anarchie pour l'évangile !

Pour la fin des prisons

with 5 comments

Cela fait maintenant plusieurs décennies que les débats autour de la notion de SANCTION PENALE sont présents dans l’actualité……..Car les PRISONS SURPEUPLEES deviennent des ENFERS où l’Inhumanité règne (qu’elle soit des Matons SADOS MASOS pour certains, comme des Prisonniers qui se comportent comme des bêtes, parce qu’ils sont traités comme tel, en négligence complète de leur coté HUMAIN….

a

a

Des alternatives existent : Peine de travail d’intérêt général, semi-détention, surveillance par bracelet électronique… etc pourtant cela n’a pas l’air suffisant.

Mais de toutes les PRISONS dans le MONDE, aucune ne vaut en HUMANITE celle ci : Une expérience innovante : le «projet Bastøy»

Le PROJET BASTOY est une PRISON ECOLO où les gardiens sont sans armes et où les prisonniers n’ont même pas envie de s’évader tellement leur conditions de détention sont humaines et épanouissantes pour le DEVELOPPEMENT POSSIBLE du MEILLEUR d’eux mêmes au dessus de leur pire….

http://www.norvege.be/policy/actualite/bastoy.htm

Petits truands ou criminels en fin de peine, ils sont 115 détenus à vivre en pleine nature, dans des bungalows en bois sans barbelés ni barreaux. La plupart proviennent de centres de détention fermés et ont été transférés à Bastoey afin de préparer leur remise en liberté. La prison propose un parcours de réinsertion s’échelonnant de quatre mois à cinq ans selon les détenus. Six jours par semaine, de 8 heures à 15 heures, tous les pensionnaires travaillent pour subvenir aux besoins de la prison.

Outre le nettoyage des plages, le travail du bois et l’entretien des bâtiments, ils consacrent une grande partie de leur temps à l’agriculture biologique et à l’élevage de poules, de moutons et de vaches. Sans oublier la pêche, pratiquée à l’aide des 34 bateaux appartenant à l’établissement. Le tout dans le respect de l’environnement. En plus de recycler leurs déchets et de fabriquer du compost, les détenus utilisent des charrues tirées par des chevaux pour labourer les champs de céréales.

Au final, Bastoey couvre ainsi la quasi-totalité de ses besoins en nourriture. Le surplus de la production est vendu aux autres prisons du pays.

Après leur journée de travail, les détenus peuvent assister à des cours menés en partenariat avec les lycées de la région. Au programme : informatique, gestion des forêts, conservation de la nature, protection de l’environnement, mais aussi apprentissage du gardiennage…

Plusieurs activités ludiques et sportives leurs sont régulièrement proposées. Une équipe de foot aux couleurs de la prison est même engagée dans un championnat avec les entreprises locales !

Enfin, 18 jours par an, voire 30 s’ils ont des enfants, une permission leur est accordée.

Si les détenus ont été transférés à Bastoey pour leur bonne conduite ou parce qu’ils représentent un faible risque de dangerosité, les responsables de la prison n’oublient pas qu’il s’agit de criminels. Criminels qui peuvent être suivis par des travailleurs sociaux ou assister à des groupes de parole afin de travailler sur leurs problèmes de violence ou de drogue.

Les résultats

Auto-suffisante en énergie, la prison fonctionne à 70 % à l’aide de panneaux solaires (installés en partie par les détenus). En plus d’être écologiquement responsable, elle figure parmi les structures pénitentiaires les moins coûteuses de Norvège. Chaque prisonnier qui enfreint les règles de la prison écologique est renvoyé directement dans une prison fermée.

Aucune statistique n’existe quant au taux de récidive.

Seul indice de réussite : depuis 1997, seules deux tentatives d’évasion ont été signalées.

Preuve ultime de confiance, ce sont les prisonniers eux-mêmes qui gèrent le ferry reliant l’île de Bastoey au continent.

«La détention en milieu ouvert ne peut être que positive. Surtout si elle s’accompagne de travaux au contact de la nature. En France, certaines prisons, comme à Nantes, mettent à disposition des détenus un lopin de terre. On constate alors parmi les prisonniers une baisse de violence et une diminution de la consommation de médicaments. De là à suivre l’exemple de la Norvège, il y a un fossé difficilement franchissable. Simplement parce que les données sociales et culturelles ne sont pas les mêmes partout et que tous les pays n’ont pas un aussi faible taux de criminalité que les pays nordiques. »

Marie Patin, présidente de l’association Réflexion Action Prison et Justice (Arapej) d’Ile-de-France.

Le site web de la prison http://www.bastoyfengsel.no/

C’est en norvégien, mais il y a moyen de le mettre en anglais.

VOIR AUSSI SUR AE :

La prison TUE.

La prison TUE (2) : une alternative radicale.

La prison TUE (3) : Cruauté particulière

Written by Observatoire situationniste

7 janvier 2010 à 13:26

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. vous tous

    cam

    18 mars 2010 at 18:53

  2. bonjour je vous contact dans l’espoir de savoir (avant demain) si je pourrais utiliser votre photo pour un projet purement scolaire.
    merci de votre compréhension.

    cam

    18 mars 2010 at 18:56

  3. utilisez-la : on ne va pas la mettre en prison quand même

    cordialement
    Laurent lun

    Laurent l'un

    18 mars 2010 at 19:01

  4. merci beaucoup

    cam

    18 mars 2010 at 19:19

  5. de RIEN

    Laurent l'un

    18 mars 2010 at 22:35


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :