anarchie pour l'évangile !

La simplicité volontaire

leave a comment »

C’est à Richard Greg, disciple de Gandhi, que l’on doit l’association des deux mots simplicité volontaire en 1936. Ce n’est évidemment pas un hasard, car l’accent que Gandhi mettait sur la simplicité était très important, en relation avec la voie de la non-violence. C’est aussi ce qu’il a cherché à incarner dans sa propre conduite, allant jusqu’à refuser le train de vie normal de l’homme politique.

Selon Richard Greg, la simplicité volontaire « implique une condition à la fois intérieure et extérieure. elle signifie l’unicité d’intention, la sincérité et l’honnêteté extérieure, tout autant que le fait d’éviter l’encombrement extérieur ou d’accumuler des possessions qui n’ont pas de rapport avec le but premier de la vie. Elle signifie une mise en ordre et un encadrement de notre énergie et de nos désirs, une restriction partielle dans certaines directions afin d’assurer une plus grande abondance dans d’autres directions. elle implique une organisation délibérée de sa vie en fonction d’un objectif ».

L’idée, comme nous le verrons plus loin, a été formulée par Epicure. David Thoreau, au XIX, dans le courant du transcendantalisme américain, en a été un fervent porte-parole. Il influença Tolstoï et Gandhi. La période contestataire des années 60-70 avait remis ces idées au premier plan. Pensons en France par exemple aux expérimentation du disciple de Gandhi, Lanza Del Vasto, à la communauté de l’Arche.

S’en est pourtant suivi une phase d’oubli: la revanche du capitalisme appelée postmodernité sur le site avec l’apogée de l’hystérie de la consommation comme dernière idéologie. La sortie de la postmodernité s’est faite par la mise en cause radicale de la société de consommation, ce qui a fait resurgir les utopies des années 70. La publication par Duane Elgin de Voluntary Simplicity en 1981 a été le début d’une explosion de livres,  forums et sites internet. Serge Mongeau en a largement été l’artisan avec La simplicité volontaire, texte plusieurs fois réédité.

Cité par Dominique Boisvert L’ABC de la simplicité volontaire, édition Ecosociété, p. 28-29.

*

Sagesse Amérindienne – « Aussi misérables que nous puissions sembler à vos yeux, notre bonheur est incomparable au vôtre, car nous sommes très contents du peu que nous possédons. » (Chef MicMac)

Boudhisme – « Celui qui, dans ce monde, transcende ses désirs matériels, verra sa souffrance tomber, comme une goutte d’eau d’une fleur de lotus. » (Dhammapada, 336)

Christianisme – « Il est plus aisé pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille, que pour un homme riche d’entrer au royaume de Dieu. » (Mathieu 19:23-24)

Confucianisme – « Excès et manque sont également condamnables. » (Confucius, XI.15)

Grèce Antique – « Rien en excès. » (Inscription à l’Oracle de Delphi)

Hindouisme – « Celui qui vit complètement libre de désirs, sans attentes, atteint la paix. »  (Bhagavad-Gita, II.71)

Islam – « La pauvreté est ma fierté. » (Muhammad)

Judaïsme – « Ne m’accordez ni pauvreté, ni richesse. » (Proverbes 30:8)

Taoïsme – « Celui qui sait qu’il en a assez est riche. » (Tao Te Ching)

Written by Observatoire situationniste

14 décembre 2009 à 18:13

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :