anarchie pour l'évangile !

Enfances en cage

with 4 comments

 

 

Il est bien évident que l’école se rapproche du milieu carcéral, horaires, immobilité, contrainte, discipline, punitions et maintenant télé-surveillance à tous les étages.


Les enfants naissent et grandissent dans un monde d’adultes déjà détruit.

Fatalement ce que les adultes leur enseignent est une adaptation à la forme d’anéantissement qui leur tient lieu d’existence.

Comment supporter l’insupportable, comment accepter l’inacceptable voilà le principal de l’enseignement.

Des soldats pour la guerre, des soumis pour l’usine, des vaincus pour les maitres.


Ceci dit j’ai eu l’extraordinaire chance d’avoir eu un très bon prof dont le seul souci était l’éveil de l’esprit des enfants.

Le peu que je sais pourtant, du monde dans lequel je surnage tant bien que mal, est d’origine extra-scolaire pour ne pas dire extra-terrestre, tant il faut s’éloigner des idées, non pas reçues mais infligées, pour retrouver un rien de bon sens.

Lorsque l’on dit médecin, je pense Molière.

Lorsque l’on dit école, deux chansons me reviennent en plus des Cahiers au feu et de la maitresse au milieu ; Little boxes, reprise par Graeme Allwright et Qu’as-tu appris à l’école mon fils.

Un jour nous serons libres et nos enfants grandiront dans l’amour et la liberté et ce ne sera pas le foutoir.

Du reste, nos maitres essayent de nous faire passer le foutoir que nous vivons, pour un monde normal.

Ce que les hommes vivent actuellement est, pour moi, le résultat de l’ignorance, de la bêtise, de la folie

et du gout criminel du pouvoir.

Je ne vois rien de “normal” dans cette ahurissante foire d’empoigne que l’on appelle les marchés, rien de normal dans le pillage intégral de la terre, rien de normal dans le monde qu’ils essaient, par le biais de l’enseignement public, de nous faire passer pour “normal” autant que naturel.

Je n’ai sans doute pas été très bon élève

Extra-scolairement votre.

Laurent lautre

.

 

Jouets tout faits, savoir tout fait, nourriture toute faite, expérience toute faite ; c’est cela que l’enfant reçoit, et il en a la nausée.
Sa soif de connaissances, son désir de créer, tout ce qui le rend homme dépéri.
Son désir d’expérimenter, trop de conseils le tuent.
Tout cela est lâcheté et manque de foi.
Lorsque l’enfant devient adulte, tout est mort en lui.

Dialogues avec l’Ange

 

_

 

voir aussi sur ce site :L’école est une prison.

 

.

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Toujours dans l’entretien de Julien au Monde :

    « La prison est bien le sale petit secret de la société française, la clé, et non la marge des rapports sociaux les plus présentables. Ce qui se concentre ici en un tout compact, ce n’est pas un tas de barbares ensauvagés comme on se plaît à le faire croire, mais bien l’ensemble des disciplines qui trament, au-dehors, l’existence dite « normale ». Surveillants, cantine, parties de foot dans la cour, emploi du temps, divisions, camaraderie, baston, laideur des architectures : il faut avoir séjourné en prison pour prendre la pleine mesure de ce que l’école, l’innocente école de la République, contient, par exemple, de carcéral.

    Envisagée sous cet angle imprenable, ce n’est pas la prison qui serait un repaire pour les ratés de la société, mais la société présente qui fait l’effet d’une prison ratée.

    La même organisation de la séparation, la même administration de la misère par le shit, la télé, le sport, et le porno règne partout ailleurs avec certes moins de méthode. Pour finir, ces hauts murs ne dérobent aux regards que cette vérité d’une banalité explosive : ce sont des vies et des âmes en tout point semblables qui se traînent de part et d’autre des barbelés et à cause d’eux »

    Laurent lun

    25 mai 2009 at 15:38

  2. En France, contrairement à ce qu’on entend n permanence notamment dans les médias, la scolarité n’est pas obligatoire, mais uniquement l’instruction qui peut être donnée à la maison par les parents ou toute personne de leur choix.

    Ceci n’est pas un luxe réservé à une caste de nantis : je suis fonctionnaire de base (env. 1.600 euros/mois pour six personnes) à temps partiel et mon épouse est sans activité professionnelle. Nos quatre enfants n’ont jamais été à l’école.

    Mais oui évidemment, pas de vacances sous les cocotiers ni de vêtements de marque. Faites vos choix les gars…

    Vincent FRANSIOLI

    22 août 2010 at 22:44

  3. facile à dire! Je suis seule avec mon fils qui n’a pas été reconnu par son père. Je n’ai pas d’autres choix que de passer mon temps à gagner de quoi payer le loyer et autres charges. Ironie du sort, je travaille depuis trois ans dans une école. Je suis plutôt isolée donc en plus de ne pas avoir les moyens et le temps suffisants pour déscolariser mon fils, je ne veux pas le désociabiliser.Quelle alternative proposez-vous? Vous ne semblez pas vous rendre compte de votre privilège d’être une famille…

    psylvia

    28 novembre 2010 at 20:56

  4. Mais Madame, faites au mieux de votre situation, c’est bien évident.

    Laurent

    28 novembre 2010 at 21:41


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :