anarchie pour l'évangile !

« Dieu » + quelques autres Noms

with 13 comments

Nous avons parfois besoin de nommer « Dieu » mais Dieu est plus que jamais innommable ; je veux dire :  incompréhensible en mots. Nommer « Dieu » n’est pas non plus sans conséquences: c’est une clé qui ouvre ou qui ferme la porte d’entrée de ce Lieu silencieux de nos coeurs, où le souffle subtil et changeant renouvelle l’Evidence que les mots ont figée.

Le Clément

Le Miséricordieux

Le Roi

Le Saint

La Paix

Celui qui témoigne de sa propre véridicité

Le Vigilant

Le Tout-Puissant

Le Très Fort

Le Superbe

Le Créateur

Celui qui donne un commencement à toute chose

Celui qui façonne

Le Pardonneur

Le Dominateur

Le Dispensateur

Le Victorieux

Le Connaissant

Celui qui ferme les coeurs

Celui qui ouvre les coeurs

Celui qui abaisse

Celui qui élève

Celui qui donne la dignité

Celui qui l’enlève

L’Attentif

Le Voyant

Le Juge

Le Juste

Le Subtil

L’Informé

Celui qui est plein de mansuétude

L’Inaccessible

Ceui qui pardonne

Le Reconnaissant

Le Très Haut

Le Grand

Le Gardien

Le Nourricier

Celui qui tient compte de tout

Le Majestueux

Le Généreux

Le Veilleur

Celui qui exauce

Celui qui embrasse toutes choses

Le Sage

Le Très-Aimant

Le Glorieux

Le Revivificateur

Le Témoin

La Vérité

L’Intendant

Le Fort

L’Inébranlable

L’Ami

Le digne de louanges

L’Omniscient

Le Prévenant

Celui qui ressuscitera ses créatures

Le Créateur de la Vie

Le Créateur de la mort

Le Vivant

Le Subsistant

L’Opulent

Le Glorifié

L’Unique

L’Impénétrable

Le Puissant

Le Tout-Puissant

Celui qui approche

Celui qui éloigne

Le Premier

Le Dernier

Le Manifesté

Le Caché

Le Régnant

Le Sublime

Celui qui opère dans les coeurs la piété

Celui qui revient sans cesse vers le pécheur repentant

Le Justicier

L’Indulgent

Le Compatissant

Le Maître du Royaume

Le Seigneur de majesté et de générosité

L’Equitable

Celui qui rassemble

Le Suffisant à lui-même

Celui qui enrichit

Le Défenseur

Celui qui afflige

Celui qui favorise

La Lumière

Le Guide

Celui qui est au commencement de tout

L’Eternel

L’Héritier de toutes choses

Celui qui mène sur le bon chemin

Le Patient

Invocations musulmanes.

[ Il est fréquent en islam d’attribuer « Les Plus Beaux Noms »  à Allah, mot qui aurait pour racine : al-ilah, « le dieu »  ]





Written by Observatoire situationniste

11 avril 2009 à 16:55

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Au nom de tous les non-noms, de tous les noms, présents passés et à venir….
    Aucun nom et tous les noms, aucun attribut et tous les attributs…et plus et moins encore et certainement très différent de tout cela…

    Nommer l’innommable…

    L’innommable rejoint, dans la crainte et l’effroi, l’abominable.
    On parle volontiers de terreur sans nom, d’entités, d’horreurs, d’actes innommables.
    L’innommable semble désigner plus fréquemment, l’ indescriptible, le chaos, le monstrueux et le terrifiant plutôt que le bienveillant.
    Ca n’a pas d’nom dit-on pour désigner un acte particulièrement atroce.

    Nommer dieu nous rassure et nous trompe sur sa nature.
    Ce que l’on peut nommer, devient par le simple fait de pouvoir le nommer, plus chaud, plus lumineux,plus caressant, plus proche d’apparence, vaguement préhensible.
    Nous nous illusionnons sans doute, en nommant ce qui ne peut pas l’être.

    Nommer ou ne pas nommer, représenter ou ne pas représenter, telle n’est pas la question….

    Lorsque l’on évoque l’éternel, la non représentation ou la représentation sont également fausses.
    Elle n’apparaissent justes qu’à nos yeux.
    Nous établissons des distinctions insuffisantes mais nécessaires.
    Pour l’éternel, se taire ou discourir équivaillent.

    Nommer c’est présenter.
    Que ce soit par le son ou l’image.
    La parole comme l’ouïe ainsi que la vue dans ce domaine nous desservent.

    Dès que nous le suggérons par un son, une image, une absence de son ou une absence d’image, ce qui n’est traduisible ni par l’un ni par l’autre, se réduit à notre dimension.
    L’infini se ramène à du fini indéfiniment prolongé, L’éternité à de la durée indéfiniment prolongée aussi.

    La connaissance du divin dépend plus de la capacité d’intégration et de désintégration de notre esprit, que de la réalité du divin.
    Si l’éternel ne se manifeste pas plus fréquemment parmi nous c’est sans doute parce que nos esprit sont incapables de le recevoir.

    Nous anéantissons, dans la tentative que nous faisons de la recueillir, la lumière.
    C’est hélas le seul moyen pour nous d’en saisir un bref éclat.

    Afin de pouvoir discourir du divin et de sa nature, il nous est indispensable de plaquer sur l’innommable un substantif.
    Ce substantif ne signifie en fait rien, et surtout pas ce que l’on aimerait qu’il signifie.

    Dieu, pour ne pas le nommer, n’est jamais dieu.

    N’importe quel son, quel signe peuvent faire l’affaire.

    Nous utilisons, pour désigner ce que notre ignorance tente d’approcher, des sons différents que ceux déjà occupés à représenter les différents aspects intelligibles de la création que nous déchiffrons.
    Nous avons à disposition toute une palette de termes qui tendent à recouvrir de sens et de réalité une réalité-irréalité que nos esprits ne peuvent qu’imparfaitement aborder.

    Ces mots voilent et dévoilent autant d’ignorance et d’incompréhension qu’ils semblent posséder de sens et d’attributs et ce de manière infinie.

    Infini, un terme que nous utilisons couramment et pourtant, pas plus que dieu, nous ne pouvons véritablement nous représenter exactement ce qui ne finit pas,l’exactitude ne s’appliquant qu’à la notion de fini.
    L’infini, dieu l’éternité et mon cousin dominque.

    Nous avons à disposition le fameux tétragramme,YHWH.
    La bible hébraïque dit que ce fut le son entendu par moise au sommet du sinai mais est-ce le nom de dieu?

    C’est le son que ,celui qui est impossible à nommer, à donné à entendre à moise.
    Si l’éternel s’était adressé à un égyptien, à un chinois ,à un africain, à un hindou, à un singe,à un éléphant ou à un européen nous aurions d’autres sons, et d’autres signes.
    Lorsque l’éternel s’adresse à quelqu’un, il utilise la langue de celui à qui il s’adresse.
    Inutile de parler hébreux à un chinois qui ne comprends que le copte ancien.

    Dans le récit de la genèse, adam nomme les êtres vivants.
    Il les nomme après avoir été lui-même été crée et nommé mais il ne nomme pas le créateur.
    Il entre en résonance avec l’univers et cette relation produit un son, une musique qui est fonction et de la nature de la créature avec laquelle il interagit, arbre, chat, ruisseau, étoile, et de sa nature propre, particulière.

    Une seule réalité, différents hommes, différentes musiques

    Dans le décalogue il est expressément conseillé de ne pas utiliser le nom de dieu en vain.
    Il n’est pas plus recommandé d’essayer de représenter l’éternel.

    Tant d’éloignement pour tant de proximité, tant d’incompréhension pour tant de simplicité, tant de complexité, de variance pour l’unité.

    Lorsque j’écris dieu, je pense chaussette usée, élimée, transparente, crade, trouée raccommodée et ravaudée mille et mille fois tant ces quatre lettres galvaudées et vidées de sens ne signifie plus rien de précis.
    L’abus de l’usage en a extirpé la substance; c’est le danger de l’usage de l’abus.

    Je n’aime pas le mot dieu.

    Je viens de lire que l’église en 2008 a rebaptisé son créateur.
    Elle a décidé, pour l’instant, de l’appeler seigneur.
    Je trouve ce terme impropre pour ne pas dire sale.
    Seigneur, barons, marquis, prince des ténèbres ou saigneur de ce monde?
    Je n’aime pas ce substantif hiérarchisant.
    Elever! encore une manière d’éloigner!
    Je ne l’aime surtout pas lorsqu’il est appliqué au christ.
    Le christ n’a rien d’un seigneur mais tout d’un ami, d’un frère, d’un proche.
    L’amour du christ procède de l’horizontal et non du vertical
    Nous nous élevons tous identiquement en lui.
    Tout le monde monte ensemble, du pire au meilleur, millimètres par millimètres, insensiblement, jours après jours, siècles après siècles.
    C’est sans doute pour cette raison que nous avons le sentiment d’une relative stagnation spirituelle.

    Jamais nous ne pourrions monter jusqu’à lui.
    Il est donc descendu jusqu’à nous, parmi nous comme l’un de nous.
    Ce n’est donc pas un seigneur, en aucun cas je ne le vois revendiquer cette position.
    Sa force à ce seigneur?
    Elle procède de l’amour et de l’abandon.
    Ainsi ce n’est pas une force véritable au sens courant du terme.
    Pour le verbe incarné ce n’est pas force mais bienveillance.
    Le fait de d’accorder, en l’éternel, le pardon et la vie éternelle n’est en aucun cas un pouvoir
    C’est juste une juste récompense accordée par son père pour services rendus.
    Nous appelons cela force car nous traduisons la lumière que nous renvoie le christ avec nos esprits imparfaits.

    Nous considérons que celui qui est maitre de la vie et de la mort, est fort.
    C’est une erreur!
    Son amour pour nous, l’affaiblit jusqu’à nous.
    Jusque dans nos plus profondes erreurs, jusque dans l’insondable détresse, il nous rejoint.
    L’amour c’est juste de l’amour.
    Pour conclure, je dirais que s’il faut nommer l’éternel, en dehors du vocable éternel que j’aime beaucoup, j’aime également terriblement celui de père.
    Père je t’aime.
    Anonymement votre
    laurent

    laurent

    21 avril 2009 at 23:22

  2. Magnifique !

    franc parleur

    22 avril 2009 at 05:33

  3. mmm je trouve que tu es vraiment gentil mais je ne partage pas vraiment cet avis et ce sans fausse modestie.
    Je me suis couché en repensant à ce commentaire et je me suis dit qu’il était ampoulé, gonflé et prétentieux.
    Notamment pour ce qui est du début.
    La fin, plus simple, me plait davantage.
    Gratitudement votre
    laurent

    laurent

    22 avril 2009 at 14:10

  4. Ma louange est d’une entière sincérité.
    Je formule simplement ainsi une impression première d’ensemble.
    Pour ma part, c’est au réveil, très tôt et assez vite que j’ai lu, avant de partir gagner ma nourriture quotidienne (ce qui est aussi littéralement vrai), et c’était un bon réveil
    – ma foi.

    Merci de toute façon de ces contributions qui me laissent moins solitaire à rédiger sur ce site, certes assez fréquenté, mais pour l’heure surtout « consommé ».

    franc parleur

    22 avril 2009 at 15:06

  5. et bien tant mieux, tu as raison, faut pas se prendre la tête.
    Je suis content que cela t’ai procuré un bon réveil.
    laurent lautre

    laurent

    22 avril 2009 at 19:18

  6. Comme tu as pu le constater, j’ai produit une version abrégée et illustrée de ton long commentaire.
    Elle est aussi sur LePost, avec deux « réactions » (pour l’instant) :
    http://www.lepost.fr/article/2009/04/22/1506165_son-amour-pour-nous-l-affaiblit-jusqu-a-nous_0_1759223.html?#reaction_1758085

    franc parleur

    22 avril 2009 at 20:17

  7. […] J’ai foi en Dieu, […]

  8. Pour info (si l’on peut dire) :
    LePost a supprimé mon compte « frèrelibre » ce jour sans raison…
    Les articles ont tous été supprimés en même temps.
    Vive la liberté !

    Mon nouveau compte :
    Âmi du monde

    Laurent l'un

    5 novembre 2009 at 15:50

  9. Laurent, je ne sais comment te joindre. J’aimerais te faire parvenir un certain nombre de documents de manière privée, ce qui veut dire en somme entamer une correspondance e-pistolaire, mais enfin pour cela il faudrait que je connusse ton adresse e-mail.

    Alors bon, c’est quoi ton mail ? Si tu ne veux pas le donner en public, tu n’as qu’à m’envoyer un mail à mon adresse (escaaape(AT)gmail(POINT)com). A bientôt.

    Escape

    7 novembre 2009 at 22:28

  10. Salut
    je t’ai envoyé mon adresse mail personnelle par voie privée.
    A bientôt donc !

    Laurent l'un

    7 novembre 2009 at 22:46

  11. Si Dieu est inconnaissable par la conscience humaine, celle-ci peut néanmoins appréhender le REFLET de Dieu, qui s’exprime dans Ses Attributs.

    D’autre part, les 99 Noms de Dieu en Islam sont tirés du Coran, considéré comme INCREE puisqu’étant la Parole de Dieu; en conséquence Ses Noms, eux-mêmes incréés, possèdent en eux-mêmes une puissance d’invocation du divin; il s’agit bien évidemment de Ses Noms en langue arabe,(langue sacrée puisque langue de la Révélation, au même titre que l’Hébreu est une langue sacrée), et non de l’une de leurs traductions en Français ! Ainsi dans le soufisme,lors des séances d’invocation, ou « dhikr », les derviches rentrent en communion avec Dieu par la répétition scandée de Ses Noms.
    Je communiquerai donc ultérieurement la liste des Noms de Dieu dans leur version originelle en Arabe, afin de rectifier la liste présentée ci-dessus, qui n’a par elle-même aucun sens, d’autant que la langue arabe est une langue polysémique, c’est-à-dire qui présente une grande richesse de sens pour un même mot, chaque mot ayant plusieurs facettes.

    A suivre, salam,

    Zem Zem

    27 novembre 2009 at 16:08

  12. « Je communiquerai donc ultérieurement la liste des Noms de Dieu dans leur version originelle en Arabe, afin de rectifier la liste présentée ci-dessus, qui n’a par elle-même aucun sens, d’autant que la langue arabe est une langue polysémique, c’est-à-dire qui présente une grande richesse de sens pour un même mot, chaque mot ayant plusieurs facettes.

    A suivre, salam »

    Merci !

    Laurent l'un

    28 novembre 2009 at 02:13


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :