anarchie pour l'évangile !

Et bien dansons.

with 2 comments

a

a

a

Les hommes ont appris à danser, avec leur corps, en récitant ses paroles, mais leurs yeux ne se sont pas ouverts à la danse de l’âme!

La danse du corps fait tourbillonner la poussière, la danse de l’âme bouleverse les cieux ; la science et la sagesse proviennent de la danse de l’âme, la terre et le ciel proviennent eux aussi de cette danse.

Dialogues avec l’ange

a

Elle procure à l’individu le ravissement de Moïse ; et grâce à elle la communauté devient l’héritière du Royaume !

Apprendre la danse de l’âme, voilà ce qui importe; brûler tout ce qui n’est pas Dieu, cela importe seul.

Mohammad Iqbal

a

a


a

aa


-Savez-vous ce qu’est le beau ?
L’ACTE DU BON SERVITEUR,
CE QUI EST PLUS QUE LE NECESSAIRE.
Le corps se meut – c’est nécessaire.
La danse est le plus,
Et si elle est vraiment danse – c’est le beau.
La voix est nécessaire. Le chant est le plus.
Il est nécessaire de représenter en image,
Mais ce qui vient en plus, c’est le beau.
LE MONDE NOUVEAU
NE PEUT ETRE BATI QUE DE BEAUTE.
Soyez de bons serviteurs,
Car l’acte qui est plus que le nécessaire
Est la pierre de taille pour le Monde Nouveau.
Il ne peut être bâti qu’avec elle.
Je t’enseigne :
Prends garde aux Judas qui vendent le Verbe !
Il y en a autour de toi aussi. Le sais-tu ?
Là où le feu brûle, le vrai sépare du faux.

Dialogues avec l’ange

a

Written by Observatoire situationniste

23 mars 2010 à 09:59

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1.  » Il y a toujours un peu de folie dans l’amour. Mais il y a toujours aussi un peu de raison dans la folie.
    Et à moi aussi qui aime ce qui vit, il me semble que les papillons ou les bulles de savon et les êtres qui leur ressemblent sont ceux qui en savent le plus sur le bonheur.
    Voir voleter ces âmes légères, un peu folles, fragiles et mobiles – voilà qui donne à Zarathoustra envie de larmes et de chansons.
    Je ne croirai qu’en un dieu qui s’entendrait à danser. Et lorsque je vis mon diable, je le trouvai grave, minutieux, profond, solennel ; c’était l’esprit de pesanteur – par lui toutes choses tombent.
    On ne tue pas par la colère, mais on tue par le rire. Allons, tuons l’esprit de pesanteur !
    J’ai appris à marcher : depuis ce temps je me laisse courir. J’ai appris à voler : depuis je n’attends plus qu’on me pousse pour changer de place.
    Maintenant je suis léger, maintenant je vole, maintenant je m’aperçois en dessous de moi-même, maintenant un dieu danse en moi.  »

    Ainsi parlait Zarathoustra

    (F. Nietzsche)

    Frank

    24 mars 2010 at 20:31

  2. Magnifique !
    Merci frère Nietzsche (et frère Frank pour le relais).

    Laurent l'un

    25 mars 2010 at 06:58


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :