anarchie pour l'évangile !

 » Yon’n a lôt, sé ansan ‘m nou ké rivé « 

with 11 comments

de Guadeloupe :



Appel à la Fraternité

 

 

L’heure de réveil de l’esprit de fraternité et d’unité  a sonné.
Je suis un Guadeloupéen d’une quarantaine d’année. J’ai la faiblesse de me croire ouvert et tolérant. Je suis plutôt un pacifiste et j’aime mon pays. Je ne souhaite pas plus parler de moi car je considère le message plus important que le messager et je l’adresse à tous.
 La Guadeloupe étant un département français son système  économique est le même que celui de la France et donc du système occidental, à savoir la loi du marché et de la croissance entraînant compétitivité, agressivité, conflits, brutalité, cupidité, égoïsme,  manipulation. Un système qui permet toutes les injustices tous les abus sous couvert de pragmatisme économique et qui prétend être l’unique système viable.
Ce système ou 1% de la population possède 40 % de la richesse de la planète, ou 34 000 enfants meurent chaque jour, ou 50% de la population mondiale vit avec moins de 2€ par jour et où le profit et l’argent sont souvent les principaux déterminants des choix qui sont posés. Un système qui engendre un nombre croissant de laissé-pour-compte et donc de souffrance. Un système qui détruit inexorablement la Planète (notre seule maison).
Les fourmis sont mieux organisées que ça.
Ce système qui accepte la violence, dans toutes ces variantes, comme allant de soi, jusqu’à nous faire croire que nous, les êtres humains, étions intrinsèquement mauvais.

Rien n’est plus faux que cela et tous ceux et toutes celles qui ont soigneusement contribués à nous enfermer dans cet esclavage mental vont devoir se rendre à l’évidence : Nous sommes meilleurs, plus grands et plus forts qu’ils ne l’imaginent.


Aujourd’hui à l’image de l’ensemble du peuple de Guadeloupe, je me réveille de l’illusion de liberté dans laquelle j’étais plongé et je suis déterminé à reprendre mon destin en main en cessant de soutenir  ce système.
 Ne vous y trompez pas puisque si ma détermination est certaine et si elle s’exprime avec force, aucune colère n’habite mon cœur. J’assume pleinement ma part de responsabilité à propos de ma situation économique et sociale.


Pendant trop longtemps j’ai fermé les yeux sur les agissements de ceux à qui nous avions tous confiés la sauvegarde de notre bien-être, bien qu’au fond de moi je soupçonnais et parfois savais ce qu’ils faisaient. Je souhaitais la facilité alors j’ai laissé faire en leurs remettant les clefs de mon bien-être. Ils devaient s’occuper de tous  ce qui me semblait, soit trop compliqué, soit trop rébarbatif.

Erreur.
En fait  ils se sont surtout occupés  d’eux, de leur plan de carrière, de leurs belles maisons, de leurs bateaux et ont tout fait pour que cela ne s’arrête jamais. Ils sont devenus des drogués du pouvoir. Ils sont allés jusqu’à orchestrer la comédie des partis afin de me faire croire qu’il y avait de l’alternance alors qu’en réalité ils se partageaient le gâteau du pouvoir et de l’argent.
Ils ont récemment, avec l’affaire des banques, joué une nouvelle carte afin d’accentuer un peu plus mon esclavage. Grâce à ces énormes prêts passés auprès des banques centrales, soit disant pour sauver les banques, ils vont pouvoir exiger de moi de travailler plus et de gagner moins afin de rembourser la non moins énorme dette que l’Etat, c’est-à-dire vous et moi, a contracté.
En parallèle ils détricotent tous les services publics (Education, Sante, Energie, Transport, Média etc..) dans le but évident de les revendre pour une bouché de pain à des capitaux privés pénalisant ainsi les plus défavorisés d’entre nous, c’est-a-dire tout ceux qui n’auront pas les moyens de payer. J’imagine déjà la justification de cette opération : « L’Etat est en déficit, les caisses sont vides et nous avons besoin d’argent pour rembourser une partie de la dette».

Et ils croient que je vais encore les laisser faire ?

Pour mieux me contrôler, nous contrôler, ils ont inventés le terrorisme afin de renforcer un Etat de plus en plus policier, pour distiller la peur et la division, tout en déstructurant le système judiciaire.

Mais je n’oublie pas, ce sont des hommes et des femmes comme moi. Ils ont, un jour, comme moi, portés des couches culottes. Comme eux, je suis un homme tout à fait capable de  savoir ce qui est bon, juste et utile pour moi et pour l’ensemble. Je suis décidé à me reprendre en main et à assumer la responsabilité de mon bien-être.
Mon choix de société consiste en une société ou  personne n’est à la traîne. Ou le bien être et les besoins de chacun, homme, femme, noir, blanc, jaune, rouge, pratiquant, non pratiquant, croyant, non croyant, jeune, vieux, handicapé, valide etc.. sont pris en compte et ou chacun est respecté et honoré pour ce qu’il est sans distinction d’aucune sorte.

Pour moi tout le monde est important. Mon choix de société consiste également à un partenariat conscient et respectueux avec la Terre, car c’est elle qui me nourrit, me protège et prend soin de moi.
Aujourd’hui je me joins à cette partie du peuple français debout face à eux et j’exige d’eux des changements radicaux dans leurs choix sociaux et économiques.
C’est en Guadeloupe que se cristallise cette exigence et si je dis « peuple français » c’est parce qu’il l’est profondément et qu’il l’a plus que prouvé. Mais il n’est pas seulement Français, il est avant tout Guadeloupéen, avec une âme généreuse, joyeuse, aimante, mais également forte, puissante, et rebelle.

Rebelle aux injustices, aux abus, aux égoïsmes de toute sorte. C’est un aussi peuple lucide  qui connait ces faiblesses et qui accepte également les faiblesses des autres tant qu’existe un respect mutuel.

Son cœur est toujours ouvert et sa main toujours tendue vers l’autre, comme le sont souvent les peuples habitant sous les tropiques.
Aux politiques et sociaux-professionnels Guadeloupéens, dégagez vous de ce système économique.

Cessez de le soutenir, que se soit activement ou, comme pour la plupart d’entre vous, passivement car vous le savez injuste et inadapté. Vous valez mieux que ça.

Ne vous enfermez pas dans le discours de ceux qui prétendent savoir ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Ayez une vision nouvelle pour vous et pour votre pays.

Vous avez cet atout que beaucoup de dirigeant hexagonaux n’ont pas, vous avez la foi.

Servez-vous en.

Demandez à être inspirés.

Ayez confiance en vos compatriotes et ils vous soutiendront.

L’heure n’est plus aux calculs mais à la prise de risque car c’est ensembles que nous ferons avancer les choses.
J’en appelle maintenant à tous ceux hors de Guadeloupe qui, comme moi, exigent un changement radical de politique, à me soutenir, à nous soutenir moralement et matériellement car nous aurons besoin de tous pour gagner cette bataille.

Elle n’est évidemment pas seulement la notre  mais elle doit avoir un point de départ et c’est ici en Guadeloupe qu’elle commence. Je n’attends rien du gouvernement, je suis au contraire convaincu qu’il fera tout pour conserver sa mainmise.


Nous sommes tous dans le même bateau, noirs, blancs, jaunes etc… , voici venu le temps de la vrai fraternité. Ne nous laissons pas dominer par la peur. Peur de manquer, peur d’échouer, peur de la solitude.

Prenons soin les uns des autres.

Nous ne sommes en fait jamais seuls.
Frêres et soeurs de la Guadeloupe c’est à nous de jouer maintenant en rappelant à tous que mes frères et mes sœurs sont de toutes races et de toutes couleurs.

La fraternité c’est de prendre soin des autres comme on prend soin de soi-même.

Donnons-nous la main, partageons ce que nous avons avec ceux qui n’ont plus rien.


Yon’n a lôt, sé ansan ‘m nou ké rivé  

 (Nous sommes Un, c’est ensemble que nous y arriverons)

Dem Ari

Written by Observatoire situationniste

2 février 2009 à 21:22

11 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je pense qu’en politique il y a beaucoup de manipulation, nous voyons à la télé des choses qui ne sont là que pour manipuler la société.
    Tout le monde souffre, le monde entier souffre!!!!!
    Faut savoir prendre du recul par rapport à tout ce qui arrive!!!
    Je dis que la lumière soit et un jour je sais qu’elle sera, trop d’obscurité règne sur cette planète terre pour aveugler la vérité.
    Assez de complots, le combat ne fait que commencer car trop de manipulation politique, c’est tout le monde qui souffre que l’on soit blancs, noirs.

    Ben assez avec tout ça, assez!!! D’ailleurs ce qui me fait rire c’est qu’on parle de crise économique,alors que l’argent c’est du papier, ça se crée!!!
    La crise n’est qu’une invention,voila ce que je pense, l’objectif des politiques est de se diviser pour mieux régner!!
    Créer des conflits sociaux.
    J’analyse beaucoup,vous savez au départ ils disaient impossible de donner 200 euros en plus à tout le monde,puis maintenant la situation est débloquée,acceptation!!!!!
    Faut pas prendre les gens pour des imbéciles,je pense que toutes les nations voudrons aussi la justice.
    Plus de liberté, mais attention sagesse, non-violence(hommage à Gandhi,acteur de la non violence)…

    Aurélie

    3 février 2009 at 01:58

  2. Merci Aurélie de ce ressenti précieux en direct de Guadeloupe.
    Je crois aussi, à observer de plusieurs côtés les évolutions convergentes, encore discrètes, que « le combat ne fait que commencer » : combat sans couleurs, sans drapeaux non plus, combat pour renverser oui, l’idole Economie, qui fait croire que l’ordre inique du monde est légitime, inchangeable, combat de sagesse oui, dans la liberté des frères égaux !
    Multiplions les « foyers » d’amour et de vérité !

    laurentchaumette

    3 février 2009 at 02:09

  3. […] de Laurent Chaumette à lire sur : Anarchie evangélique Articles similaires sur la Guadeloupe […] : cliquer ci-contre>

    Ce lien référencé vers « l’appel à la fraternité » nous est parvenu tel quel, nous en remercions vivement l’auteur et le site http://www.gwadeloupe.com.

    Liyannaj kont pwofitasyon !
    (contre l’exploitation outrancière, la profitation)

  4. Je ne sais pas quelles étaient les intentions de M. Sarkozy en proposant à Lilian Thuram un poste de ministre (de la diversité), mais la réponse du footballeur a été conforme à tous ses engagements humains : le refus clair et net. Bravo.
    Voilà un bel et rare exemple de droiture.

    Quant à l’état de la société, là encore Lilian va droit au but ;

    «La précarité gagne du terrain dans nos sociétés depuis quelques années. Notre pays n’arrive plus à satisfaire ce qui est de l’ordre du dû : des gens meurent de froid en France ; d’autres vivent dans leur voiture alors qu’ils ont un emploi ; et jamais les Restos du cœur n’ont servi autant de repas… Allons-nous vers une société qui est encore capable de penser aux plus faibles ?» Il se demande même si le mouvement guadeloupéen n’est pas «avant-coureur de ce qui pourrait se passer sur le continent».
    http://www.lefigaro.fr/politique/2009/02/03/01002-20090203ARTFIG00432-lilian-thuram-a-refuse-un-poste-de-ministre-.php

    laurentchaumette

    3 février 2009 at 16:23

  5. Je viens de prendre lecture de ce texte engagé et engageant. Je suis en parfaite adéquation avec les idées qui y sont mentionnées. En effet il faut une autre vision, une autre approche des choses si nous voulons sauver le monde et par la même occasion nous sauver nous même. Le systême actuel a montré à plusieurs reprises et encore plus aujord’hui son incapacité à gerer la société, à la rendre libertaire, fraternelle et égalitaire, alors changeons les choses changeons de cap hissons la grand voile et sortons le drapeau blanc. Soyons maitres de notre destin.
    Peace & Love

    claudiolino

    5 février 2009 at 17:57

  6. Le pouvoir appartient au peuple, rendons le lui

    Si les Francais se revoltent, ils auront raison. Ces propos de Sarkosy denotent une impuissance dramatique a faire face a une situation de crise jamais vue. Le capitalisme a fait faillite. Il a non seulement enrichi quelques uns, appauvri la majorité d’entre nous mais a pollue la terre rendant notre futur aussi ferme que des sables mouvants. Il n’est pas un scientifique serieux qui, a la fin d’un diner arrosé, ne nous affirme que le point de non-retour est atteint.
    Le president a semblé desemparé et, a dire vrai, il fait pitie a vouloir toujours et encore faire des annonces. Mais Anne, ma soeur Anne, nous ne voyions rien venir a part des licenciemnts en masse, des patrons toujours aussi arrogants refusant de ceder leur prime. Jusqu’à quand nous serons nous assez stupides pour avaler des couleuvres, quand nous reveillerons nous, quand comprendrons nous que l’on se fait exploiter. Si ca n’est pas spectaculaire aujourd’hui, ca ne le sera jamais.
    Il faut sans doute que les classes moyennes soient durablement touchees pour qu’enfin la France se mette en ordre de marche. C’esu un peu comme les accidents de voiture, on dit que ca n’arrive pas qu’aux autres ! Et bien si ca arrive aux autres, ca arrive même a tout le monde. savez vous ce que faisaient nos senateurs il y a quelques jours, mr larcher en l’occurence, il chassait le cerf en Sologne accompagné d’autres senateurs La crise n’existe pas pour eux maispour le bas peuple, les sans culottes que nous sommes, la crise va nous devorer. ca n’est pas quand nous n’aurons lus rien qu’il faudra agir. Ca n’est pas quand nous serons a la rue sans travail qu’il faudra reflechir aux moyens de retablir une justice qui n’a jamais existe. A ce moment la il sera trop tard et ca n’est pas qund nous n’avons plus rien a perdre qu’il faut bouger. C’est avant our eviter la catastrophe.
    « Faut voir comme on nous parle », il est temps pour nous de parler et d’agir.
    Le pouvoir appartient au peuple, rendons le lui !

    fedydurke

    6 février 2009 at 00:57

  7. Je n’attendais « Rien »° du discours de M.Sarkozy (d’ailleurs je n’ai pas la télé), et je n’ai pas été déçu, à lire les premiers comptes-rendus et témoignages ici et là…

    Pas un mot sur la Guadeloupe après 20 jours d’insurrection pour la dignité !!!

    °(« Rien » : journal de Louis 16, 14 juillet 1789)

    Le pouvoir a au moins une constante : sa surdité !

    laurent chaumette

    6 février 2009 at 06:35

  8. J’apprends ceci :

    « 17 Airbus ont débarqué depuis début janvier, avec près de 4000 militaires/gendarmes/CRS, armés jusqu’aux dents. Des chars d’assauts, des minutions, des cercueils en plastique, des vivres ont également été acheminés en même temps que ces forces de répression. Ce tel dispositif de guerre coûte 3 millions d’euros par jour au contribuable français.

    Les guadeloupéens auraient préféré que cet argent serve à résoudre quelques uns des 146 points de la plateforme de revendications. »

    Sans commentaire.

    laurent chaumette

    9 février 2009 at 09:54

  9. Je suis d’origine française blanche, de ce pays qu’on nomme celui des droits de l’homme !! J’ai honte, honte des traces du colonialisme, honte des vestiges de l’esclavage et plus largement honte d’avoir un gouvernement de pervers, menteurs ou lâches. C’est à vomir. Je suis fière de vous les amis de Guadeloupe. J’espère que nous recevrons des leçons de votre dignité, ici dans la vieille « douce france ». Bien à vous, fraternellement. Sylvie

    Giron

    18 février 2009 at 19:10

  10. Je partage votre sentiment de honte, et je crois que ce serait encore vrai avec un autre gouvernement, parce que le gouvernement nous a été confisqué, pour servir des intérêts de domination et de prédation.
    Ceci dit, nos gouvernants nous ressemblent aussi : alors je ne vois pas d’autre remède au mensonge, à la perversion des mots, à la lâcheté, que de les vaincre dans nos propres vies, sans relâche.
    Fraternellement, Laurent

    laurent chaumette

    18 février 2009 at 20:12

  11. […]   “Prenons soin les uns des autres. Nous ne sommes en fait jamais seuls. Frêres et soeurs de la Guadeloupe c’est à nous de jouer maintenant en rappelant à tous que mes frères et mes sœurs sont de toutes races et de toutes couleurs. La fraternité c’est de prendre soin des autres comme on prend soin de soi-même. Donnons-nous la main, partageons ce que nous avons avec ceux qui n’ont plus rien.” https://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/02/02/yon’n-a-lot-se-ansan-‘m-nou-ke-rive/ […]


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :