anarchie pour l'évangile !

Posts Tagged ‘coran

Jésus, coeur musulman

with 15 comments

Written by Observatoire situationniste

28 août 2010 at 04:40

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , , ,

Les Héritiers de l’Islam

with one comment

Written by Observatoire situationniste

11 mai 2010 at 06:35

NOUS SOMMES TOUS UN

leave a comment »

Written by Observatoire situationniste

26 mars 2010 at 19:06

« Je n’ai été envoyé que pour parfaire la noblesse des comportements »

leave a comment »

Written by Observatoire situationniste

18 mars 2010 at 09:08

Nous pourrions être solidaires.

leave a comment »

Written by Observatoire situationniste

28 février 2010 at 12:02

Le viol de la pudeur.

with 19 comments

a

a

a

Quand une soeur musulmane se demande pourquoi elle voit de plus en plus de « femmes vêtues de mini jupes ou de vêtement dévoilant tout de leur forme, pour se rendre à des entretiens d’embauches »,
– ce dont elle témoigne sans insulte ni jugement -, c’est bien sûr parce que les musulmanes subissent quant à elles une discrimination liée à… leur pudeur.

La volonté de les contraindre à retirer le foulard VIOLE cette pudeur.

Quelques témoignages :

« Bientôt cinq ans que la loi sur la laïcité et sur les signes religieux dans les écoles publiques a été votée par le parlement. Dans les faits, le débat n’est pas clos. Il resurgit là où, en principe, il ne devrait pas. La législation du 26 mars 2004 affirmant la sacro-sainte laïcité franco-française ne s’applique qu’aux écoles publiques jusqu’au niveau secondaire (collège et lycée). Les universités ne sont donc pas concernées. L’exemple qui suit, tout chaud, atteste du contraire.


Jeudi après-midi, dans un TD de sociologie politique à la Sorbonne, le premier de l’année en cette rentrée universitaire, le professeur, Christian S., fait l’appel. Il manque une élève. Celle-ci arrive un peu en retard, s’excuse et s’installe. La jeune femme porte le voile, elle est musulmane. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour le professeur, ça veut dire beaucoup.

« Qui êtes-vous ? Quel est votre nom ? », demande-t-il à Samia, l’élève retardataire. Cette dernière décline son identité. C’est bien elle qui manquait à l’appel, elle fait partie de ce cours. Pourtant, le professeur ne peut s’empêcher de la questionner : « Vous êtes sûre que vous faites partie de mon TD ? » Naturellement puisque son nom figure sur la liste des étudiants appartenant au groupe. Question superflue.

Visiblement, le professeur ne souhaite pas y aller par quatre chemins. Il dit tout haut ce qu’il a dans la tête. Ce qui a le mérite d’être clair. Il
lance à Samia : « Ce que vous portez sur la tête me gêne. Juridiquement, vous en avez le droit, mais je vous laisse le choix de changer de
professeur. »
Samia n’est donc pas la bienvenue. Elle se dépêche de ranger ses affaires et de quitter le cours. Elle préfère « avoir quelque chose à apprendre, parce qu’avec vous, ça ne me semble pas possible. Au revoir ».

Dépité, Christian S. sait que ce qu’il vient de faire ne plaît pas à tout le monde. Une élève lui fait savoir qu’elle est choquée. Puis un autre. Le
débat commence. Sur vingt-neuf étudiants, seuls quatre osent prendre la parole, dont deux musulmans, quitte à se faire saquer tout le reste de l’année. Les arguments fusent. Le professeur sort ses arguments. Grand orateur, il tient tête. Il signale : « Vous savez, je fais partie d’un certain nombre d’organisations altermondialistes. » Comme pour dire qu’il est de gauche, qu’il n’a rien à voir avec quelque fascisme que ce soit. Il fait savoir qu’il connaît bien le Maghreb et « que des amis y sont morts, à cause de l’islamisme ».

Quel rapport avec le voile de Samia ? »

« Je me suis présentée le mardi 23 septembre 2008 à 9h15 à l’agence BNP de Fontenay Aux Roses, pour effectuer des opérations sur les produits que je possède. Je portais un foulard sur ma tête, recouvrant mes cheveux (visage découvert). Je suis entrée dans le sas en appuyant sur le bouton vert. Puis j’ai appuyé sur le bouton de la seconde porte pour pouvoir entrer dans l’agence. Là, une de vos employées m’a dit via haut-parleur « pour des raisons de sécurité, enlevez votre voile pour pouvoir entrer ». Je suis restée abasourdie.

Habituellement, j’accède sans problème à votre agence sans le moindre souci, ni la moindre remarque. Je suis donc restée bloquée et choquée dans le sas, un client derrière moi s’impatientait ne comprenant pas pourquoi je ne rentrais pas. J’ai appuyé une seconde fois, l’employée m’a alors dit « comme on vous l’a déjà expliqué, il faut enlever votre voile pour pouvoir entrer ». J’ai répondu que je n’étais pas d’accord. Elle m’a alors dit « si vous ne l’enlevez pas, vous ne rentrez pas ». J’ai donc été obligée de faire le chemin inverse, et de
sortir par la porte d’entrée. J’ai demandé à un client qui a été témoin de la scène et qui a pu rentrer de demander à votre employée d’écrire sur papier ce qu’elle m’a dit (à savoir l’interdiction d’entrer avec un voile ou un foulard).

Elle lui a répondu que c’était écrit dehors. Nous avons vérifié ensemble et la plaquette à l’entrée ne mentionnait pas l’obligation d’enlever son foulard, mais d’enlever tout élément masquant le visage et non les cheveux. Je suis restée devant la banque, en pleurs, me sentant humiliée puisque interdite d’accès à ma banque (telle un animal), où je suis cliente depuis toujours ainsi que ma famille. »

 » Voila quelque temps, j’ai été convoquée à un entretien d’embauche pour un emploi. J’avais mis mon foulard en turban espérant que cela passerait. J’avais bien préparé cet entretien afin de mettre toutes mes chances de mon côté. Alors qu’un entretien de ce type dure en moyenne 30 minutes à une heure, le chargé de recrutement ne m’a gardé que 10 minutes ! Il a commencé par me demander d’enlever mon foulard. J’ai refusé en lui rétorquant que j’étais juste venue pour un entretien et que le fait que mes cheveux ne soient pas visibles n’est pas une entrave à la communication.
Quelle tristesse que l’ignorance de certaines personnes dont la source d’information relève des faits divers négatifs attribués à l’Islam et des préjugés sur les femmes musulmanes.
En conclusion, il m’a marmoné que dans leur entreprise ils n’avaient besoin que du personnel intégré ! Je n’en suis pas revenue. Je suis née en France, d’origne et de nationalité française, je vote, je suis diplômée… Et tout à coup parce que je porte le foulard, je ne suis plus intégrée ! »

« Je suis scandalisée par l’importance et la gravité de la polémique que le sujet du voile islamique déchaine en ce moment.
J’ai parfois honte de mes concitoyens car ils ont honte de nous. Ou sont les valeurs de tolérance et de respect face à tant de préjugés ?
Depuis que j’ai décidé de couvrir mes cheveux, les gens me regardent soit avec pitié, soit avec peur !
Certaines filles « habillées légèrement » sont contemplées comme des trésors, et on nous défend de juger leurs choix vestimentaires par liberté de choix et respect de chacun.

Or, moi qui protège seulement ma pudeur, sans porter de vêtements choquants, tout le monde se donne le droit de me juger et de juger mes convictions religieuses, alors même qu’ils ne les connaissent pas du tout dans la majeure partie des cas. »

Conclusion d’une soeur musulmane, qui rejoint le témoignage de départ :

Laïcité: tantôt te me réconfortes
tantôt tu attises ma révolte
Tes textes sont si beaux, si clairs
mais n’est-ce qu’une chimère?
car au-delà de la loi 1905,
seules les voilées trinquent,
ne sachant à quel saint se vouer,
elles ont décidé de tout avouer :


Ni soumises ni aliénées
mais libres et émancipées
Bas les voiles des esprits manipulés
Vive les consciences libérées

Ces témoignages – librement illustrés – sont tous extraits du même site :
Ligue Française de la Femme Musulmane

a

a

a

Written by Observatoire situationniste

23 février 2010 at 09:08

La foi musulmane est à vocation libératrice

leave a comment »

Written by Observatoire situationniste

22 décembre 2009 at 11:07

The Muslim Anarchist Charter/La Charte anarchiste musulmane

with 9 comments

« And by anarchist spirit I mean that deeply human sentiment, which aims at the good of all, freedom and justice for all, solidarity and love among the people; which is not an exclusive characteristic only of self-declared anarchists, but inspires all people who have a generous heart and an open mind… »

Errico Malatesta


The Muslim Anarchist Charter asserts that :

  • there is no god but God and Muhammad (aws) is God’s prophet and messenger;
  • the purpose of life is to establish a loving relationship with The One through a hermeneutic engagement with God’s signs (ayat) in revelation, creation, and in the human mind and heart;
  • such a purpose requires a wholehearted commitment to learning in all its forms (including experiential learning) where such learning is carried out reflexively with respect to institutional governance, be it academic, cultural, judicial, religious, social, corporate or political;
  • such a purpose requires the active pursuit of justice and self-transformation founded on the principle of habitus/malaka, with the aim of establishing communities and societies where peaceful cultural evolution is uninhibited by power, greed, or ignorance;
  • such a purpose requires an affinity with all peoples who define themselves as living within cultures of Judeo-Christian-Islamic origin in which both commonalities and differences are acknowledged and understood, and disagreement engenders debate rather than division and satire but never mockery.

The Muslim Anarchist Charter rejects absolutely:

  • all forms of violence and political coercion;
  • all forms of racism and prejudice, including Islamophobia, homophobia and neurelitism.

    "There is no God but God and Muhammad is His prophet"



    Traduction approchée :

    « Et par l’esprit anarchiste, je veux signifier le sentiment profondément humain, qui vise au bien de tous, la liberté et la justice pour tous, la solidarité et l’amour entre les gens,  qui n’est pas une caractéristique exclusive seulement des anarchistes auto proclamés, mais inspire toutes les personnes qui ont un cœur généreux et une ouverture d’esprit … »

    Errico Malatesta

    La Charte anarchiste musulmane affirme que :

    il n’y a de dieu que Dieu et Muhammad (AWS) est prophète et messager de Dieu;

    le but de la vie est d’établir une relation d’amour avec l’Un par un engagement herméneutique des signes de Dieu (ayat) dans la révélation, la création et dans l’esprit et le cœur humain;

    un tel objectif nécessite un engagement sans réserve à l’apprentissage sous toutes ses formes (y compris l’apprentissage expérientiel) où l’apprentissage est effectué par réflexe à l’égard de la gouvernance institutionnelle, qu’elle soit académique, culturel, judiciaire, religieuse, sociale, morale ou politique;

    un tel objectif requiert la poursuite active de la justice et l’auto-transformation fondée sur le principe de l’habitus/Malaka, dans le but d’établir des communautés et des sociétés où l’évolution culturelle pacifique n’est pas freinée par le pouvoir, la cupidité ou l’ignorance;

    un tel objectif exige une affinité avec tous les peuples qui se définissent comme vivant dans les cultures judéo-chrétiennes-islamiques dans lequel les deux points communs et les différences sont reconnues et comprises, et engendre un débat contradictoire, mais jamais moqueur, plutôt que la division et la satire.

    La Charte anarchiste musulmane rejette absolument:

    toutes les formes de violence et de coercition politique;

    toutes les formes de racisme et de préjugés, y compris l’islamophobie, l’homophobie et l’élitisme neurologique.

    a


Written by Observatoire situationniste

20 décembre 2009 at 08:38

L’Anarchisme est dans toutes les spiritualités !

leave a comment »

[Repères]: L’hypocrisie dans la Bible et le Coran

leave a comment »

L’hypocrisie ! Celle dont on accuse… l’autre…  Celle sous laquelle… on se protège…  la face souriante du mensonge : « Ils disent avec leurs bouches
ce qui n’est pas dans leurs coeurs.
« … Lire le reste de cette entrée »

Written by Observatoire situationniste

16 septembre 2009 at 15:07

Le retour de l’islam libérateur !

leave a comment »

Qand un régime autoritaire approche de sa crise finale, sa dissolution suit en général deux étapes. Avant son effondrement, une mystérieuse rupture se produit : les gens réalisent tout d’un coup que la partie est terminée, et ils cessent d’avoir peur. Non seulement le régime perd sa légitimité, mais l’exercice du pouvoir est perçu comme une réaction de panique impuissante.
Nous connaissons tous la scène classique des dessins animés dans laquelle le chat se trouve au-dessus d’un précipice mais continue de marcher sans tenir compte de l’absence de sol sous ses pattes ; il commence à tomber lorsqu’il baisse les yeux et aperçoit le gouffre. Lorsqu’il perd son autorité, le régime est comme un chat suspendu au-dessus du précipice.
Dans Le Shah (éd. 10-18, 1994), une description classique de la révolution de Khomeyni, Ryszard Kapuscinski situait le moment précis de cette rupture : un manifestant qui se trouvait à un carrefour de Téhéran refusa de bouger lorsqu’un policier lui ordonna de partir, et le policier embarrassé s’en alla ; en quelques heures, tout Téhéran avait entendu parler de cet incident et, bien que les combats de rue se soient poursuivis pendant des semaines, tout le monde savait d’une certaine façon que la partie était terminée. Assistons-nous à quelque chose de similaire ?
La couleur verte adoptée par les partisans de Moussavi, les cris « Allah akbar » qui retentissent depuis les toits de Téhéran le soir montrent qu’ils voient leur activité comme la répétition de la révolution de Khomeyni, en 1979, comme un retour à ses sources, l’effacement de la corruption ultérieure de la révolution. Ce retour aux sources n’est pas seulement programmatique ; il se rapporte davantage au mode d’activité des foules : l’unité incontestable du peuple, la solidarité générale, l’auto-organisation ingénieuse, l’improvisation de moyens pour exprimer la protestation, le mélange singulier de spontanéité et de discipline, comme la marche menaçante de milliers de personnes dans le silence. Nous avons affaire à un soulèvement populaire authentique des partisans déçus de la révolution.
Pour le dire en termes freudiens, le mouvement de protestation auquel nous assistons est le « retour du refoulé » de la révolution de Khomeyni. Enfin et surtout, cela signifie que l’islam renferme un véritable potentiel libérateur : pour trouver un « bon islam », nul besoin de remonter au Xe siècle ; nous l’avons ici, sous nos yeux.
L’avenir est incertain. Très probablement, les détenteurs du pouvoir endigueront l’explosion populaire, et le chat, au lieu de tomber dans le précipice, regagnera la terre ferme. Le régime, loin d’être le même qu’avant, sera juste un gouvernement autoritaire et corrompu parmi d’autres. Quelle que soit l’issue, il est important de garder à l’esprit que nous assistons à un grand événement émancipateur qui excède le cadre de la lutte entre les libéraux pro-occidentaux et les intégristes anti-occidentaux. Si notre pragmatisme cynique devait nous faire perdre la capacité de reconnaître cette dimension émancipatrice, alors nous, Occidentaux, serions en train d’entrer dans une ère post-démocratique, nous préparant à accueillir nos propres Ahmadinejad. Les Italiens connaissent déjà son nom : Berlusconi. D’autres attendent leur tour.

Lire le reste de cette entrée »

Femmes courage en Iran

leave a comment »

[Repères]: Jésus chez les Soufis

leave a comment »

« J’étais étranger et vous m’avez accueilli »

with 4 comments

Son concubin n’avait plus de papiers depuis plus de deux ans. Parce qu’elle l’a aidé, Jennifer Chary encourt jusqu’à cinq ans de prison…

Lire le reste de cette entrée »

Sagesse pratique d’un jeune soufi

with 3 comments

« Il nous faut vaincre la barbarie dans nos coeurs ! » Cheikh Bentounès Lire le reste de cette entrée »

Written by Observatoire situationniste

9 mars 2009 at 19:05