anarchie pour l'évangile !

En Iran, on n’entend que les femmes !

leave a comment »

Témoignage en situation de Vida,

une jeune avocate de Téhéran, qui a participé aux manifestations contre le régime islamique.

a



«Le serpent est blessé et, quand il est blessé, il mord parce qu’il ne craint plus rien.»

Ce proverbe persan, Vida l’utilise pour qualifier le sentiment qui habite alors la foule, du moins une partie, qui, ce dimanche et pour la première fois, a renoncé aux mots d’ordre de non-violence des dirigeants de l’opposition. «Cette fois, raconte-t-elle, c’était vraiment très différent des manifestations précédentes. Les gens avaient compris qu’il fallait qu’ils se battent. Avant, il suffisait qu’un manifestant prenne peur, commence à courir pour que nous nous mettions tous à courir derrière lui, saisis à notre tour par la panique.


Mais dimanche, pour la première fois, on n’a pas eu peur face aux Bassidji [miliciens, ndlr]. Et quand l’un de nous a couru, c’était pour les attaquer et nous l’avons suivi. Nous avons même saccagé des postes de police.»


«Les garçons ne portaient même plus leurs masques», ajoute-t-elle, ce que confirment nombre de vidéos amateurs. «Face aux Bassidji, nous étions comme les deux plateaux d’une balance», poursuit-elle.


Mais cette fois, c’est celui des miliciens que la peur a fait vaciller :

«On sentait que face à notre nouvelle attitude, les Bassidji perdaient de leur force. Nous, nous nous prenions la main pour montrer que nous n’avions pas peur.»


Vida raconte avoir vu plusieurs miliciens encerclés par la foule et déshabillés de force, leurs vêtements étant ensuite brûlés. «On a mis la main aussi sur des lebas chakhsi [des hommes en civil, qui ont la réputation d’être très violents]. C’était simplement des brutes que les autorités avaient engagées. Ils nous ont dit qu’ils avaient reçu 400 000 tomans [environ 300 euros] pour taper sur les manifestants. Ils ne savaient même pas pourquoi.»


«Avec ma sœur, poursuit la jeune avocate, on s’est éloigné des manifestations pour chercher des toilettes.


En sortant, elle m’a dit :

« Ecoute, on n’entend que les femmes. »


Et, effectivement, c’était hallucinant d’entendre leurs voix.


C’était un son aigu, si terriblement aigu qu’il faisait reculer les Bassidji.

a

a

Un peu plus tard, l’un d’eux s’est approché de moi. Il portait un portrait du Guide : je l’ai déchiré. Alors, il s’est jeté sur moi. La foule est venue à mon secours et l’a battu presque à mort.»


D’autres manifestations sont prévues et un défi inimaginable il y a peu sera lancé au régime :

« Nous voulons que ce jour soit celui du kashf-e hedjab.


Toutes les femmes seront invitées à enlever leur voile.


Ce sont les garçons qui, exceptionnellement, le porteront.»

Source Libération

Lire aussi sur AF :

Iran, la jeunesse et les femmes ont tout à gagner …

a

a



Written by Observatoire situationniste

31 décembre 2009 à 10:03

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :