est pas la nôtre. La nôtre se nomme Espérance, c’est une « vierge en démence » qui dit aux humains :

    « Vous, restez calmes et résolus, comme une forêt fermée et muette, les bras croisés, et avec des regards qui soient des armes invincibles. »

    Déclaration qui laisse Hélène Fleury sans voix. Oui – après Peterloo ! -, Percy Shelley prône une « passivité » (le mot est d’Hélène) héroïque et méprisante face à la violence du pouvoir.

    Mais le poète voit loin : il pressent une communauté humaine en devenir…
    Quand la solidarité de la multitude se manifestera, alors les conditions seront réunies pour que la liberté soit, sans violence.
    Au risque d’être accusé de récupération, il y a là, je pense, une vision prémonitoire de ce que l’on nomme maintenant la non-violence « active » ; les vrais poètes marchent devant et disent l’avenir… »

    http://ml.federation-anarchiste.org/article3025.html

    (En 1822, à 30 ans, Shelley meurt noyé au large de l’Italie, dans le golfe de La Spezia.)

    laurentchaumette

    7 janvier 2009 at 22:02

  12. merci pour vos explications. Je comprends mieux le choix d’un titre comme « anarchie evangélique » pour cette nouvelle plateforme.

    merci aussi pour le lien fait vers cette video « le jardin qui ne fane pas »

    je rebondis sur votre dernier commentaire : les anarchistes et les poètes ont pressenti ce monde à venir mais comme ils ne connaissaient pas la dynamique de la pénitence telle qu’elle est proposée par la Révélation d’Arès, ils ne pouvaient que l’espérer, l’effleurer du regard, l’annoncer, le rêver… C’était déjà énorme et même aujourd’hui encore, leurs écrits et leurs pensées continuent d’inspirer et de guider certains hommes sur la voie d’un éveil et d’une libération intérieure. Personnellement, sans Stirner, Proudhon, Rimbaud, Michaux,… je ne serais peut-être pas devenu pèlerin d’Arès….

    souldigg

    11 janvier 2009 at 20:21

  13. Merci de ce commentaire qui donne à penser.

    Je rappelle ici les explications données sur « l’alliance » par le frère Michel à propos de « la pénitence » :

    « La pénitence n’est rien d’autre que le renoncement à la pratique du mal (mensonge, colère, égoïsme, violence, orgueil, etc.) et l’effort de ne pratiquer que l’amour, le pardon, la paix, la délivrance (libération) de tous les préjugés et l’intelligence spirituelle.

    N’importe qui, même incroyant, peut être pénitent, c’est-à-dire homme ou femme de bien. »

    texte intégral :
    http://alliancepourares.wordpress.com/2008/12/18/en-enseignant-un-autre-langage-frere-michel/

    laurentchaumette

    11 janvier 2009 at 20:45

  14. Je reviens sur votre commentaire, Souldigg, qui comme je l’avais écrit précédemment, m’a donné à réfléchir ces derniers jours. Car il est bien clair dans ma vie que tout ce que j’ai lu par exemple et appris par des livres débouche encore et toujours sur la révélation d’Arès, qui est à mes yeux la Rive de la Vérité.

    Alors je me redemande pour la xième fois ce qui fait que je pourrais difficilement me dire « pèlerin » d’Arès.

    Et j’en reviens à ces deux raisons principales:
    1) je fais partie de « ceux qui ne Le prient pas »
    2) je n’ai jamais effectué de pèlerinage, ce qui est quand même la définition du pèlerin dans les dictionnaires, ce mot n’apparaissant pas dans la révélation.

    je lis :
    « pèlerin
    n.m. pèlerin (du lat. peregrinus, voyageur, de ager, agris, champ) »

    Un « cheminement » à travers le « Champ » de Dieu ? En ce sens, je suis un pèlerin d’Arès.

    Bien fraternellement

    laurentchaumette

    13 janvier 2009 at 21:28

  15. Cher Laurent
    Je ne suis pas sur mon ordinateur qui est actuellement en réparation et je ne suis pas très à l’aise avec celui-ci, mais j’ai quand même envie de vous demander ce que vous entendez par prier? C’est une question que j’ai déjà eu envie de vous poser.
    Et puis, si je vous lis bien, les hommes et les femmes habitant à des milliers de km d’Arès, ne pouvant pas faire le pèlerinage, ne pourront donc jamais être des pèlerins d’Arès? Être pèlerins d’Arès n’a vraiment rien à voir avec le Larousse. Le pèlerinage n’est pas obligatoire comme rien n’est obligatoire chez les pèlerins d’Arès, si ce n’est être pénitent et chercher d’autres pénitents.
    Peut-être que la vraie raison pour vous Laurent, est ailleurs.
    J’aimerais vous répondre plus longuement mais je ne suis vraiment pas à l’aise.
    Je vais prier.

    Madeleine

    13 janvier 2009 at 22:12

  16. Je vous réponds, il n’y a pas matière à dispute :

    – j’évoque ici la prière quotidienne Père de l’Univers recommandée par l’évangile.

    – Pour ceux ne pouvant faire le pèlerinage, mais qui souhaiteraient le faire, il me semble évident qu’ils sont pèlerins dans l’âme et que c’est le principal, mais pour ma part, honnêtement, je n’ai jamais ressenti ce souhait, malgré une foi vive et constante.

    S’il y a une « vraie raison » autre, je ne la connais pas (mais vous peut-être oui ?), car je suis avec les pèlerins, et c’est tout ce que je cherchais à exprimer ici, en reprenant pour la première fois de ma vie ce nom de pèlerin d’Arès.
    Autrement dit, je veux bien le reprendre « à mon compte », la question que je (me) pose réellement est de savoir si cela est crédible dans ces conditions (à savoir au moins les deux aspects évoqués), ou s’il n’est pas plus clair que j’en reste à une « sympathie » envers les pèlerins ?

    Je pense que la question – sans doute accessoire – ne se pose(ra) pas que pour moi.

    bien à vous

    laurentchaumette

    13 janvier 2009 at 22:32

  17. Vous dites Laurent:

    « S’il y a une “vraie raison” autre, je ne la connais pas (mais vous peut-être oui ?), car je suis avec les pèlerins, et c’est tout ce que je cherchais à exprimer ici, en reprenant pour la première fois de ma vie ce nom de pèlerin d’Arès. »

    Non Laurent je ne connais pas la raison pour laquelle vous ne rejoignez pas le petit reste, mais j’avoue que vous êtes pour moi une énigme, aussi j’essaie de comprendre. Je ne suis pas certaine cependant que ce soit bien utile parce que même si je découvre pourquoi, cela ne fera pas pour autant de vous, de par le principe de liberté qui régit notre mouvement, un pélerin d’Arès, si ça n’est pas un choix libre de votre conscience.

    Pour comprendre, j’ai commencé « dialogues avec l’ange ». J’ai lu quelques pages, mais je n’accroche pas. Je lis en freinant des deux pieds parce que l’expression et l’air que j’y respire me renvoie à l’enfermement religieux.

    Ce matin en pensant à vous, j’ai pensé à l’une de mes belles soeurs qui aime lire des recettes de cuisine, comme si elle s’en nourrissait, et n’est pas dérangée de simplement manger des patates à l’eau. Et je me disais: peut-être que Laurent aime La Révélation d’Arès comme on lit une recette de cuisine, sans le besoin de la réaliser pour s’en nourrir, et, pour ce qui est de La Révélation d’Arès, sans le besoin de L’accomplir.

    Bon, il n’est pas impossible que je dise des bêtises!

    Je réfléchirai à la deuxième partie de votre post un peu plus tard.

    Pensées fraternelles à vous Laurent et à ceux qui visitent votre site.

    Madeleine

    14 janvier 2009 at 15:30

  18. « Et je me disais: peut-être que Laurent aime La Révélation d’Arès comme on lit une recette de cuisine, sans le besoin de la réaliser pour s’en nourrir, et, pour ce qui est de La Révélation d’Arès, sans le besoin de L’accomplir. » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Comment pouvez-vous écrire cela de quelqu’un sans le connaître ?!!!
    Sur quoi donc fondez-vous ce rapprochement dévalorisant avec votre belle soeur ???

    Je ne souhaite pas poursuivre Madeleine, je ne comprends pas votre motivation, mais elle est un dénigrement évident.
    Je vous dis devant Dieu, conscient qu’il Voit tout :
    Je fais tout mon possible chaque jour pour m’améliorer, pour aimer tous les hommes, pour écouter Dieu dans ma vie et pour servir la révélation et la perspective données à Arès.
    Permettez que nous laissions Dieu seul juge de nos volontés et efforts pour accomplir Sa Parole.

    Vous prenez à l’envers mes intentions, que je crois pourtant clairement exprimées, et qui sont de rapprochement, j’en suis désolé.

    laurentchaumette

    14 janvier 2009 at 16:12

  19. Précision :
    Si je n’avais pas déjà rejoint le petit reste à ma façon, ce site contiendrait-il autant de références – toujours centrales – à la révélation d’Arès ?

    laurentchaumette

    14 janvier 2009 at 16:58

  20. Parenthèse

    Vous mêlez les Dialogues avec l’ange à ce fil de réflexion, en disant : « j’ai commencé “dialogues avec l’ange”. J’ai lu quelques pages, mais je n’accroche pas. Je lis en freinant des deux pieds parce que l’expression et l’air que j’y respire me renvoie à l’enfermement religieux. »
    C’est exactement le ressenti inverse du mien !
    Comme quoi nos « grilles » de lecture en sont bien, des grilles…
    Mais laissez donc ces dialogues, s’ils ne vous apportent rien, ils sont pour d’autres tout au contraire synonymes de libération et d’ouverture spirituelle et existentielle :
     » Après l’adolescence, j’ai traversé comme la plupart des gens une période où toute prière ou sentiment religieux avaient disparu de ma vie, pour laisser la place à l’action. C’est la raison pour laquelle, quelques années après, j’ai éprouvé un tel réconfort lorsque j’ai découvert les Dialogues. L’endroit d’où je les lisais ressemblait un peu, certains jours, à l’enfer. Pour moi, l’enfer c’est d’être enfermée. Alors que le paradis correspond à l’ouverture. »
    Juliette Binoche, http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=119

    laurentchaumette

    14 janvier 2009 at 18:09

  21. Je suis désolée d’avoir, par mon post, provoqué un tel malentendu. Il n’y a aucun jugement ni dénigrement de ma part. Par contre il doit y avoir une grande maladresse puisque vous comprenez autre chose que ce que j’ai voulu exprimer.
    Si je vous ai blessé Laurent, je vous en demande pardon.

    Madeleine

    14 janvier 2009 at 21:50

  22. Madeleine, vous êtes toute pardonnée mais veuillez croire que tant sur le plan personnel que sur le plan du monde je m’efforce – avec espérance et obstination – d’accomplir ce que je peux de la Parole éclaircie à Arès.
    Prenez-moi si vous voulez comme un pèlerin d’Arès un peu particulier, mais qui ne fait pas exprès, ou comme un croyant arésien tout simple, ou juste comme un frère engagé dans le même effort collectif immense.
    Et poursuivons.
    Bien fraternellement

    laurentchaumette

    14 janvier 2009 at 22:23


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :