anarchie pour l'évangile !

Les Chants du plus grand Amour (8)

with 3 comments

aa


Que savons-nous d’aimer

Avant d’être incendiés ?

a

Celle que j’aime fait dans mon cœur un Dieu qui brûle

Flamme plus vive qu’un soleil

a

L’aile de l’ange qui hier encore vibrait

Tout là-haut dans le Ciel

A plongé dans mon cœur

a

Sainte brûlure où je renais

Enclos de pureté

Promesse vive du foyer

Je fonds en toi

Tu me fais toi

Tu viens vivre dans moi

a

Je  serai la Lumière

Marchant tranquille à tes côtés

J’épouserai ton pas

Cette flamme qui danse

a

Written by Observatoire situationniste

30 avril 2010 à 08:35

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1.  » Quand vous vous libérez de l’idée d’être quoi que ce soit, quand vous vous donnez dans la journée à des moments où vous n’êtes absolument rien, sans futur, sans devenir vous voyez la nature profonde de la dévotion, de l’adoration, qui est l’essence du corps et du psychisme, devenir vivante. Vous exprimez constamment l’étonnement, vous exprimez l’amour sous toutes ses formes, parce que toutes les formes célèbrent le sans forme.

    L’amour de tous les sons, de toutes les musiques célèbre le silence. C’est uniquement dans cette profonde compréhension, quand vous n’avez aucun devenir, que cette expression devient possible. La nature profonde du corps et du psychisme c’est la célébration. Vous offrez ce que vous n’êtes pas au silence. Ce silence rejaillit sous forme de grâce dans toute votre structure.

    Quand on est profondément rien, on peut exprimer ce que l’on est profondément.  »

    (Eric Baret – Le Sacre Du Dragon Vert)

    Frank

    30 avril 2010 at 11:11

  2. Je t’aime et je t’aimerai toujours, aussi fragile que je sois, aussi petit que je puisse être, je me relèverai et je ne peux oublier la flamme pure qui s’est allumée en moi pour nous souder à jamais toi et moi mon Amour,
    Amour que le Ciel m’a présenté, Amour si haut en moi qu’il m’incendie, Amour qui Brillera un jour dans la pleine Lumière, car tout est vrai.

    Laurent l'un

    1 mai 2010 at 09:37

  3. Hölderlin :

    « Diotima, ô bienheureuse !
    Âme sublime, par qui mon cœur
    Guéri de l’angoisse de vivre
    Se promet la jeunesse éternelle des dieux !
    Il durera, notre ciel !
    Liés par leurs profondeurs insondables,
    Nos âmes, avant de se voir,
    S’étaient déjà reconnues. »

    (DIOTIMA – 1795-1798)

    Laurent l'un

    1 mai 2010 at 09:51


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :