anarchie pour l'évangile !

« Peut-être pourrons-nous Te mettre au jour »…

with 14 comments

une jeune femme pétillante, frondeuse et féminine, qui aimait vivre

 

Je ne suis pas porté  à prier,
dans le sens conventionnel d’imploration, demande ou même supplication, arrêté par le fait de savoir que Dieu ne nous a pas placés dans ce genre de relation passive, et que Lui-même s’abstient d’intervenir dans le monde qu’Il nous a confié.

Ce genre de prières, très compréhensibles, attend quelque chose de la Miséricorde de Dieu, mais la Miséricorde de Dieu ne peut constituer un plan de changement radical du monde…

Or seule l’activation de ce Plan – « connu » depuis 2000 ans – peut faire reculer, puis s’effacer, avec le Concours de Dieu, le malheur du monde.

 

En ce sens, voici cependant une « prière » que j’aime beaucoup :

Elle provient du Journal d’Etty Hillesum, daté du 12 juillet 1942 :

une prière qu’elle écrivit quand elle comprit, en écoutant la radio, la réalité de l’extermination du peuple Juif, extermination qu’elle connu elle-même à Auschwitz, où elle mourra le 30 novembre 1943 :

 

 

« Ce sont des temps d’effroi, mon Dieu. (…) Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider, et ce faisant, nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu. Peut-être pourrons-nous aussi contribuer à te mettre au jour dans les cœurs martyrisés des autres. Oui, mon Dieu, tu sembles assez peu capable de modifier une situation finalement indissociable de cette vie. Je ne t’en demande pas compte, c’est à toi au contraire de nous appeler à rendre des comptes, un jour. (…) Il y a des gens qui cherchent à protéger leur propre corps, qui pourtant n’est plus que le réceptacle de mille angoisses et de mille haines. Ils disent : “Moi, je ne tomberai pas sous leurs griffes !” Ils oublient qu’on n’est jamais sous les griffes de personne tant qu’on est dans tes bras. (…) Tu connaîtras sans doute aussi des moments de disette en moi, mon Dieu, où ma confiance ne te nourrira plus aussi richement, mais crois-moi, je continuerai à œuvrer pour toi, je te resterai fidèle et ne te chasserai pas de mon enclos. (…) Derrière la maison, la pluie et la tempête des derniers jours ont ravagé le jasmin. (…) Mais quelque part en moi ce jasmin continue de fleurir, aussi exubérant, aussi tendre que par le passé. Et il répand ses effluves autour de ta demeure, mon Dieu. Tu vois comme je prends soin de toi. Je ne t’offre pas seulement mes larmes et mes tristes pressentiments, en ce dimanche matin venteux et grisâtre je t’apporte même un jasmin odorant. »


 

 » J’ai eu un instant, ce matin, une impression de tristesse si pesante que j’ai cru ne jamais pouvoir redevenir joyeuse. Mais brusquement, il jaillit de sources cachées une vigueur qui m’apprend que je suis encore loin d’être au bout de mes forces. Ah, si seulement on pouvait laisser son cœur s’envoler comme un oiseau libre à travers tous les événements. – Ce qui me fait le plus peur, c’est l’endurcissement et ce sont les gens avec qui je vais me retrouver. Il faudra bien qu’il reste quelqu’un pour témoigner plus tard que Dieu a aussi vécu à notre époque. Et pourquoi ne serais-je pas ce témoin ? « 

 

 

 

Written by Observatoire situationniste

5 mars 2009 à 08:22

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Superbe ! Merci.

  2. Etty est mon LIVRE de chevet (symbolique) c’est celui qui m’a accompagné lors d’une retraite d’un mois et demi dans l’Himalaya
    C’est une juive qui était plus chrétienne finalement dans sa façon de parler et plus zen dans sa façon d’être et de prier

    c’est un trésor de l’humanité !

    par contre l’affiche en haut c’est quoi ?
    un film ?
    merci
    chaleureusement

    Lung Ta

    5 mars 2009 at 10:17

  3. Pour l’affiche :
    Julika Marijn interprète des extraits des journaux intimes d’Elly. Pays-bas, Printemps 2008.

    (Etty était une jeune femme pétillante, frondeuse et féminine, qui aimait la vie)

    Quelques passages :
    Extraits de : « Une vie bouleversée »

    Seul le savoir qui mène à la sagesse vous apporte le bonheur et non celui qui mène au pouvoir.

    Lorsque on a de l’aversion pour son prochain, on doit en chercher la racine dans le dégoût de soi-même.

    Il faut d’abord apprendre à se pardonner ses défauts, si on veut pardonner aux autres. C’est peut-être l’un des apprentissages les plus difficiles pour un être humain.

    Les hommes se servent de l’autre pour se laisser persuader d’une chose à laquelle au fond de leur cœur ils ne croient pas. On cherche dans l’autre un instrument pour couvrir le son de sa voix intérieure. Si chacun de nous écoutait un peu plus sa voix intérieure, s’il essayait de faire retentir une voix en soi-même, alors il y aurait beaucoup moins de chaos dans le monde.

    Ce qu’on a obtenu librement de soi-même est plus solidement fondé et plus durable que ce qui s’est développé sous la contrainte.


    Bien fraternellement, Laurent

    laurent chaumette

    5 mars 2009 at 10:36

  4. Il peut paraitre assez probable que le plus grand miracle soit le changement de l’homme en  » homme bon ».
    On a assez tendance à imputer a dieu tous les malheurs du monde et il me semble que c’est injuste. Dieu ne peut vouloir, me semble-t-il car au fond je n’en sais rien, les camps de concentration.
    Mais que savons nous du plan de Dieu, de sa volonté, du sens qu’a l’histoire humaine, de la signification de ce monde ? A peu pres rien. Nous pensons, nous supputons, il nous semble que…
    Il n’empeche que Dieu n’est pas ici avec nous de maniere evidente, materielle. Il l’est de façon subtile pour chacun de ceux qui croient en lui mais pas de facon certaine. Et ca ne manque pas de m’etonner. Je me pose toujours des questions sur le but qu’il s’est fixé, et il y en a t-il un d’abord. Pourquoi rester en retrait de sa creature ? Pourquoi etre temoin du gosse qui meurt a dix ans d’une leucemie ? Il y a certainement un sens a tout cela mais vaut -il la souffrance de ce même enfant pourrri par le cancer ?
    Les temps d’effroi ! Mais les temps d’effroi sont les seuls que nous connaissons a tel point qu’on peut se demander si nous sommes vraiment vivants et si les morts ne sont pas plus saisis par la vie que nous. Sommes nous vraiment vivants ?
    Peut etre que nous sommes tous morts, de souffrance, et que dieu tente de nous faire comprendre que la vie n’est pas la mort, la mort que nous vivons tous les jours.
    J’avoue, pourquoi avouer, etre aidé beaucoup par une certitude: La mort n’existe pas.
    Il n’empeche que le plan de Dieu m’echappe. Qu’est ce qu’un etre parfait a besoin de savoir, connaitre, experimenter puiqu’il est parfait. Même si nous connaissons la felicité pour l’eternité, aura-telle justifié la souffrance d’un homme, un seul. Non.
    J’ai beau y reflechir et tourner ca dans tous les sens, rien ne justifie une seconde de souffrance. N’eut-il pas eté plus simple de creer des etres parfaits? J’avoue mon ignorance de dieu et de ses intentions. Sans aucun doute, je n’ai pas les moyens de les comprendre, de les penser. Mais peut etre ne s’agit-il pas de penser, peut etre que la conscience suffit a elle meme.
    Nous devons croitre dans l’ignorance, l’incertitude. On ne peut pas dire que nous sommes des enfants gatés.

    fedydurke

    5 mars 2009 at 10:57

  5. Ton texte est très beau par sa sincérité et l’expression de ton incompréhension de Dieu.

    Tu apportes toi-même des débuts de réponse d’ailleurs, je dis ça sans prétendre en avoir davantage…

    Je ne reproche rien à Dieu, parce que bon an mal an j’ai acquis je crois « la foi d’Abraham », qui sait sans comprendre que Dieu est Dieu, et qui Lui fait donc confiance.

    Cela n’empêche pas que je pleure aussi parfois à Ses Côtés, tout en sachant sans comprendre que ma souffrance n’est au mieux qu’Une de Ses Larmes.

    laurent chaumette

    5 mars 2009 at 11:09

  6. Merci pour ce rappel d’un texte clé.
    bien fraternellement,
    Anne

    Anne

    5 mars 2009 at 11:47

  7. Je me souviens d’une chanson du chanteur anglais Elvis Costello qui m’avait intrigué, interpellé quelque part comme on dit. Cette chanson drole s’appelait  » every day, I write a book ».
    J’ai parfois l’impression qu’en me levant tous les matins je cree un dieu.

    Squat : « je crée un dieu »
    ou encore
    « Je recrée Dieu »
    « Dieu se Recrée en moi ».
    laurent

    fedydurke

    5 mars 2009 at 11:51

  8. Merci Laurent de m’avoir fait rencontrer cette personne dont j’ignorais l’existence.
    Je vais me rapprocher d’elle pour en savoir plus encore 🙂

    Marie

    5 mars 2009 at 12:02

  9. Le plus grand miracle sera-t-il la transformation de l’homme en « un être bon » ?

    Avec toutes les réserves de ne pas lire au premier degré les « images » des Ecritures,
    j’en tire une écriture d’une histoire simplifiée :

    – Dieu créa l’homme, et il vit que cela était beau.

    – Dans l’Eden, l’homme brava Dieu en voulant conquérir puissance et pouvoir hors de Dieu.
    L’homme s’éloigna de la bonté.
    Dieu laissa le libre arbitre à l’homme.

    – L’évolution des hommes se fit vers le dévelloppement de tous les plus bas instincts nécéssaires à l’accomplissement des besoins de pouvoirs, puissances.
    Il serait trop long d’énumérer tout ces bas instincts :
    jalousie, envie, mensonge, trahison, manipulation, haine, etc…

    – Un jour, Dieu prit pitié de son peuple à qui il avait donné toutes les possibilités de vivre dans la bonté et le bonheur,
    et qui avait choisi la mauvaise voie, se vautrant dans le péché et la douleur.

    – Dieu envoya son Fils,
    porteur de l’Exemple et de la Parole
    devant permettre à l’homme de retrouver le jardin d’Eden
    en suivant le chemin tracé clairement pour redevenir un « Homme Bon ».

    – Jésus ne fit pas de miracle pour transformer tous ces pécheurs avec une baguette magique,
    encore une fois, il lui laissa son libre arbitre, mais cette fois avec un mode d’emploi pour se transformer : les Evangiles.

    – Ces Ecritures sont des textes non pas pour changer les masses,
    mais pour ouvrir individuellement le coeur de chaque homme pour se bonifier
    et pour changer le monde par son exemple, qui est la répétition de l’Exemple du Christ.

    – Le plus grand miracle est accessible par la multiplication à l’infini de chaque parcelle de l’homme, faisant un pas dans la trace de Jésus.

    Ce n’est que mon interprétation personnelle,
    et qui me permet d’avoir un but sur les chemins de la vie…

    MAZARIN

    5 mars 2009 at 12:06

  10. Et bien je crois que je peux m’associer à chaque phrase de ta proclamation de foi, l’essentiel, que tu soulignes, étant d’en vivre.

    Petite touche personnelle, « changer le monde par son exemple, qui est la répétition de l’Exemple du Christ. »
    je dirais plutôt « le renouvellement de l’Exemple du Christ », mais je suis d’accord dans l’esprit, aussi faibles et défaillants soyons-nous.
    Le Printemps finira par Venir. Ce ne sera pas le pas de l’un de nous, mais Nous, les Hommes qui marchent.
    Paix et courage à tous les hommes de bonne volonté !

    laurent chaumette

    5 mars 2009 at 12:18

  11. Je ne sais pas prier !!!
    Je me mets en disposition physique pour le faire,
    A voix haute ou dans le silence de mon coeur,
    Lorsque je commence à Lui parler,

    J’ai l’impression que c’est une manifestation d’orgueil de Lui adresser ma voix,

    Lui demander de l’aide, trop égocentrique,
    par rapport à bien d’autres problèmes plus important que les miens,

    Lui demander son Pardon, une impression de vouloir me « débarasser » de ma faute….

    Alors de temps à autres de façon spontannée, comme un flash, comme des « mercis, mon Dieu », pour ce que tu as créé.

    Par contre, hors de la prière,
    ressentir une joie intérieure lorsque j’essaye de faire, ce que Jésus nous a conseillé.

    Quelques principes de vie, instaurés à partir des évangiles, me donnent la sensation de satiété, par rapport aux questions de la Vie.

    Le mode d’emploi est un véritable Don, qui m’apporte la sérénité et la relativité.

    Un exemple, une discorde avec une autre créature de Dieu,
    ce n’est pas grave,
    juste le reflet de notre mode de fonctionnement humain d’avant sa Parole.

    Je sais que les écritures s’accomplissent lorsque les hommes s’aiment dans l’amour de Dieu.

    Ces pensées s’apparentent peut-être à ce que l’on appelle « prier » ?

    MAZARIN

    5 mars 2009 at 12:37

  12. […] 5 mar 09 at 11:51 Edit […]

  13. Merci de publier ce texte, et d’alimenter ce site passionnant d’ailleurs. Je ne sais pas prier moi non plus. J’aime cette idée, qu’on retrouve chez Jung, du service de l’humain au Divin, un service de conscience dans le sens précis de ce qu’en dit Etty : offrir à Dieu une matrice pour s’incarner et naître, comme dans le mythe chrétien, dans l’étable entre le boeuf et l’âne. Maître Eckart, qui priait Dieu de le débarrasser de Dieu, c’est-à-dire de l’idée de Dieu qui l’encombrait, amenait déjà cette image du Divin ayant besoin de la conscience humaine pour naitre au monde, dans le monde…

    Merci en particulier pour cette magnifique prière, si contemporaine. Elle rappelle la pureté des Dialogues avec l’Ange, dont plusieurs des protagonistes ont disparu dans les camps, mais aussi ces vieux zaddicks qu’évoque Christiane Singer (ou coures-tu, ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?), les grands maitres du hassidisme, qui entraient dans la chambre à gaz en louant et en chantant. Des fous illuminés ? Non, pas fous, ils prouvaient simplement la possibilité de traverser l’enfer le coeur ouvert.

    MysticAt

    7 mai 2009 at 01:35

  14. Merci pour ce très beau commentaire !
    Fraternellement.

    franc parleur

    7 mai 2009 at 05:34


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :