anarchie pour l'évangile !

Anarchie chez les Sauvages.

leave a comment »

a


Ethnologue français, de tendance anarchiste*, Pierre Clastres (1934 – 1977) a fait plusieurs séjours chez les peuples Guayaki (Paraguay), Yanomani (Nord de l’Amazonie) et  Guarani du Paraguay.  Il a écrit un grand nombre d’ouvrages sur le sujet, dont fait partie La société contre l’Etat (1974).

anarchie : 14ème, absence de chef

La question du pouvoir

Pierre Clastres commence l’ouvrage (composé de plusieurs articles parus dans diverses revues) par une définition des sociétés archaïques.

Ces dernières se caractérisent par l’absence d’écriture, et une économie de subsistance (on consomme ce dont on a besoin, sans faire de réserves). En matière de pouvoir, celles-ci ne connaîtraient pas la politique au sens occidental du terme. En fait le pouvoir d’un homme ou d’un groupe sur un autre serait totalement absent selon la plupart des ethnologues (dont J. W. Lapierre, auteur d’un Essai sur le Fondement du Pouvoir politique, que Pierre Clastres prend comme référence).

Or pour Pierre Clastres, il y a bien pouvoir, mais non-coercitif, alors qu’il est coercitif en occident. En témoignent les quatre aspects du chef dans les tribus amérindiennes :
– rôle d’arbitre
– rôle de donateur (le chef donne à ses compatriotes selon leurs besoins, et certains objets – arcs par exemple – ne sont fabriqués que par ce dernier)
– rôle d’orateur (harangues régulières ; le chef est « celui qui parle »)

– polygyne exclusif (sauf dans certains peuples comme les Chibchas ou les Shuars, où la polygynie est « démocratisée »).
Ces rôles lui donnent surtout une place à part dans la société ; il est respecté et écouté, mais ne commande pas, sauf dans des cas particulier comme la guerre. Pour Pierre Clastres, les amérindiens ayant compris les dangers inclus par le pouvoir l’on mit hors de la société, à travers la personne duchef.

Des sociétés refusant l’Etat

Pierre Clastres amène son sujet final en évoquant les rites d’initiations des jeunes indiens, qui dans toute l’Amérique se caractérisent par une véritable torture. Ainsi l’exemple des Mandans des prairies, évoqué par George Catlin, ou encore celui des Mbyas lacérant le corps des jeunes initiés avec une pierre au tranchant émoussé. Le but est de laisser une marque indélébile sur le corps, la marque de la loi en sa forme primitive tu n’es pas moins qu’un autre, tu n’es pas plus qu’un autre. Cette souffrance est supportée sans mot dire car l’on veut être l’égal des autres. Il s’agit d’un signe définitif d’appartenance à la tribu, qui n’a pas de pouvoir au-dessus d’elle. C’est pour l’auteur un refus de l’Etat, et de sa loi écrite émanant d’une entité supérieure. C’est le signe d’une société contre l’Etat.

Autre signe : la vision du travail. Chez les Guayaki comme chez les Yanomami, la quantité de travail pour une journée n’est que de deux ou trois heures. Le reste est dédié à l’oisiveté et à l’entraînement guerrier. La raison ? on produit pour soi-même ce dont on a besoin (mais il y a quand même présence de stocks, utilisés par exemple pour les fêtes, d’où l’inexactitude de l’expression « économie de subsistance »). La production de surplus pour une puissance supérieure, en l’occurence l’Etat, est inconnue, contrairement à ce qu’il se passait notamment dans l’empire inca. L’économie n’est donc pas politique. En fait, tout est mis en oeuvre pour éviter ce transfert, ainsi avec l’absence de pouvoir des chefs (voir plus haut). Les sociétés amazoniennes ne sont pas incapables de créer l’Etat, elles n’en veulent pas. Ainsi le processus d’étatisation ayant débuté chez les Tupi-Guarani au XVIe siècle, ayant atteint les limites démographiques de la société archaïque, a capoté non à cause des européens, mais à cause des chamanes eux-mêmes, avec l’appui de la population.

a

a

Des extraits du livre ICI.e

a

a

Written by Observatoire situationniste

2 mars 2010 à 08:27

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :