anarchie pour l'évangile !

Commentaires non retenus

with one comment

« Commentaires non retenus »

regroupe(ra) des commentaires que pour une raison ou une autre, ou plusieurs, forcément discutables, je n’ai finalement pas souhaité publier…


Comme il ne s’agit pas de censure, et qu’Aé est une maison sans murs, ces posts seront désormais hébergés dans cette rubrique,

dont le titre indique assez qu’ils n’engagent que leurs auteurs.

 

Chacun(e) peut commenter à la suite, en précisant si possible à quoi il/elle répond. 

 

« Anarchie évangélique » héberge, mais ni n’approuve, ni ne désapprouve, ni ne commentera.

 

Je me réserve quand même toujours la possibilité de ne pas publier – évidemment – tout message que j’estimerais nuisible.

 

(Je ne publie pas tous les commentaires non-publiés jusqu’ici, mais seulement à partir de ce jour, vendredi 6 mars 2009)

Les textes sont publiés tels quels, par simple copié-collé.

 

 

 

… 

Mazarin.

Pour répondre en partieà un témoignage sur les malheurs du monde, mais surtout sur la souffrance qui n’est pas un sujet théorique, mais un terrible vécu presque quotidien: A aucun moment, je n’ai ressenti un lien entre cette douleut physique et une intervention ou non-intervention de Dieu. Je reviens à mon précédent commentaire qui apporte la réponse à cette question: « Dieu nous a laissé notre libre arbitre, la liberté de choisir le mal et de faire du mal ! » En reprenant mon témoignage, je souffre l’enfer! (drôle d’expression, du coup ce n’est plus Dieu qui est responsable-sourire-!) J’ai un traumatisme de la moëlle épinière, suite à une chute en obus sur mon crâne casqué, après avoir été éjecté de ma moto, suite à un accident, où un « chauffard » automobiliste, a brusquement changé de direction ! Dans toutes les séquences de ce drame, où pourrait être la Main de Dieu ? En pénétrant l’esprit du chauffard pour lui insufler l’idée de regarder dans son rétroviseur ? En modifiant sa pulsion de changer brutalement d’itinéraire. En freinant sur place ma moto ou en la télétransportant 3 mètres plus loin…. Non, l’homme et que l’homme est la source du mal. L’homme ne sachant pas user à bon escient de ce Don généreux de Dieu, qu’est la Liberté. Vivre libre avec les dangers des déviances ? ou Vivre enchainé, sous contraintes d’une surveillance intrusive permanente ? Je préfère la première solution. Un exemple trés terre-à-terre : – où sans parjure, on joue le rôle de dieu, en étant maitre des situations. – avoir un chat à la campagne : – l’enfermer dans la maison, de crainte qu’il se transforme en « carpette » sur la route. En le privant de la liberté de déplacement, de découverte du monde, de la joie de s’ébattre, voire de copuler…. -ou laisser les portes ouvertes, libre de vivre et donc de mourir brutalement. Cet exemple n’est pas fictif, mais prise de décision entrainant un désaccord avec plusieurs prôches ayant choisis l’enfermement pour le bien du chat? en compensant l’emprisonnement par des avantages réservés aux humains, et éloignant le chat de son état de chat. Restons homme libre en remerciant Dieu de ce don. Changeons le monde pour faire bon usage de la liberté…

 

 

Mazarin

laurent chaumette /4 mar 09 at 16:39 Réponse d’un membre qui espère être publié. Mon commentaire n’est pas dans un esprit de polémique  » En fait, en m’apprêtant à “répondre”, et plus encore s’il s’agit de “réagir”, le plus souvent je laisse d’abord s’interposer un vide, – le temps d’y “vérifier” mon état spirituel, émotionnel et psychologique ! » – Il s’agit effectivement de la bonne méthode, mais même lorsque l’on énonce cette vérité, son auteur qui n’est qu’un humain avec ses faiblesses peut tomber dans le piège de la réactivité spontannée. Raison pour laquelle », redoubler de vigilance sur nous-mêmes est indispensable. Et, parfois, lorsque l’on a l’impression d’ètre « réduit », on devient soi-même, « réducteur » contre l’autre….

 

Mazarin

Le meurtrier peut-il être heureux ? C’est un sujet qui mérite d’ètre développé à plusieurs niveaux en recadrant la question dans les thèmes fondateurs de ce clan. L’analyse au premier degré de l’exemple incite à répondre « non ». Il peut ressentir un contentement en cas de préméditation de l’acte réussi. Il peut ressentir un soulagement dans le cadre d’une longue attente de voir disparaître un être nuisible à ses yeux. Mais, ètre heureux va au-delà d’un sentiment d’accord entre le réel et le désir assouvi. Etre heureux est un état ressenti de bonheur intérieur, de quiétude de l’âme, de sérénité par rapport à ses crîtères de valeurs, un sentiment d’accomplissement personnel où ne réside pas de versant négatif (telle que,dans l’exemple, remords de l’acte, peur d’un chatiment ou d’étre incarcéré, etc…). Etre heureux, c’est également se retrouver avec soi-même avec acceptation et amour, vision d’un objectif de vie à atteindre, pérénisant le bonheur. Le bonheur est très souvent associé à l’amour.  » Pour une insurrection de l’Amour » Que cet Amour comporte – L’amour de Dieu qui serait en nous, ou d’un Dieu d’Amour sublimé extérieur, – Ou l’absence de conception divine, permettant de n’ètre pas sectaire, La volonté ou le désir de vivre dans un monde meilleur, nécéssite un changement d’une valeur spirituelle actuellement extériorisée dans des contextes limités discriminatifs : Amour conjugal, amour parental, filial, familial,… Derrière la virgule, les trois petits points se limitent à très peu de chose. On en parle, mais la réalisation est loin d’être totale, l’Amour de Soi. On emploie également ce terme dans l’Amour de la nature, sentiment qui peut ètre très developpé chez certains, englobant le reveil des sens et le respect. L’insurrection de l’Amour ou révolution spirituelle, ouvre le champ à des individus à aimer qui devient plus délicat à réaliser et parfois même à concevoir (en dehors des principes évangéliques) Il s’agit d’aimer son prochain ! Pas seulement ceux avec qui on a une affinité, ou des relations professionnelles ou connaissances. Situation où l’on conçoit une projection d’amour à instituer, à améliorer…. Mais également, contrairement aux « prochains », les individus éloignés, géographiquement, socialement, de races et d’ethnies différentes. La conception de cette amour plus universel reste très virtuelle. Le sentiment actif spontanné, ressemblerait à de l’empathie, voire de l’apitoiement dont on se débarasserait par des dons à des organismes pour se donner bonne conscience, actions bien éloignées de l’amour fraternel… Je garde le meilleur pour la fin… Aimer ceux qui ne vous aiment pas, qui vous détestent, qui vous nuisent, que l’on pourraient appeler ennemis. L’amour fraternel ne doit pss avoir d’ennemis. L’insurrection de l’amour n’aboutira pas à ses objectifs de la disparition du mal, des guerres,… Tant que persistera la notion d’ennemi, celui que l’on ne peut aimer, mais que l’on doit aimer. L’Insurrection sera victorieuse à ce prix. AIMONS NOUS ! (AMOUR : QUI ?)

Written by Observatoire situationniste

6 mars 2009 à 16:11

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , ,

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […]  https://anarchieevangelique.wordpress.com/2009/03/06/686/ […]


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :