anarchie pour l'évangile !

Mais que peuvent les frères ?

leave a comment »

La bunkerisation de l’Iran se poursuit, avec une répression plus féroce que jamais, le muselage de toute expression critique, le « procès » – une vieille affaire de paille et de poutre – des dirigeants occidentaux, qu’Ahmadinejad va à présent brandir à travers le monde, sous prétexte de répondre à Obama, qui se mêle de ses frères.

Que peuvent les frères ? S’exiler sur les toits, créer en cris profonds un trait d’union avec le Ciel, au vu du monde entier.

Et fraterniser, fraterniser, fraterniser.

Et nous, peut-être en prendre de la graine : monter au plus haut en nous-mêmes, qui est aussi le plus profond, et apprendre à y vivre, y recevoir tout frère.

Il n’y a pas d’autre espoir pour qu’un jour, sur le désert Terre, les peuples refleurissent.

*

Secret Public

L’espoir d’un ralliement des Pasdaran :


Selon Téhéran, tous les meneurs sont sous les verrous. Certains ont été interrogés et le régime a diffusé leurs aveux. Le régime des mollahs affirme avec fierté qu’il a maté l’insurrection en un temps record : Téhéran serait calme et les manifestations, de plusieurs centaines de milliers de personnes voire de millions, seraient de l’histoire ancienne.

Mais pour Sazgara, le fondateur des Pasdaran, le régime n’est pas sorti intact de cette aventure. Selon ses contacts avec ses anciens camarades, une écrasante majorité des membres des Pasdaran, cette milice créée spécifiquement pour défendre le régime (et non le territoire), a désapprouvé la répression ordonnée par le régime et n’y a pas pris part.

Pour lui, ceci est un cataclysme : les Pasdaran ont rompu la charte de leur création. Le régime est donc menacé de l’intérieur !

Selon Sazgara, il faudrait un catalyseur et le meilleur du genre serait un renforcement du mouvement social contre le régime. Dans ce cas-là, avec ou sans un ordre de faire feu sur la foule, les Pasdaran majoritairement favorables à un changement pourraient se ranger du côté du peuple et par leur supériorité numérique commune renverser le régime sans effusion de sang.

En fait, ce mouvement social a réussi au-delà de ses propres espérances en révélant l’existence d’une vraie envie de changement à l’intérieur du pilier central de l’édifice mollah. Désormais, tout le monde attend l’étincelle qui fera jaillir le feu.

Sazgara, lui-même, est très confiant : il y a eu quelque 400 morts dont le tiers à Téhéran. La foule aura de bons prétextes pour descendre dans la rue, selon les rites de deuil chiite, au 7ième jour après la mort ou le 40ième. Avec 400 victimes, les Iraniens auront l’embarras du choix, il y a aussi les journées historiques iraniennes, nombreuses pendant l’été…

[ adapté d’un article publié sur www.iran-resist.org, sur la base de témoignages de manifestants et d’informations fournies par l’ex-fondateur des Pasdaran qui vit aujourd’hui en exil ]

*

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :