anarchie pour l'évangile !

Carnets pour Dieu (6): « Corps en mystère »

leave a comment »

pur été








Les mots viendraient, mais la page resterait blanche, de sorte que sous les mots, on verrait une plage, une plage avec nos anges.
Là se tient une femme, et elle tient une enfant. La vague joue son âme, le ciel fleurit son sang.
D’entre les mots, renaît le verbe, amour étend son chant, la femme s’habille de marées, et ce n’est plus la terre, ni l’eau, mais le ciel, le feu, qui entrent dans la danse.
La mer est vierge et le sol étincelle, le mystère a pris corps, et c’est ton corps.

.

Written by Observatoire situationniste

22 juin 2009 à 08:39

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :