anarchie pour l'évangile !

Splendeur

leave a comment »


Élève-toi dans la splendeur, et tu t’ouvriras comme un lys.

Dialogues avec l’ange


 

 Ô mon cœur,  :

     vois ta propre splendeur. Ne te contentes-tu pas presque toujours d’un élan moindre ?

Rilke



 

Il est parfaitement concevable que la splendeur de la vie se tienne prête à côté de chaque être


et toujours dans sa plénitude,


mais qu’elle soit voilée, enfouie dans les profondeurs, invisible, lointaine.


Elle est pourtant là, ni hostile, ni malveillante, ni sourde ;

 

qu’on l’invoque par le mot juste, par son nom juste, et elle vient.

Franz Kafka, Journal.

 

 

.

 

 

 

.

 

Interrogeons sur ce qu’ils éprouvent ces hommes qui ont de l’amour pour des beautés qui ne sont pas corporelles. Que ressentez-vous en présence de nobles occupations, de bonnes mœurs, d’habitudes de tempérance, et en général en présence d’actes et de sentiments vertueux, de tout ce qui constitue la beauté des âmes ? Que ressentez-vous quand vous contemplez votre beauté intérieure ? D’où viennent vos transports, votre enthousiasme ? D’où vient que vous souhaitez alors vous unir à vous-mêmes et vous recueillir en vous isolant de votre corps ? car c’est là ce qu’éprouvent ceux qui aiment véritablement. Quel est donc cet objet qui vous cause ces émotions ? Ce n’est ni une figure, ni une couleur, ni une grandeur quelconque ; c’est cette âme invisible, qui possède une sagesse également invisible, cette âme en qui on voit briller la splendeur de toutes les vertus, quand on découvre en soi ou que l’on contemple chez les autres la grandeur du caractère, la justice du cœur, la pure tempérance, la valeur à la figure imposante, la dignité et la pudeur à la démarche ferme, calme, imperturbable, et par dessus tout l’intelligence, semblable à Dieu et éclatante de lumière. Quand nous sommes ravis d’admiration et d’amour pour ces objets, par quelle raison les proclamons-nous beaux ? Ils existent, ils se manifestent, et celui qui les verra ne pourra jamais s’empêcher de dire qu’ils sont des êtres véritables. Or que sont les êtres véritables ? Ils sont beaux.

PLOTIN
PREMIÈRE ENNÉADE
LIVRE SIXIÈME.
DU BEAU

PLOTIN, PREMIÈRE ENNÉADE, LIVRE SIXIÈME. DU BEAU

 

.

 

Written by Observatoire situationniste

18 mai 2009 à 12:41

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :