anarchie pour l'évangile !

[Contribution]: « étonner l’autre »

leave a comment »

 

Je sais que mon cœur me dit qu’il ne faut pas blesser son prochain, tenter de faire attention à ses amis comme le ferait un ange gardien. Qu’ils sont doux et aimants les anges à nous supporter.

« Tu ne tueras point «, bon dieu, c’est pas compliqué, c’est simple. Tu ne feras pas de mal à ton prochain, ce n’est pas du grec ancien, c’est compréhensible.
Dieu a beaucoup de mérite. On le rend responsable de tout, sauf de nos réussites. Mon dieu, je te remercie d’être ce que je suis et je prie pour toi avec l’âme d’un enfant. Je prie pour ta patience.

Nous avons perdu notre temps et il va falloir le rattraper. Mais comme notre seigneur est infiniment bon, il nous a dit « le temps n’existe pas si vous vous aimez. »

Que ma joie demeure !

Nous nous demandons comment faire pour aider son prochain, l’aimer et par la même aimer Dieu.

Le don me semble un autre aspect de cette solidarité et de cette communion avec dieu et avec les hommes. Quand je donne une baguette à un homme qui n’a rien, ça n’est pas grand-chose pour moi mais cet échange témoigne du fait que je pense à lui et lui le sait, sans jeu de mot.

Je peux donner et demander à celui qui reçoit, qui accepte, d’offrir en retour quelque chose à quelqu’un, ne serait-ce qu’un sourire. Que le sourire ne soit pas là pour les conventions sociales mais en témoignage de notre humanité.

Tous ces témoignages de foi ne sont pas nouveaux. Ils puisent leur source dans la tradition religieuse. J’y ai repensé en me demandant qui inviterait un SDF, un homme qui a froid à manger, qui inviterait le christ tout simplement.

Si nous pouvions tisser sur la toile un réseau de gens qui pratiquent, comme ils peuvent, cette foi, cette humanité ais-je plutôt envie de dire, il me semble que nous aurions commencé là le début de quelque chose.

Et puis nous pouvons rayonner la joie.

Qu’il nous soit permis d’être heureux !

Que ma joie demeure !

Empli de cette chaleur que nous a transmise Celui qui est,  je souris de bonheur à la vie, ivre du cœur de l’homme, avec mon ange sur mon épaule et mon ami devant moi. Je veux vivre cette félicité et éblouir le regard de ceux qui me voient.

Ce n’est pas moi qu’ils voient mais l’éclatante lumière de mon âme.

Eclater la félicité pour étonner l’autre, pour qu’il s’interroge, pour qu’il s’effraie et qu’il se dise au fond de son silence :

« Mais qui était cet homme et qu’est-ce qu’il a ? »

Je veux que me yeux soient tranchant comme la glace, vifs comme le feu, fous d’amour fou. Je veux que mon cœur saigne. Je voudrais que tous nous sortions de nos voitures et de nos cages et que nous en finissions avec la folie qu’est ce travail qui nous tue tous les jours…

Je veux qu’on puisse se regarder au lieu de se ternir, de se méfier.

Que ma joie demeure ! Comme une « révolution » qui ne se termine pas.

C’est un doux rêve que tous nous faisons, mais je sais que certains d’entre nous, tous les jours plus nombreux, travaillent à construire ce foyer de joie pour qu’enfin à jamais Notre Joie demeure.

 

Fedydurke (adaptation en article de deux commentaires)

 

 

 …

 

 

Written by Observatoire situationniste

2 février 2009 à 11:07

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :