anarchie pour l'évangile !

L’évangile n’est pas ce que l’on… croit.

with 10 comments

 

… mais ce que chacun accomplit :

 Mosaic

« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, accompagné de tous les anges, alors il siégera sur son trône de gloire. Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les hommes les uns des autres, 

 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite :

« Venez, les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli; nu, et vous m’avez vêtu; malade, et vous m’avez visité; en prison, et vous êtes venus à moi« . 

Alors les justes lui répondront :

« Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te donner à boire? Quand nous est-il arrivé de te voir étranger et de te recueillir, nu et de te vêtir? Quand nous est-il arrivé de te voir malade ou en prison, et de venir à toi  ? »

Et le roi leur répondra :

«  En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !  » »

Ou encore :

« Ce n’est pas celui qui me dit : Seigneur… Seigneur… qui entrera dans le royaume de Dieu, c’est celui qui fait la volonté de mon Père. » (Mathieu)

Ou encore :

« Prononcer Ma Parole pour L’accomplir, voilà la vraie piété. »
(Révélation d’Arès) *

 

: Notre action prioritaire est la relance libertaire et l’éclaircie radicale de l’évangile réel.

: Nous œuvrons parmi d’autres courants véridiques à rapprocher le jour où l’évangile redeviendra populaire – reviendra au peuple.

 

* note personnelle (Laurent) : cela se voit, se sait, je ne suis pas pèlerin d’Arès ; ce qui ne m’empêche pas de considérer, pour ma part et sans vouloir en convaincre qui que ce soit – l’évangile d’Arès comme la traduction la plus fidèle et la plus actuelle de l’évangile. 


Written by Observatoire situationniste

26 janvier 2009 à 13:23

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , ,

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je viens de créer à titre expérimental un relais pour « anarchie évangélique » sur Facebook, « groupe » que j’ai finalement appelé :

    « Dieu sans pouvoirs »

    L’intérêt est de disposer pour l’avenir d’un cadre très ouvert, très souple, doté d’outils interactifs tels que : forum(s) de discussion (le premier part du thème de cette présente page), « évènements », liens directs, et « le mur », pour l’expression « spontanée ».

    laurentchaumette

    26 janvier 2009 at 16:47

  2. Tout ceci est grandiose, mais n’oubliez pas que tout, en questionnement spirituel, reste un langage du coeur … et que la compréhension en est une interprétation intellectuelle !!

    Je dirai que le souci de vouloir changer le monde est de vouloir le changer … il suffirai de l’accepter tel quel. La terre est un paradis, offert à nous pour y « jouer »-> nous avons tous un jeu différents! A nous de faire « coexister » notre jeu aux autres et de là, apporter le changement attendu.
    C’est comme Gandhi essaie de dire par ces paroles; « Soyez le changement que vous voulez opérer au monde. »
    et aussi dans le même sens; « Si tu veux changer le monde, commence par toi-même. »

    Je suis heureuse d’être « tombée » sur votre « bébé » 😉
    à nos échanges !
    Et bien et bonheur à Vous !!!!!

    sexy2bloved

    28 janvier 2009 at 13:34

  3. Merci de cette intervention, qui enrichit la perspective.

    Oui, seule l’intelligence du coeur comprend et atteint le coeur vivant de « la Parole ».

    Oui, la Terre ne changera pas si chacun ne s’y met pas, n’accueille pas en lui dignement le « monde nouveau ».

    Par contre, « accepter le monde tel quel » demande peut-être une précision ? A mon sens, certes il faut bien l’accepter tel qu’il est pour pouvoir le changer.
    Mais il ne s’agit pas d’une acceptation dans le sens d’une adhésion ; parce que je ne vois pas comment adhérer au mensonge ?

    La Terre, Eden potentiel, est devenue un enfer, où les gens ne jouent pas la vie, mais la consomment seulement, dans l’illusion de la possession égotiste.
    Or, il me semble que
    « La création ne peut être qu’un jeu où l’on s’oublie » (Dialogues avec l’ange)…

    Encore un grand merci pour votre participation, et vos encouragements, qui aident ce « bébé » à prendre confiance, l’aideront peut-être à découvrir de nouveaux jeux : et c’est aussi ainsi qu’il grandira !

    laurentchaumette

    28 janvier 2009 at 14:33

  4. Mais de rien !!!!

    Ce qui me fait plaisir, énormément plaisir, c’est que nous sommes sur la même longueur d’ondes 😉

    sexy2bloved

    28 janvier 2009 at 16:45

  5. Bonjour,
    je vois que votre plateforme commence à avoir de nouveaux arrivants et j’en suis heureux .
    Votre nom pour Face book « Dieu sans église » me fait réagir car je pense qu’il n’est pas optimum, car pas tout a fait exact, en tous cas prêtant à confusion tous ceux qui aiment dans l’église ses assemblées, qui ne se reconnaissent pas dans les « chefs spirituels » mais qui restent dans l’église précisement à cause de l’assemblée que l’église représente. Aussi ce nom rejette un peu ces croyants là et c’est dommage. Dans un autre ordre d’idée , lors de la mission des pèlerins d’Arès « Dieu n’a pas de religion » Frère Michel fit remarquer qu’on pouvait aussi trouver Dieu tout en étant dans la religion aussi que lui préférait dire « l’amour n’a pas de religion », plus exact. Je pense qu’il y a à trouver une appellation proche de « Dieu sans église »
    peut-être « Dieu sans tutelles » ? ou « Dieu sans les pouvoirs » ou « Dieu à égalité » ?

    Bdlf

    2 février 2009 at 07:52

  6. Si vous permettez, (je sais que vous le permettez) 😉
    J’ai un petit avis sur la « connotation » de l’église…

    Pour moi, le bâtiment « église » fait partie de la doctrine qui par « historiques », nous démontre l’appartenance « physique » par obligation mais pas l’appartenance spontanée des « cœurs »…

    Avez-vous déjà essayé de contredire une interprétation biblique au cours de catéchisme ? Et surtout en étant enfant?? Nous ne sommes pas écoutés !!

    L’église ne représente pour moi, aucun échange (vrai).
    En plus, personnellement je trouve qu’en assemblée il y règne une ambiance de paraître… la plupart se force à être « non-naturel »… Pour les beaux yeux de la doctrine ils ne s’acceptent pas eux-mêmes et critiquent et jugent tous les autres.
    Donc pour moi effectivement, la vrai Eglise de Dieu est sans églises…

    Avec Amour Fraternel !!!
    La B 😉
    Être ce que nous sommes, est le plus beau cadeau que nous pouvons faire à notre Créateur … .
    Moi 🙂

    sexy2bloved

    2 février 2009 at 08:03

  7. Horreur !
    Suite à une erreur de manipulation, j’ai effacé quelques commentaires, dont celui de notre ami Souldigg !!

    Je suis allé fouiller dans les archives pour retrouver ces posts, je crois les avoir récupérés presque tous, mais pas tous, puisque je ne trouve plus celui où Souldigg proposait « Dieu sans pouvoirs » plutôt que « Dieu sans église », afin de ne pas laisser penser que nous rejetions dans « l’église » l’assemblée (sens premier) :

    Aé ne souhaite pas la disparition des assemblées, mais est favorable à la formation totalement libre de nouvelles assemblées, elles-mêmes totalement libres

    {si vous ne trouviez plus un commentaire lu auparavant, merci de me le signaler pour nouvelles recherches ou contact de l’auteur(e), avec toutes mes excuses… En l’occurrence, quelques-uns de mes commentaires personnels ont carrément disparu, dont un laissé ici, et impossible de les récupérer. En fait, il en manque encore 4 en tout, j’espère qu’ils sont tous de moi…}

    laurentchaumette

    2 février 2009 at 08:18

  8. Bonjour Laurent,
    je me réjouis de participer à vos entretiens qui sont très beaux, ou encore, édifiants.
    C’est réellement une grande joie pour moi, merci.

    Ce matin, en me réveillant, j’ai eu le flash que voici :
    J’ai vu les églises (catholiques) vides car il n’y avait plus de prêtres, et une petite voix me dit :

    « remplissez les sans eux car l’Eglise c’est vous ! »

    *******
    Après cela, je prends connaissance de ton initiative (Anarchie Evangélique) ; mon flash, à première vue, semble être en rapport.

    J’avais déjà fait un rêve à ce sujet, il y a longtemps et que je partage ici :

     » Je me trouvais sur une grande place qui était en face d’une Eglise, tenant dans mes bras un petit éléphant blanc qui exprimait un sourire sans pareil. Tout passant qui pouvait le voir était illuminé de joie, instantanément.

    Je pénètrai dans l’église (catholique) avec le petit éléphant dans mes bras. L’assemblée était assise au fond de l’allée centrale et les visages se tournant vers moi s’illuminèrent à la vue du sourire du petit éléphant. Je restai debout dans l’entrée, attendant le consentement du prêtre pour me joindre à eux. Il acquiéça d’un hochement de la tête et m’indiqua l’endroit où je pouvais m’asseoir pour suivre le restant de la messe, soit, dans la nef droite où se trouvait une seule chaise. Je m’y installais, puis, le prêtre éleva l’Hostie ;

    Passèrent quelques instants et voici que subitement il passa en trombe dans l’allée centrale, juché sur un fauteuil qui lui-même était fixé sur une grande planche à roulettes, se dirigeant à toute allure vers la sortie. Une corde munie d’un crochet attachée à l’arrière de son bolide harponna ma chaise au passage, m’entraînant derrière lui. Tout cela se passa très vite, et, au moment où le prêtre fut entraîné hors de l’église, je bondis de la chaise qui fut entraînée à sa suite, sans moi.

    Je restais là avec mon petit compagnon souriant dans les bras, interrogeant l’assemblée du regard pour savoir si je pouvais me joindre à eux.

    Les visages irradiés de joie y consentirent et je m’assis au milieu d’eux avec le petit éléphant dans les bras, et notre rayonnement individuel était uni dans une incomparable harmonie jamais connue dans l’église jusque là.
     »

    Fin du rêve.

    quêteurdesens

    2 février 2009 at 08:31

  9. Depuis presque trois mille ans, des millions d’hommes et de femmes ont été nourris d’un texte qui a été entièrement maquillé, truqué et transformé par un ou plusieurs scribes hébreux entre 1250 et 800 av. JC.
    Il n’y a jamais eu de serpent.

    Il n’y a jamais eu de péché de la femme.

    En revanche, il y a bien eu un mensonge phénoménal grâce à un savant « mélange » de passages ôtés et d’autres réécrits. Le scribe qui a rédigé le Livre de la Genèse a simplement pris un texte sumérien intitulé Enki et Ninhursag, antérieur d’au moins 1500 ans à la naissance de l’écriture hébraïque, et en a modifié toute la structure pour l’adapter à « ses » besoins comme vous allez le découvrir dans ce livre.

    Au cours de l’histoire, ce mensonge a été plus meurtrier que le principe de l’esclavage, plus efficace que le principe du droit divin et plus neutralisant que toutes les bombes atomiques réunies.

    Lorsque j’avais six ans et que je suivais les cours de catéchisme prodigués par les gentilles sœurs dominicaines, je fus marqué par leur obsession à nous parler du serpent, le « Prince du Mensonge ». Elles nous donnaient des crayons de couleur afin que nous dessinions la scène d’Adam, d’Ève et du serpent dans le jardin d’Éden. Celui ou celle qui dessinait le serpent le plus menaçant gagnait une image pieuse. Aujourd’hui, je sais d’avance qu’avec ce livre, je ne gagnerai pas d’image pieuse, sauf peut-être de mes lecteurs.

    Le « Prince du Mensonge » n’est pas celui auquel on pense et qu’on nous montre avec tant de frénésie depuis des siècles ( afin de nous empêcher de regarder ailleurs ).

    Le « Prince du Mensonge » est bien ce scribe hébreu qui a jeté les bases du plus grand holocauste intellectuel de l’Occident en désignant, entre autres, la femme comme responsable de tous les maux de l’existence humaine.

    Ève n’a jamais mangé de pomme, ni donné d’interview à un serpent tentateur.

    Elle ne nous a jamais condamnés.

    En revanche, celui qui nous a menti, et gravement culpabilisés, est bien le rédacteur du jardin d’Éden , ce scribe-traducteur que les spécialistes nomment « J » et qui a saccagé le texte original sumérien pour l’arranger à sa façon, en enlevant les passages qui le gênaient.

    Mais comment ce J. en est-il arrivé là ? En collant le texte sumérien original au texte hébreu, en analysant les passages enlevés, et en comparant les modifications, nous allons découvrir les véritables raisons qui l’ont amené à réécrire le texte et à changer son histoire ( et du même coup l’Histoire ).

    La question qu’on pourrait alors se poser est la suivante : « Comment se fait-il que personne n’ait jamais parlé de ça ? ». Réponse :

    1 ) parce que la première traduction de la tablette originale sumérienne a été faite en… 1915, c’est-à-dire en pleine Première Guerre mondiale, autant dire que c’est tombé à plat, et :

    2 ) parce que cela oblige à remettre en question tout ce qui nous a été enseigné sur le sujet depuis le début. Vous imaginez un prêtre annoncer à la fin de sa messe : « Mes chers fidèles, il n’y a jamais eu de péché originel. C’est ennuyeux, parce que j’ai fait sept années d’études la-dessus au séminaire » ou un imam dire aux musulmanes « Ève n’a pas péché. Vous n’avez pas à vous voiler, ni à être mariées de force »… ?

    Les spécialistes du sumérien, eux, connaissent très bien ce texte puisqu’ils l’ont traduit dès le début du XXe siècle. Et c’est d’ailleurs leur vilain secret ! Mieux placés que tous les autres universitaires, ils savent depuis longtemps que la personnalité et les actions de la déesse Ninhursag ressemblent étrangement, et point par point, à celles de Yahvé. C’est également l’observation de Gwendolyn Leick, une grande spécialiste anglaise de la littérature sumérienne :
    « Il y a un remarquable manque de communication entre les spécialistes qui planchent sur leurs tablettes et le grand public. La pression de la vie académique contemporaine rend ce rôle de médiation et de communication encore plus difficile. En conséquence, la plupart des informations phénoménales de l’une des plus grandes civilisations reste confinée au monde fermé des sumérologues et des exégètes bibliques ».

    En 1945, le grand sumérologue Samuel Noah Kramer l’a pourtant souligné avec infiniment de délicatesse, de peur que les fondamentalistes bibliques américains se servent de son origine juive pour l’attaquer, et aussi que les rabbins ultra-orthodoxes viennent à lui reprocher de remettre en cause leurs saints textes ( dictés soi-disant par Dieu en personne à Moïse ). Pas évident de se retrouver coincé entre deux forces antagonistes aussi puissantes.

    Presentation du livre de jovanovic : le mensonge universel. Tire du  » jardin des livres »

    fedydurke

    5 février 2009 at 02:59

  10. Pardon ! J’ai oublie l’adresse de ce site tres interessant. http://www.lejardindeslivres.fr/mensonge.htm

    fedydurke

    5 février 2009 at 03:05


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :