anarchie pour l'évangile !

Les anges nous parlent de l’or

with one comment

 

Source : Dialogues avec l’ange

 

Je vous salue !

Je vous enseigne sur l’or, métal le plus inutile, car il ne sert à rien.

Quelle est sa valeur ? – La foi qu’on met en lui.

L’homme met sa foi dans ce qui est né de la terre.

Pour cela, la malédiction s’y attache. La malédiction est interdiction.

S’il n’y en avait pas, vous seriez toujours errants.

Tu t’engages sur la route, tu portes une boule d’or, lourde ; tu la portes – elle est lourde – mais tu la portes quand même.

Tu arrives à la frontière d’un nouveau pays, où l’on ne croit pas en l’or.

Qu’est-ce qui reste ? – Seulement son poids.

Que dois-tu en faire, mon serviteur ?

Le laisser tomber.

Ouvre ta main et la boule roulera en bas.

Déposer le poids n’est pas difficile, mais tes doigts sont encore crispés à cause de la boule d’or qui était pesante jusqu’à maintenant.

C’est pour cela que tu ne peux pas la lâcher.

Or, ce qui est lourd tombera de lui-même.

Dans le Nouveau Pays, il y aura aussi de l’or ; mais au lieu du métal luisant, il est Lumière.

Comment peux-tu recevoir la nouvelle boule, si tu te cramponnes à l’ancienne ?

Tu la tiens – tu la tiens comme cela :

{La main se crispe ; puis les doigts se desserrent légèrement, comme pour lâcher la boule, qui tombe tout naturellement d'elle-même.}

Regarde comme il est facile de lâcher !

Vous vivez sur une boule lourde, sur une boule innocente.

Et, par SA grâce infinie, la malédiction est tombée sur elle afin que vous n’adoriez pas la boule ; afin que vous ne l’adoriez pas !

La boule innocente attend la délivrance. Qui la délivrera ?

Il faut lâcher Adam.

{je soupire, et me détends avec un sentiment de soulagement}

Cela se détend déjà.

Nous savons très bien comme il vous est difficile de lâcher le poids, car vous y êtes habitués.

Ne vous tourmentez pas ; c’était lourd pour vous.

Celui qui porte l’or ne sent pas son poids tant qu’il y croit.

Que la foi s’en retire, seul reste le poids.

Vous êtes sur la bonne voie.

(…)

 

 

Je continue à vous parler de l’or. D’où vient l’or ? De quel arbre est-il le fruit ?

De l’arbre du Savoir.

Adam a tendu la main vers ce qui brille, au lieu de la tendre vers la Lumière elle-même.

Il y a encore un autre arbre. Son nom est Mystère. Son fruit est la Lumière.

L’arbre du Savoir : l’Homme en puissance.

L’autre : l’Homme qui est.

L’or rend indigeste la terre. Le superflu doit brûler ; l’or, lui, ne brûle pas.

La lumière terrestre est un feu qui a été allumé.

La Lumière céleste est un feu qui s’allume de lui-même ; sacrifice : feu volontaire.

L’un des arbres : ton moi reflétant la Lumière.

L’autre : source de Lumière.

C’est autre chose d’être miroir que d’être Soleil…

 

(…)

 

Que serait un demi-soleil qui ne rayonnerait que sur la moitié de la création ?

La sphère est l’image de  » donner sans jugement « .

La Nouvelle Récolte est Lumière, et non métal luisant.

L’homme s’est tant creusé la tête pour savoir comment le fer deviendrait or, que l’or est devenu fer. Et le fer s’est abattu sur lui…


 

mine d’or de Serra Pelada

 

 

à voir :

 

 

 – Le témoignage vidéo de Maud Buquet, adaptatrice des Dialogues au théâtre :

http://www.dialogues-lapiece.com/temoignages/maud-buquet

 

 

 


 

Written by O.S

20 avril 2009 à 06:54

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , ,

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. bonjour,
    écrire ,parler d’or quand le silence n’est plus qu’ argent et que la parole s’endort…
    Silence or, parole argent, sont des associations que je trouve douteuses.
    Le silence pourrait être interstellaire et la parole galactique.
    Le silence être simplement silence et la parole, née du silence, sa sœur, sa fille ou sa compagne.
    Nous établissons, entre la parole et le silence,une mauvaise hiérarchie.
    Les quelques paroles du christ valent, à mon sens, tous les silences sidéraux.
    Le silence des responsables mondiaux devant le massacre quotidien de l’humanité ne vaut pas un rot d’ivrogne.

    Tu termines ce texte sur l’or en évoquant le fer.
    Je n’aime pas le fer pas plus que je n’apprécie l’or ou l’argent,
    Je me méfie de l’impact des métaux sur mon cerveau délicat.
    Le fer et la chair ne font pas bon ménage.

    Le fer est le dernier élément pouvant etre produit, avant sa mort, dans le coeur d’une étoile.
    Elle évolue ensuite soit en géante rouge, soit en étoile à neutron; question de masse critique nous informent les astronomes.

    Je remarque également ceci.
    Nos pères ont vécus ,pour certains, comme des taupes et leurs enfants dès 12 ans descendaient dans les mines pour extraire le minerai.
    Ils y descendaient également pour arracher, des boyaux de la terre, le charbon.
    Avec le charbon ils ont fondu le fer et l’acier.
    En grande partie, pour constituer des arsenaux colossaux qu’ils se sont ensuite, sur les ordres de leurs « supérieurs », envoyés sur la tronche.
    Chômage et surpopulation obligent.
    La guerre régénérait par le jeu du grand massacre les sociétés capitalistes non partageuses.
    Jean Giono nous signale que le capitalisme recèle la guerre dans ses gènes ce qui est absolument juste.
    Comme on ne partage pas, on détruit.
    Après la destruction revient la construction.
    Après la pluie (d’acier) le beau temps (de l’exploitation)
    Bonheur illusoire et éphémère des pauvres gens, heureux simplement de pouvoir manger et s’offrir une télé couleur.
    Cela permet au capital de se remplumer, de se refaire, sur le dos de la misère mondiale, une santé de fer.
    Malheureusement pour le capital, les deux dernières boucheries, ont été tellement atroces et ravageuses qu’il hésite,à reproduire cette solution.
    On l’exporte bien un peu, ici et là, loin de nos banques.
    On est, cependant, de plus en plus dérangés par les hauts le cœur que provoquent ,au journal de 20 ou de 13 heures,la vision des corps ensanglantés, bouillie de chair incrustée d’acier.
    C’est à gerber.
    Nous sommes si bien devant nos assiettes pleines.

    Après le fer et le charbon vient le pétrole.
    De nouveau on perce le ventre de la terre, on fouille ses tripes, on lui pressure les intestins pour en sortir,cette fois ci, l’or noir.
    Ce que l’on extrait des profondeurs terrestres fout toujours, semble-t-il, le bordel en surface.
    Le pétrole, la main mise sur les sources souterraines d’énergie, occasionne bien des dégâts sur la croute où nous survivons en attendant, soit d’y passer ,soit d’y comprendre enfin quelques chose.
    Notez cependant qu’il y a progrès, plus de 30 000 bombes à têtes nucléaires veillent sur la paix
    Ha si nos erreurs pouvaient nous éclairer…..

    Bien que nous colonisions tous les biotopes, du fond des océans aux cimes enneigées de l’evrest, du désert d’arabie à l’antarctique, des intestins de la terre aux cratères lunaires, je pense que nous sommes des terriens et des êtres de surface.

    Je pense que nous devrions éviter d’éventrer notre planète pour en extraire la matière fécale, que ce soit le charbon,l’or le fer, le pétrole ou la pierre philosophale.

    Et puisqu’on évoque l’or jaune, n’oublions pas l’or vert, l’or noir bien sur, l’or bleu, l’or blanc des cimes, l’or brun,l’orange.

    L’or nous en fait voir de toutes les couleurs, un véritable arc-en -ciel de pognon

    Je pense au roi midas, (pas celui des pneus), qui transformait tout ce qu’il touchait en or.
    J’espère que tel n’est pas notre destin ,car ce pauvre roi, insensément riche , est mort de faim.
    Il ne pouvait plus porter une orange à sa bouche sans que cet agrume orange ne se transforme, au contact de ses doigts,en métal jaune et précieux.

    Comme disait je ne sais plus quel sauvage, c’est lorsque l’homme blanc aura mangé le dernier poisson et bu la dernière goutte d’eau qu’il comprendra alors que l’or ne mange ,pas plus qu’il ne se boit.

    Ne lachons cependant pas la main de l’espérance qui se tend vers nous.
    Des pensées nouvelles pour des hommes renouvellés, un amour réssucité pour des hommes qui n’ont jamais cessés d’aimer, des énergies différentes pour des buts différents, une fraternité mondiale se constitue, ne manquons pas la main de l’ang
    e.

    Crésussement votre
    laurent

    laurent

    20 avril 2009 at 19:10


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :