anarchie pour l'évangile !

Prenons-en de la graine !

with one comment

Ils sont désobéissants et libertaires, font des opérations commando la nuit. Aux Etats-Unis et au Canada, rien n’arrête la “guerilla gardening”.

Ces gangs de l’arrosoir ciblent les zones en friche bouffées par les mauvaises herbes, les quartiers oubliés par l’embellissement fleuri. Ils y plantent arbres et fleurs, de préférence d’entretien facile et peu gourmands en arrosage.

Le phénomène a gagné Londres et Berlin et une véritable internationale du “jardinage de combat” se met en place, avec échange de techniques discrètes et de bonnes graine.

 

source

 

Groupes en France :

guerrillagardening.org
Regional Boards : France

.

Voir aussi l’article compte-rendu :

Guerrilla Gardening, les coquelicots complotent en ville

« Il suffit d’ouvrir délicatement une enveloppe de graines et d’en disséminer consciencieusement le contenu dans les recoins urbains, au coin des parking, aux pieds des tours, le long des grillages … et puis de laisser la nature agir. »

 

.

 

« Cultivez les interstices »

 

.

 

Les racines du phénomène

Emily Rose Michaud

Le jardinage clandestin est une pratique centenaire dont les origines sont difficiles à établir. Selon David Tracey, elle a fait sa première apparition dans les livres d’histoire il y a plus de 300 ans, alors que le Britannique Gerrard Winstanley, à la tête des Diggers (les «Bêcheurs»), défendait le droit de travailler la terre sans le consentement des propriétaires terriens et sans leur payer de redevances. Le groupe cultivait les terres inutilisées des nobles autour de Londres pour nourrir les démunis. 

Le manifeste laissé par les Diggers a semé le germe de la résistance chez certains environnementalistes américains qui s’en sont inspirés, dans les années 1960, pour revendiquer un terrain vague près de l’Université de Berkeley, en Californie. Ce n’est qu’en 1973 que le mot «guérilla» s’est greffé aux préceptes d’une rébellion horticole. L’artiste new-yorkaise Liz Christy a alors fondé le groupe Green Guerillas et converti un lot abandonné de Manhattan en un jardin communautaire, dont la vocation demeure inchangée à ce jour. 

La guérilla jardinière s’est propagée aux quatre coins du monde, mais sa trajectoire anarchique etunderground la rend difficile à cerner. Certaines factions, craignant les arrestations, agissent dans l’anonymat. Le mouvement n’a ni leader ni marche à suivre et ses objectifs varient selon les interventions. Pour ceux qui ne mangent pas à leur faim, la revendication du droit à la terre prend une signification politique. Dans les pays plus riches, elle relève plutôt d’un souci environnementaliste. 

 

 

.


Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. HOME, une prise de conscience planétaire :
    http://www.youtube.com/homeprojectfr

    et un forum prometteur également :
    http://www.goodplanet.org/home/index.php

    passeur

    8 juin 2009 at 09:34


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :