anarchie pour l'évangile !

Une vie à se mentir (un témoignage)

with one comment

Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul.

Je descends d’une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu’on appelle aussi la Rive dorée.

J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie.

Ma famille est passablement dégénérée, c’est pourquoi j’ai sans doute une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement j’ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l’on en juge d’après ce que je viens de dire. Cela dit, la question du cancer se présente d’une double manière : d’une part c’est une maladie du corps, dont il est bien probable que je mourrai prochainement, mais peut-être aussi puis-je la vaincre et survivre ; d’autre part, c’est une maladie de l’âme, dont je ne puis dire qu’une chose : c’est une chance qu’elle se soit enfin déclarée. Je veux dire par là qu’avec ce que j’ai reçu de ma famille au cours de ma peu réjouissante existence, la chose la plus intelligente que j’aie jamais faite, c’est d’attraper le cancer.

Je ne veux pas prétendre ainsi que le cancer soit une maladie qui vous apporte beaucoup de joie. Cependant, du fait que la joie n’est pas une des principales caractéristiques de ma vie, une comparaison attentive m’amène à conclure que, depuis que je suis malade, je vais beaucoup mieux qu’autrefois, avant de tomber malade.

(…)

Je m’habituai à ne porter aucun jugement personnel, mais au contraire à toujours adopter les jugements des autres. Je m’habituai à ne pas apprécier les choses par moi-même mais à n’apprécier jamais que les choses bien ; ce que les autres considéraient comme bien me plaisait aussi et ce que les autres n’estimaient pas bien, je ne l’approuvais pas non plus. Je lisais de  » bons livres  » et ils me plaisaient, parce que je savais qu’ils étaient  » bons  » ; j’écoutais de la  » bonne musique  » et elle me plaisait pour la même raison. Mais ce qui était « bon », c’étaient les autres qui en décidaient et jamais moi. Je perdis toute aptitude à la spontanéité dans le domaine des sentiments et des préférences.

(…)

J’avais ainsi annexé plus ou moins le domaine des « choses élevées » et pouvais me permettre de regarder avec dédain ceux qui n’étaient pas arrivés aussi haut, sans concevoir à quel point mon apparente supériorité était vide.

(…)

Je me trouvais, dès lors, dans un monde étrange dont je pourrais rire aujourd’hui si je ne savais pas à quel point il me devint néfaste, par la suite.

(…)

J’ai tendance à croire qu’il y a davantage, dans ce récit, que la simple intention de rendre mes parents responsables de ce que j’aurais dû mieux savoir et mieux faire. Aujourd’hui mes parents sont beaucoup moins, à mes yeux, les « coupables » que les covictimes de la même situation faussée. Ils n’étaient pas les inventeurs de cette mauvaise façon de vivre ; ils étaient davantage – tout comme moi – dupes de cette vie mauvaise, acceptée sans esprit critique.

Fritz Zorn est mort à 32 ans de « son » cancer, nous laissant Mars.

a


a

a

a


a

a


a


a

a


Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Fritz Zorn aura passé sa (non) vie à :

    « se mentir à lui-même comme aux autres »,

    ce qui est la dégénérescence même de s’aimer et d’aimer son prochain comme soi-même, il me semble.

    Ceci se joue à toutes les échelles, à tout moment.

    J’espère et crois beaucoup de soeurs et de frères de tous horizons, nommé(e)s soeurs et frères ou non, croyants en ceci ou en cela ou non, capables aujourd’hui de rayonner plus d’accord entre parole, ton des paroles, contenu des paroles : ce qui est aussi une pratique, d’autant plus simple à mettre en oeuvre qu’il suffit pour commencer de ne pas se mentir à soi-même sur QUOI QUE CE SOIT : cela produit immanquablement – à terme – une mise en accord profond entre actes et paroles.

    Et la Vie peut à nouveau respirer dans notre totalité vivante son Intelligible Amour Infini.

    Enfin c’est l’impression que j’en ai !

    Laurent l'un

    7 octobre 2009 at 14:44


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :